Vogue à New York

Coucou tout le monde!

Vous allez bien? Le billet du jour est un peu spécial car, pour la première fois, je vais vous parler du dernier numéro de Vogue, magazine que certaines considèrent comme LA Bible de la mode. J'en avais feuilleté un exemplaire il y a deux ans, sans comprendre l'engouement qu'il pouvait y avoir autour de lui: je le trouvais truffé de photos et de publicités, sans réel article de fond. Mais, au début du mois de janvier, j'ai reçu une offre d'abonnement à Vogue assez intéressante: 25 euros pour un an d'abonnement et les petits cadeaux qui sont rattachés au magazine. Après avoir longuement hésité et demandé votre avis sur les réseaux sociaux, j'ai fini par craquer et c'est ainsi que quelques semaines plus tard, la Bible était dans ma boîte aux lettres. J'avais peur d'être déçue et de rester sur ma première impression mais finalement, même si il y a beaucoup trop de photos et de publicités, j'ai pris du plaisir à lire certains articles ; et il faut bien le dire, cette revue est artistique, tant au niveau de sa mise en page que sur les sujets qu'elle traite. C'est un beau magazine de mode, qui nous dit donc tout ce qu'il faut savoir sur les tendances du moment :) Et, ce mois ci, Emmanuelle Alt et son équipe nous emmènent à New York!

Commençons avec les stars :) 
La covergirl et complice de ce numéro est Milla Jovovich, que l'on retrouve dans un shooting mode, parcourant la Grosse Pomme (qui est un petit peu ridicule, dans le sens où l'actrice a toujours la même pose, mimant une traque arme au poing) mais aussi dans une petite interview. Elle évoque son amour pour New York, sa première arrivée là bas à l'âge de 12 ans pour faire des photos (précoce dis donc!), sa peur et sa fascination du métro et le fait que pour elle, la musique qui va le mieux à cette ville est assez jazzy. Elle nous y donne ses bonnes adresses également et surprise, j'apprends que l'actrice est musicienne et a déjà enregistré au moins deux albums! Elle vient d'ailleurs d'en sortir un nouveau, Sweeter Than Madness, en ligne depuis le 12 février :) Vous le saviez, vous?
Plus loin, la star des blogueuses, Garance Doré, nous donne ses codes de bonne conduite à New York : cette ville d'adoption pour elle requiert certaines connaissances et j'ai eu l'impression de lire les confidences et petits "tips" de Carrie Bradshaw et ses copines :) Par exemple, pour dire bonjour, on serre la main, si on ne connait pas mais on n'hésite pas à hugger très fort une personne que l'on a déjà rencontrée par le passé ; il ne faut pas non plus s'affoler si vous croisez une personne connue, votre idole si ça se trouve, car c'est très commun dans cette ville (oui enfin moi, si je vois Beyoncé, je vais sûrement me liquéfier sur place, hein ^^) ; de même, il y a de fortes chances que vous croisiez hipsters et touristes français, très à l'aise à Big Apple. Il est également d'usage d'hurler sur un taxi fou qui vous aura aboyé dessus, de s'afficher dans la rue avec son café (Starbucks bien sûr) en main et de prendre un petit pull dans son sac en cas de fortes chaleurs : les New Yorkais mettent toujours la clim à fond! Et sinon, pensez qu'il est préférable de manger au resto tout le temps que de faire vous même à manger: la coutume locale voulant qu'on ne reçoit pas beaucoup chez soi ; et il faut savoir que l'on ne parle pas à son serveur mais qu'il faut tout de même lui laisser un petit pourboire avant de quitter les lieux. Mais Garance finit en disant que cette ville est chaleureuse et joyeuse, malgré son rythme effréné et sa grandeur effrayante :) Un article assez frais que j'ai bien aimé, j'adore ce genre de petites anecdotes, ces articles sur des "coutumes locales" :) 



