"Le luxe ne crie pas: il s'adresse à ceux qui ont le vocabulaire pour le comprendre"


Coucou tout le monde!

Parlons aujourd'hui du Madame Figaro de la semaine! Ce numéro est axé sur le luxe, mais pas le luxe bling, le luxe ostentatoire. Plutôt le luxe classe et raffiné.

Ceci est attesté par l'edito d'Inès de la Fressange qui nous rappelle que ce mot n'a rien de péjoratif. Le luxe vient vient de la création, la recherche de la beauté et de la perfection et donc de la rareté. 
Des personnalités, des philosophes ont eu aussi donné leur notion du luxe: pour Sakina M'sa, il s'agit de "réconcilier la beauté et la bonté", pour Tamara Mellon (créatrice de Jimmy Choo), ce serait plutôt "avoir plus de temps pour [s]a fille"
L'article "Le nouvel âge du luxe"lui, attire notre attention sur l'évolution et la redéfinition du luxe: anti bling bling, le luxe sert de refuge en temps de crise par exemple. Les marques de luxe ne connaissent pas la crise économique car leur clientèle se tournera toujours vers de choses dont la valeur est stable, en opposition au chaos qui bouleverse les prix de consommation courante.Le luxe est aussi question d' héros fondateurs et de story telling: dans les grandes maisons de mode, par exemple, les créateurs font partie intégrante du mythe de l'entreprise et en sont même le socle. Faut il citer Coco Chanel, Yves Saint Kaurent, Jean Paul Gauthier, Christian Dior? Le luxe doit aussi être vu comme de l'artisanat de haut vol où les matières précieuses sont choisies avec soin et où le temps passé est important. Le luxe se veut aussi arty en s'associant avec des designeurs et des peintres à succès. Mais le luxe, c'est aussi un délice d'initiés, des personnes "éduquées pour le luxe qui savent en trouver la saveur et l'apprécier. Comme le dit Frédéric Malle, "Le luxe ne crie pas: il s'adresse à ceux qui ont le vocabulaire pour le comprendre": cette jolie phrase est tellement vraie,  je pense,  que je l'ai mise en titre. Elle résume toute l'essence de ce Madame Figaro et donc du luxe. En tout cas pour moi. Mais le luxe est aussi une affaire d'intimité: certaines personnes achètent des choses belles et chères non pas pour se montrer mais pour elles, pour la beauté de l'objet.
Victoire deCastellane et Pierre Hardy, deux créateurs pour de grandes maisons, donnent aussi leur idée du luxe, au travers de mots choisis: codes, désinvolture, humour, contraintes, chaussures, fétichismes, plaisir, crise, modernité, modestie, secret, séduction, sexe, temps. En substance, il en ressort que le luxe est une chose subjective, personnelle, belle et éternelle, voire parfaite et absolue. 




Hormis ces aspects très philosophiques et conceptuelles du luxe qui sont les articles qui m'ont le plus intéressée (plus que les sélections shopping complètement délirantes), Madame Figaro nous livre aussi son Petit Précis du Luxe où comment être élégante et suivre la tendance. Donc vous l'aurez compris, on vire tout ce qui est too much, le look luxe se veut subtil. En termes de matières, le python et le croco sont toujours d'actualité mais vous pouvez aussi les mixer avec des matières effets plastique. Chez vous, le high tech se font dans des écrins de bois noble ( noble hein pas vieillot). On portera un tailleur pantalon pour le soir avec un manteau jeté sur les épaules, des pièces vintage so chic, et les bérets et autres bibis sont les couvre chefs de rigueur. Bon en je sais pas vous mais moi je préfère enfiler un jean slim, un gros pull en grosse maille de jolies
bottes! Non?
On reste dans la mode avec la success story de Christian Louboutin: comment est -il devenu une véritable star de la chaussure? En suivant son intuition, ses convictions mais grâce aussi à ses relations,
son travail et son talent. Et un peu de chance aussi! Par exemple, l'article paru dans W concernant la Princesse de Monaco essayant les chaussures dans la boutique Louboutin a été un booster de carrière.
On retrouve aussi une interview simple et fraîche de l'inventrice de la "wrap dress", Diane Von Furstenberg.
Et pour fêter l'arrivée de l'Ourson Duffy à Disneyland Paris, il a été habillé pour loccasion par une vingtaine de créateurs dont Isabelle Marant et  Paul & Joe. Après l'exposition,  ces nounours seront offerts aux enfants de l'hopital Necker.

