Madame Figaro & Women

Bonjour tout le monde!

Comment allez-vous? De mon coté, je vais revenir avec vous sur le dernier Madame Figaro, qui est une ode à la féminité et au combat des femmes :-). Un numéro très réussi pour La Journée de la Femme! :-) 

Commençons avec la mode :) 
Madame revient tout d'abord pour nous sur la Fashion Week de Milan, qui apparemment était très constratée, certains créateurs misant sur un look gris et austère (manteaux lourds, longueurs sous le genou et "semelles épaisses") commeArmani, Max Mara et Marni et d'autres poursuivant la lignée des tenues glamour à l'italienne, avec des soiries et de la fourrure, des imprimés flashy comme chez Fendi et Pucci. On a vu également des propositions graphiques en noir et blanc chez Cavalli ou encore le combo noir et bleu marine chez Jil Sander. La manteau XXL était la star des défilés, tout en volume et souvent bi matière, tout comme le motif écossais, en rouge chez Moschino par exemple.
Plus loin, les créatrices de mode parlent de leur vision de la féminité de leur muse, comment elles font de la mode un élément de féminité, comment elles ont imaginé les vêtements qu'elles créent pour embellir les femmes et leur faciliter la vie. Isabel Marant, que l'on voit sur la photo, explique qu'elle a une vision très "pragmatique" du vêtement qu'elle essaie toujours pour voir si la coupe et la matière sont confortables et que sa vie de créatrice laisse peu de place à l'improvisation dans sa vie de famille ; elle se dit également admirative des femmes de la famille Gainsbourg/ Doillon. Diane Von Furstenberg, quant à elle, imagine des vêtements qui redonnent toute leur féminité à celles qui les portent et surtout confiance en elles ; elle nous confie également qu'elle admire sa muse Elettra Wiedemann pour ses diverses casquettes de créatrice, de mannequin et de DJ ; elle nous parle également de sa maman, qui a survécu à l'Holocauste et dont l'extrême fragilité physique de l'époque a failli l'empêcher d'avoir des enfants. De jolies interviews, toutes différentes et toutes intéressantes, même si j'aurais voulu que l'on mette davantage les muses en avant car elles s'expriment finalement peu et on ne parle pas beaucoup d'elles :) 



Passons à la forme et à la beauté!
La rédaction attire notre attention sur la nouvelle définition de la beauté actuelle, qui a évolué depuis quelques années. En effet, non seulement on a de nouveaux modèles de féminité très différents dont on peut s'inspirer, de Kate Moss à Christina Hendricks, en passant pas Beyoncé ou Jessica Chastain mais on peut également des choses performantes mais en même temps plus naturelles. La peau doit paraître saine et naturelle, les soins de chirurgie esthétique sont moins "lourds", par exemple. On remarque aussi que les femmes font très attention à leurs cheveux, qui sont un signe de féminité important, mais qu'elles sont également devenues accro au vernis à ongles. La beauté se fait donc plus pointue mais aussi plus simple, plus naturelle, autant pour les produits utilisés que pour le rendu visible :) 
Côté cuisine, on retrouve des astuces de chefs pour nous faciliter la vie: on gagne du temps pour cuisiner les soirs de semaine en recyclant les restes du week end ( de la viande en hachis, par exemple), on investit dans de bons ustensiles ou bien des robots pour seront bien utiles et pour se donner envie de manger des légumes, on mise sur les épices! Et on a aussi de jolies recettes à expérimenter, comme celle de la courgette, chèvre et pesto, qui semble merveilleuse et rapide et facile à faire en plus ;)



