Printed Grazia

Coucou tout le monde!

Comment vous portez-vous, ce lundi n'est pas trop dur? De mon côté, j'ai profité de ce week-end pour lire Grazia et vous livrer mes impressions sur le numéro de la semaine :) 

Commençons par la mode :-) 
Et avec LE come-back mode de 2013: le stage de John Galliano chez Oscar de la Renta! Celui qui avait fait les beaux jours de Dior avant d'être condamné pour propos antisémites et viré de la maison française en 2011, revient par la petite porte avec 3 semaines de stage d'observation chez De la Renta donc. Même si on se doute que le styliste ne va pas se contenter et d'observer et apportera sûrement sa petite touche à la collection en cours, on sent qu'il tente de faire amende honorable et preuve de modestie. Il dit également qu'il règle doucement ses problèmes d'alcool depuis deux ans et qu'il ne cessera de s'excuser auprès de la communauté juives après ce qu'il a fait. On murmure que ce serait la reine de la mode Anna Wintour elle-même qui aurait orchestré son retour. Qu'en pensez-vous? Est ce une bonne nouvelle pour la mode, estimez vous que Galliano a été suffisamment puni pour ces actes, qu'il peut à présent revenir, ou bien qu'il est allé beaucoup trop loin et que ces paroles sont impardonnables ?
Grazia nous parle également de la nouvelle stratégie communicationnelle de Benetton : la griffe italienne qui avait misé sur des campagnes chocs en 2011 (Unhate avec le Pape embrassant un imam égyptien) et en 2012 (Unemployee of the Year, je vous en parlais ici) revient en 2013 avec des égéries. Comme H&M ou Mango, Benetton a choisi des personnalités pour la représenter. Mais attention, pas n'importe lesquelles! On retrouve la mannequin transsexuelle Léa T, la top punkette Charlotte Free, par exemple. Des personnes ayant une identité forte, une histoire particulière, afin de coller à l'ADN frondeur de Benetton. Mais outre ces stars, on apprend qu'il s'agit de la première campagne produit de la griffe italienne, qui veut mettre en avant ses créations hautes en couleurs, qui font aussi partie intégrante des valeurs de Benetton, tout en étant une "métaphore des diversités".



La rédaction nous donne aussi ses mojos mode pour avoir chaud tout en restant stylée: on n'hésite pas à porter une cape avec de longs gants pour gagner en légèreté et en élégance, à porter de la fourrure (fausse, hein!) de couleur ou bien par petite touches sur un manchon par exemple, à mettre une toque ou un bonnet à pompon et même des caches oreilles et des mitaines. Les bottes fourrées et les chaussures de montagne sont acceptées si elles sont portées en mode citadine chic avec un slim, un pull en grosse maille et un manteau masculin :-) On n'hésite pas également à miser sur un look bi matière, l'une des tendances de la saison :-) Plein de petits conseils répondant à nos petits soucis de l'hiver (j'ai froid aux mains, à la tête, je veux porter des chaussures chaudes et confortables tout en restant élégante...) illustrés par des photos de stars, j'adhère :-) 
Pendant ce temps, les Conseils mode réhabilitent le col lavallière, que l'on décale de son coté "royal" avec un look rock, sur un smocking noir, comme Anna Hathaway par exemple, afin d'être originale et avoir du style avec un détail qui fait la différence :-) On nous dit aussi que l'imprimé vache est "in" (WTF?) et on nous apprend à bien choisir sa chapka et à la porter, comme dit plus haut,  avec un look citadin.