Et nos amis les stars?

On retrouve Alice Dellal, riche héritère dont la famille est un concentré de businessmen et women ( son père a fait fortune dans l'immobiler, sa mère était mannequin et sa soeur est la créatrice de la marque Charlotte Olympia). la "princesse destroy" qui vient de monter son groupe de rock et son label ( Sweet Dick Music, très classe) nous donne son idée de la mode. 
Emily Blunt est aussi présente dans les pages du magazine: découverte du film " Le Diable s'habille en Prada et nouvelle égérie Opium, elle nous donne ses conseils et adresses beauté ( vive le name dropping!)

On apprend aussi que Sophie Marceau joue dans la pièce " Une Histoire d'âme" de Bargman au théâtre du Rond Point jusqu'au 19 novembre et sera en tournée nationale jusqu'au 17 décembre.
On retrouve aussi un micro interview de Ali Baddou qui présente sa propre émission sur Canal, Le grand Mag.


Madame Figaro nous offre aussi une interview de Marion Cotillard, à l'occasion de la sortie de son film
Contagion avec Jude Law, Matt Damon, Kate Winslet et Gwyneth Paltrow ( je vous parlais là). Elle revient donc sur son succès hollywoodien et la naissance de son petit Léon. Je ne sais pas pourquoi mais depuis qu'elle a eu son Oscar, je la trouve trop "star", assez froide et j'arrive pas à me réjouir pour elle. Pas vous? Je me fais des illusions?
Je l'avais éludée malgré ses interviews dans Be et Grazia mais o retrouve aussi Marie Gillain qui est à l'affiche du film de Philippe Lioret " Toutes nos envies". Elle nous explique pourquoi et comment elle s'est démenée pour obtenir le rôle et le tournage du film. 
Il est aussi question de Joseph Gordon Lewitt,  qui a  joué dans Inception, et sera à l'affiche du nouveau Batman, Dark Knight Rises.



Je conclurai avec cet article sur "Les bad girls de Wall Street" ou ces femmes, ambitieuses à en crever qui ont réussi à intégrer le monde hyper ultra masculin de la finance mondiale mais se sont brûlé les ailes en utilisant des procédés douteux pour y arriver. Non il n'est pas question ici de promotion canapé mais par exemple, la golden girl Amanda Steveley a aidé la Barclays à "se recapitaliser en utilisant un opaque fonds souverain du Golfe"; Blythe Masters, elle, serait responsable serait responsable de l'envolée des prix des métaux et du pétrole. Sans parler d'Erin Callan, qui a été portée responsable de la faillite de Lehman Brothers. Donc, les femmes seraient-elles des hommes comme les autres? Je dis cela car dans l'inconscient collectif la femme est empreinte d'altruisme et de douceur. Il semblerait donc que toutes les femmes n'aient pas cette capacité d'empathie et d’honnêteté!

Pas de sélection shopping dans ce Madmae Figaro qui est encore plus dans le luxe que d'habitude et ne propose que de beaux objets malheureusement hors de prix pour des filles comme nous! D'ailleurs ce Madame est très épais car truffé de publicités de maisons prestigieuses comme Tiffany's.


Mais voici de jolies photos!






Sur ce, je vous laisse en vous souhaitant une jolie journée et en vous rappelant que pour découvrir le bel univers tout en style de Made in Dju, c'est par ! (concours inside)


Rendez-vous sur Hellocoton !

CONVERSATION

1 commentaires:

  1. "le luxe ne crie pas", c'est une belle phrase que j'aurais bien aimé trouver. Oh, mais il y en a aussi des pas mauvaises dans mon livre 3storytelling du luxe".
    http://www.storyluxe.com/storytelling-du-luxe-le-livre/

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!