On poursuit avec les stars?
Madame nous livre tout d'abord un entretien avec Francois Henri Pinault, PDF du groupe PPR (qui détient entre autres Gucci et Puma) et mari de Salma Hayek. Il est question de sa politique envers les femmes, une politique égalitaire. Il a  été sensibilisé à la conditiond es femmes grâce à sa femme, qui se bat, au travers de sa fondation contre les violences et les meutres et enlèvements de femmes au Mexique. Depuis 2006; le groupe tente de mettre sa pierre à l'édifice en finançant des projets aidant les femmes et en travaillant avec des ONG (une quarantaine) afin de réduire les violences faites aux femmes et leur donner confiance en elles et les outils pour devenir indépendantes. En interne, l'entreprise met tout en oeuvre pour mettre aux femmes d'accéder aux plus hautes fonctions (un tiers des sièges au Conseil d'Administration sont pourvus par des femmes par exemple) et de réduire à néant les inégalités salariales ; de même, il a demandé à leurs agences de recrutement de leur proposer 50% de femmes pour n'importe quel poste et de ne pas se baser sur leurs fichiers qui contiennent 70% de noms masculins. Il travaille également sur la flexibilité de l'entreprise afin de permettre aux femmes de concilier vie de famille et vie professionnelle. Il nous confie également qu'il aimerait que ces propres filles, de 5 et 10 ans soient les plus indépendantes possibles et que les inégalités soient vite réduites dans le monde, pour elles. Une jolie interview, avec plein de promesses et de bonnes intentions, d'un homme qui semble convaincu que les femmes méritent mieux :)
Ensuite, c'est la magnétique Laeticia Casta que l'on retrouve dans un très joli shooting en noir et blanc, sensuel et mystérieux mais aussi dans un entretien, dans lequel elle parle de la vision de la femme dans le mannequinat, qui loind'être narcissique, doit entièrement se fondre dans le personnage voulu et créé par le photographe, avec tout le côté psychanalytique que cela peut impliquer. Elle ne dit également pas du tout féministe même si elle est parfaitement consciente qu'il reste des combats à mener. Elle explique aussi que sa carrière n'a pas toujours été facile, qu'on l'a souvent "jalousée et écrasée", qu'on a souvent critiqué ses choix de films, qui finalement se sont avérés être de bons choix. On retrouve ici une actrice un peu sauvage, qui fonctionne à l'instinct et ne se laisse pas faire tout en étant très féminine :) 



On termine avec les faits de société? :-)
J'ai tout d'abord apprécié l'édito, très intelligent et bien écrit, qui nous parle des violences faites aux femmes en démontrant que les couples sont bien mal assortis parfois : "la jeune promise au vieillard n'est pas une vieillarde mais une jeune vierge" ou "la femme de l'alcoolique ne boit pas", un peu comme un enfant qui s'étonne de quelque chose d'anormal que les grands ne remarquent , avec une certaine clairvoyance.
Plus loin, on a le portrait de 10 femmes qui ont fait de la condition des femmes leur combat, qui se sont toutes mutuellement choisies et sont photographiées par Jane Evelyn Atwood, qui leur a également prêté un serre livre en verre qui appartenait à son grand père. Je ne connaissais pas toutes ces femmes, mais on retrouve les écrivains Delphine de Vigan et Aya Cissoko, la cinéaste Marceline Loridan Ivens ou encore Lucia Iraci qui a créé le premier salon de coiffure social qui permet à des femmes en situation économique difficile de se faire belle et garder leur dignité ; de beaux portraits, un article que j'ai aimé lire, on y rencontre des femmes fortes qui ont eu des idées et qui on un idéal : celui de mettre le combat des femmes en avant mais aussi la "pacification entre les deux sexes", une idée qui me plaît :-)



Quand les écrivains sont inspirés par le corps des femmes, ça donne des tirades sensuelles, limite érotiques, qui mettent en lumière le pouvoir, parfois inconscient, de séduction de la féminité. J'ai aimé le côté poétique de ces auteurs (Aurélien Bellanger, Charles Pépin, David Foenkinos, Sandro Veronesi, et Atiq Harimi), qui portent aux nues la chevelure, les yeux, le coup, les épaules et les mains des femmes :-)
Et enfin, la rédaction souligne l'action de Udaan, l'école qui permet à des petites Indiennes de prendre leur envol: encore un programme qui permet à de jeunes écolières d'acquérir des connaissances, de comprendre le monde qui les entoure et de pouvoir entreprendre et devenir indépendantes, comme il n'en existe pas assez :-) On a également un focus sur Arielle de Rothschild, "présidente de Care France et vice présidente de Care International", à l'origine de ce projet et qui a toujours eu à coeur d'aider les autres depuis ses 12 ans et son adolescence dans les bidons villes de Mexico et ensuite,  dés son entrée dans la vie active après son doctorat en économie :-)




Jolies photos!


Voilà les filles! Et vous, ce Madame vous a plu? :-) 

Et juste en l'honneur de la Journée de la Femme, je vous mets la vidéo de l'incroyable Beyoncé, qui a déchaîné les foules avec son Run The World aux Billboards Awards de 2011 :)



Des bisous!




 



CONVERSATION

4 commentaires:

  1. je suis pas hyper féministe donc à mon avis ce numéro m'aurait gonflé, sauf les articles beauté et mode lol (je dois passer pour une grosse superficielle là !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lool! Mais non :) mais en même temps, ce Madame Figaro ne la joue pas guerrière féministe", mais est plus dans la paix entre les deux sexes, ce qui est très intéressant :) des bisous!

      Supprimer
  2. Beaucoup de lecture !
    Merci pour la vidéo j'aime le faire aussi de temps à autre !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet :) C'est cool ça :) des bisous!

      Supprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!