On continue avec la beauté?
On retrouve tout d'abord un petit dossier tendances beauté de ce début d'année: les fards métalliques, le liner de couleur électrique et le rouge coquelicot sur les lèvres seront nos amis! Outre ses couleurs flash, vous pourrez aussi partir sur un maquillage velours, plus doux avec ses couleurs poudrées. Plus originale, la coiffure à deux raies donne de la personnalité à un look et/ou un maquillage plus simples. J'aime aussi les fards aux couleurs rétro, comme l'abricot, que l'on a vu sur les paupières des mannequins Vuitton, avec du liner et du mascara noirs :-) 
Plus loin, les conseils beauté expliquent en quoi consiste le label bio AB, comment les filles aux lèvres fines peuvent se les maquiller (en appliquant de la crème de la crème hydratante et des rouges brillants pour donner du volume et en redessinant le couleur des lèvres, sans exagérer bien sûr!) , mais aussi ce qu'est le low nail , une jolie tendance manucure qui veut que l'on arrête les bling blingueries sur nos ongles et que l'on préfère arborer des teintes nude, poudrées, beiges, rosées voire greige, c'est à dire, entre le gris et le beige :-) 
Et enfin, la Food thérapie nous apprend à cuisiner les légumineuses, comme les lentilles ou les haricots, qui "sont une précieuse source d'énergie" et à gérer son stock d'épices en achetant de petites quantités tout en misant sur des accords gustatifs sympathiques, comme le sumac sur des oeufs au plat :-)



Et l'actu?
Premièrement, Grazia rappelle que la révolte anti viols gronde en Inde: les 6 auteurs du viol collectif et du meurtre de Jyoti vont être prochainement jugés et l'opinion publique veut les voir morts par pendaison. Ce crime atroce (rappelons que la jeune femme est morte à la suite de ses blessures, après avoir été violée puis avoir eu une barre de fer rouillée entre les jambes "lui détruisant le bas ventre" et avoir été jetée du bus dans lequel la scène s'est déroulée, sans ses vêtements) a eu le "mérite" de raviver le débat autour de ces agressions malheureusement très courantes en Inde, où l'on demande aux femmes agressées comment elles étaient habillées et ce qu'elles faisaient hors de chez elles: du coup, les pouvoirs publics vont instaurer des procédures moins compliquées, moins longues et une loi est en cours de préparation contre le viol. Cette affaire me touche car je n'arrive pas à comprendre, déjà, comment on peut violer quelqu'un mais aussi et surtout comment on peut être si cruel et barbare: pourquoi la faire souffrir, agoniser? Ces gars ne voulaient pas juste "prendre du bon temps", ils voulaient causer la douleur, la torture et ça, je ne peux pas l'imaginer. On peut lire le témoignage de la maman de la victime, qui il faut bien l'avouer, m'a fait verser une larme. Comment l'être humain peut-il être si mauvais?
Guère plus réjouissant, la rédaction nous parle de la situation des femmes au coeur de la guerre au Mali: les islamistes n'hésitent pas à les violer (parfois devant leur mari), les frapper si elles sont hors de chez elles, à vérifier comment elles sont habillées sous leurs hijabs... On retrouve une interview de Saïma Issa Maïga, adjointe au maire de Gao, qui raconte les atrocités commises et le non respect de la religion musulmane de cette charia tortionnaire qu'appliquent ces terroristes. Les femmes sont régulièrement flagellées, privées de leurs droits, ne peuvent ouvrir un commerce, sont mariées de force parfois à plusieurs hommes... Elle explique comment les islamistes ont, dans un premier temps, aidé la population malienne face au MNLA qui contrôlait la zone et qui maltraitait les femmes, puis comment, ils ont, ensuite "montré leur vrai visage". Je pense que la population attend beaucoup de l'aide de la France contre ces terroristes. D'autant que Grazia attire notre attention sur un autre problème: les touaregs seraient menacés de génocide dans la région....