Ensuite, j'ai apprécié de retrouver Claire Danes, la superbe actrice d'Homeland. Elle nous explique que jouer dans la série nécessite une dose d'improvisation d'autant que le script n'est transmis aux acteurs que quelques jours avant le tournage ; on apprend qu'après avoir joué le rôle de Juliette dans Roméo + Juliet avec Leo Di Caprio, elle a fait du théâtre avec les Monologues du Vagin mais aussi de la danse, son autre passion ; elle a également étudié la psychologie à Yale, ce qui lui a bien servi pour appréhender le côté bipolaire de Carrie Madison. Ses projets? Continuer Homeland mais aussi revenir au cinéma ; tout cela est possible, maintenant qu'elle a accouché de son premier enfant, un garçon, en décembre dernier, qu'elle a eu avec son compagnon Hugh Dancy qui joue dans Hannibal. D'ailleurs, l'article est illustré par de superbes photos de l'actrice, encore enceinte, en noir et blanc, qui sont sublimes et très apaisantes. Claire Danes y est resplendissante et la maquilleuse a même avoué ne pas avoir eu besoin de corriger son teint. Et d'ailleurs, elle a eu la patience de faire cette série des photos durant les derniers jours de sa grossesse, ignorant toute fatigue! Mais elle en a vu d'autres, étant donné qu'elle a tourné pour Homeland jusqu'à son dernier mois de grossesse: son ventre rond sera effacé des images, car une doublure a elle aussi joué les scènes et la magie du montage a fait que le haut du corps visible est bien celui de Claire et le bas appartient donc à une autre actrice. Bluffant, non? Sinon, elle a appris le français dans sa jeunesse mais ne s'en souvient pas du tout : elle compte combler cette lacune en reprenant des cours, surtout que son fils va lui aussi l'apprendre (j'ai cru comprendre que son papa est d'origine française) ; et elle adore le côté culturel de New York qui est une ville importante pour elle, ainsi que "l'ambition des New Yorkais qui veulent apprendre, comprendre, explorer".
Vogue nous parle également de la nomination d'Alexander Wang à la direction artistique de Balanciaga : son premier défilé est attendu en mars prochain à Paris et la rédaction pense que ce styliste new yorkais, qui aime les coupes franches, épurées et le sportswear chic et décontracté devrait insuffler un vent de Manhattan à la femme Balanciaga. On nous fait également découvrir son parcours : il est allé à la fameuse Parsons Schoool après le lycée mais sans aller au bout du cursus, préférant arrêter un an plus tôt afin de pouvoir lancer sa griffe le plus rapidement possible ; avant cela, il sera stagiaire chez Marc Jacobs et  rédacteur au Vogue américain (une expérience pas très réjouissante apparemment) puis se jettera dans l'arène en 2005 avec "ses cachemires un peu loose", grâce à son frère et belle soeur qui financent son projet et font même du porte à porte. Aujourd'hui au summum du hype, le créateur explique aimer les imperfections dans le travail, qui sont toujours inspirantes et instructives, comme l'inattendu.:)


Et enfin, on retrouve les créateurs de Proenza Schouler, Jack et Lazaro. On parle de leur amitié mais aussi de leur amour pour New York, qui ne cesse de les inspirer car toujours en mouvement; d'ailleurs, pour parfois se poser et se concentrer, ils préfèrent parfois quitter la ville quelques temps et partir dans leur ferme dans le Massachussets. Ils expliquent également qu'ils aiment travailler avec leur équipe :) C'est un duo de créateurs que j'aime bien, et que j'avais découvert avec un article dans Madame Figaro :) Et vous? :)


On poursuit avec la beauté?
En premier lieu, les pros de la beauté new-yorkais nous donnent leurs bonnes adresses: du beau monde (le directeur artistique maquillage de Saint Laurent, celui de Chanel,  le make up designer de Dior, de M.A.C et plusieurs make-up artist et coiffeurs reconnus) pour des lieux d'exception, dans lesquels le service semble au top mais le prix aussi ^^ Mais, il est peut être possible d'aller y jeter un oeil lors d'une escapade new-yorkaise, comme si c'était des lieux touristiques :) 
Et sinon, Vogue nous donne les secrets de la bloomy skin: le teint y est parfait mais surtout mat. Exit donc le teint glowy! On pense donc CC cream (une crème qui corrige les couleurs de la peau et peut, au choix camoufler les rougeurs, donner bonne mine ou éclairer un teint terne) et à utiliser des soins légers, donnant un aspect "ouaté" à la peau.



Finissons avec la dernière rubrique et non des moindres, la mode!
Premièrement, on a un très joli shooting bijoux, tout en haut des gratte-ciels de New York et sur certains clichés, la mannequin a une cigarette à la bouche, ce qui lui donne un air Sex And The City, je trouve :)
Ensuite, comme Grazia il y a quelques semaines, Vogue nous prouve que les modeuses aiment les gourmandises: outre Karlie Kloss et ses fameux cookies, il est question de la mannequin Jourdan Dunn qui anime de petites émissions de cuisine sur la chaîne Life + Times de Jay-Z ou encore de l'égérie Lancôme Elettra Wiedemann qui a lancé un concept de restaurants éphémères Goodness, qui propose des plats frais et préparés par des chefs locaux. Comme quoi, il est possible d'allier mannequinat et cuisine, pas toujours "healthy" en plus ;) 


Vogue nous annonce aussi que Rei Kawakubo revisite le carré Hermès: la créatrice de la marque asiatique Comme des Garçons, qui sait se faire désirer pour toute collaboration n'a ici pas hésité du tout et propose une version "tableau" avec divers motifs comme les pois, le vichy et les rayures du foulard mythique, tout en s'inspirant des anciens modèles. Très graphique je trouve, et pas du tout vieillot. Ses 11 déclinaisons, 11 modèles, sont vendus en édition limitée dans seulement 5 points de vente dans le monde! Ah oui! La collection s'appelle Comme des Carrés, collection Noir et Blanc :)
La rédaction revient également sur l'esprit vintage de Ralph Lauren: le fils du créateur, David, a eu l'idée de faire un voyage dans le passé de la griffe pour en extraire le meilleur, des pièces vintage chargées d'anecdotes et de souvenirs. Ainsi, sur le site de la marque Rlvintage.com, dans la section "Bring It Back", les internautes peuvent choisir quelle pièce sera rééditée et dans "Collection Highlights", Ralph Lauren commente lui même l'histoire et la création de modèles d'archives. Et il est bien sûr possible d'acquérir ses pièces anciennes. La marque travaille ici son image, son storytelling et cette allure vintage lui confère une l'image d'une marque qui dure et sait se réinventer :) 
Et on reste dans la nostalgie avec le mocassin mors de Gucci, l'un des grands classiques de la marque et de la mode en général.Créé dans les années 50, il a été mis en lumière par les stars qui le portaient, comme John Wayne ou encore Jodie Foster dans les années 70. Modèle de travail fait main et minutieux (deux jours et demi de travail sont nécessaires pour une seule paire), le fait qu'il soit sans semelle permet à ce mocassin d'être souple et léger. Tout à fait dans l'air du temps, il est réédité cette année et décliné en version cloutée et python, pour ne citer qu'elles. J'aime beaucoup ce modèle, élégant et féminin et j'aime également connaître l'histoire de ce genre de pièces mythiques donc cet article, assez court, m'a bien plu :) 



Jolies photos!



Billet fini! Et vous, vous lisez Vogue, que pensez-vous de ce magazine? :) 

Bisous! 




 




CONVERSATION

4 commentaires:

  1. Mon préféré !!!
    je l'adore ce magazine !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? Je ne savais pas :) ah si il me semble que tu me l'avais dit, non? j'ai bien fait de faire ce billet alors :) des bisous!

      Supprimer
  2. J'avais exactement le même avis que toi sur Vogue ! Ta seconde impression me donne envie de m'y remettre ! ^^
    Bises !

    Anne
    http://meandmode.over-blog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH oui? Beaucoup ont cet avis je crois :) oh ca me fait plaisir :) bisous!

      Supprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!