Plus proche de nous, un problème qui peut aussi faire des ravages: ces femmes qui font un enfant sans le dire à leur chéri. Quand le désir d'enfant devient trop fort et que leur compagnon n'est pas partant pour pouponner, certaines arrêtent leur pilule ; d'autres couchent avec "le premier venu" pour tomber enceinte. Sauf que même si elles ont dans l'idée de l'élever seule, elles finissent souvent par demander de l'aide, de l'argent au père biologique. Et c'est là que tout se corse. En effet, l'article traite du sentiment d'impuissance de ces pères qui ne voulaient pas l'être, qui ont été trompés, à qui on a à la fois enlevé et imposé cette paternité, toutefois une idée de la paternité qui ne convient pas à ce qu'ils voulaient. En effet, les hommes n'ont pas de contrôle sur notre contraception et sans préservatif, ils ne peuvent pas être sûrs qu'il n'y ait pas de grossesse; et apprendre, quelques années plus tard, que la mère de votre enfant demande, via une assignation en justice, une pension alimentaire et la reconnaissance de cet enfant peut être un traumatisme. Ce mal méconnu touche pas mal d'hommes, qui voient leur vie détruite par une décision égoïste, il faut bien le dire et le blog Paternités Imposées leur vient en aide, leur donne un espace de parole. On dit souvent que les hommes sont des salauds, des irresponsables quand ils n'assument pas un enfant, moi la première ; mais Grazia rappelle que les choses ne sont parfois pas si simples....
Plus fun, on retrouve aussi un petit focus sur ces Tumblr décalés qui font la joie des internautes. J'ai particulièrement aimé celui de Rich Kids of Instagram, qui montre des clichés sur lesquels des personnes riches démontrent la démesure de leur train de vie (un ticket de caisse de restaurant avec un montant de plus de 10 000 euros par exemple), Hé Mademoiseau, qui détourne les blagues lourdingues et sexistes des hommes pour les retourner contre eux, Chers Voisins, qui compile les "petits mots doux" les plus réjouissants que peuvent se laisser les habitants d'un même immeuble, Ciel Mon Press Office qui raconte les galères et les travers du monde du journalisme de mode ou encore Respecte Toi qui nous montre les "street looks" façon "appareil photo caché". Et sinon, je dois dire que j'adore celui de Je suis Une Vraie Fille, très très drôle et tellement vrai :) Et vous?



Et enfin, la rédaction nous parle du théâtre kabuki,  une forme de théâtre traditionnel japonais, mais aussi des onagatas, qui sont des hommes qui se travestissent en femmes pour interpréter les rôles féminins, avec une justesse exemplaire. Ces acteurs, les onagatas, sont apparus au 17ème siècle au moment où les femmes japonaises ont été privées de théâtre et qu'il a fallu trouver un moyen de les remplacer ; elles sont repris leur place dans les années 1950 mais les onagatas continuent leurs performances, comme une ode à la féminité et à sa finesse :)

On termine avec les stars?
Et on retrouve les Espoirs du cinéma et leurs bonnes fées! Ainsi, Pierre Niney est parrainé par Jean Dujardin, Jonathan Cohen par Valérie Lemercier, Laurence Arné par Guillaume Canet et Matthias Schoenaerts par Jacques Audiard par exemple. Parce que, oui, je ne sais pas si vous le saviez (moi non) mais les jeunes acteurs nommés dans cette catégorie aux Césars doivent demander à l'un de leurs aînés dans le métier de les soutenir. Une jolie tradition, non? Et ici, on peut lire une mini interview de chacun de ses "couples" (pourquoi avoir choisi cette marraine/avoir accepté de le/la parrainer, le meilleur conseil à lui donner...), ce qui est très intéressant :)




Jolies photos!



Et vous les filles, vos impressions sur ce Grazia? :)

Bisous & à demain pour mes impressions sur la My Little Box de Janvier:) 




 


CONVERSATION

3 commentaires:

  1. tu vois celui-là à part le sujet sur les femmes violées en inde, il m'a un peu soulée et du coup je l'ai lu super vite, rien d'accrocheur (sauf le jeu à la fin lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il n'a rien d'exceptionnel, je l'admets :)Oui c'est vrai que le sac My Suelly est très joli :) bisous!

      Supprimer
  2. Du sérieux et de la beauté !
    Bisous

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!