Ballerina Madame Figaro

Coucou mes petites bulles!

En espérant que vous allez bien, j'ai décidé aujourd'hui de vous parler du Madame Figaro de la semaine, dont le sujet central est le luxe :) 

Commençons par la mode :) 
Ce numéro de Madame Figaro démarre avec un édito de Christian Lacroix, qui nous parle de luxe, bien sûr :) Il rappelle que le luxe est protéiforme, a de multiples visage et ne se rapporte pas forcément à ce qui est cher mais à ce qui est rare. Pour lui, le luxe c'est également "la quête du meilleur" :)
La rédaction fait également un focus sur les spartiates, qui, cette saison (ou en tout cas une fois que le soleil daignera nous faire un coucou), se porteront hautes et partiront à la conquête de nos jambes, un peu comme les gladiateurs. Cette version est un peu plus audacieuse que la version courte, je ne sais pas encore si je vais la tenter : et vous? :) 
Comme Grazia la semaine dernière, Madame Figaro nous fait un petit retour sur le défilé croisière de Chanel à Singapour: ici, on fait le rapprochement entre l'amour de Coco Chanel pour les lions (6 lions de pierre ornent d'ailleurs sa tombe) et le surnom de Singapour, Lion City ; on nous explique aussi que cette ville état reste très axée luxe et se porte bien, contrairement à la Chine qui commence à observer un petit recul en la matière. Comme Grazia, Madame nous parle de la projection du court métrage illustrant l'ouverture de la première boutique Chanel à Deauville et du décor colonial chic du défilé croisière (qui a pris place dans "les vieux bâtiments d'une ancienne garnison britannique") teinté de vert et de blanc.


Madame Figaro veut aussi nous apprendre à maîtriser les codes du luxe, avec son "Petit précis du luxe": ainsi, on apprend qu'il est de bon ton de porter une robe de cocktail Dior (ou bien, en fonction de nos moyens de miser sur une jolie robe bustier qui joue sur les volumes), de porter des bijoux en matières nobles et naturelles comme l'ébène, de se grungiser à la Hedi Slimane ou encore d'investir dans du yak, oui oui oui. Bon ca va pas être évident pour tout le monde tout ça, on en conviendra ^^


Plus loin, la rédaction nous présente des couples de création, des soeurs, des amoureux ou des amis qui se sont lancés dans l'aventure de l'entreprise, ensemble. Cela permet bien sûr, de répartir les investissements et les risques en situation de crise, mais aussi de se soutenir moralement, de réduire les doutes et d'être dans la synergie créative, de trouver des idées qu'on aurait pas trouvées seul. Ainsi, on peut lire les mini interviews des soeurs Mulleavy qui ont créé Rodarte, des amis Pierpaolo Piccioli et Maria Grazia Chiuri qui sont les directeurs créatifsde Valentino depuis 5 ans maintenant mais aussi d'HUmberto Leon et Carol LIm, bien connu pour être le tandem créatif de Kenzo. On en sait plus sur leur rencontre, leur parcours commun et leurs projets et je trouve ça super intéressant :) 
Et enfin, Madame Figaro nous livre une jolie rencontre avec Christopher Bailey, directeur général de la création de Burberry. Ce jeune homme qui a ressucité le trench iconique de la marque ne cache pas son intérêt pour le web et les réseaux sociaux, qu'il intègre dans la stratégie de communication de la marque. Par exemple, il est possible de prendre en photo l'étiquette de sa veste et de voir en vidéo les détails de sa fabrication! Il pense également à ajouter une poche intérieure au trench pour pouvoir y glisser un Ipad, qui remplace le journal d'antan. Et c'est cet attrait pour les nouvelles technologies qui apporte un coup de jeune à Burberry, qui est également présent dans la série du moment, Downtown Abbey (Matthew le porte dans la saison 2) :) Bien conscient des responsabilités qui pèsent sur lui (la création de 50 collections annuelles, l'image de la marque, son storytelling et le design des boutiques), le jeune chef se montre à l'aise et en aucun cas effrayé. Trendy, smart et bien dans ses baskets, donc :) 
Du côté des stars, outre un très joli shooting, on retrouve un portrait des danseurs de l'Opéra  qui ont pris la pose :) On y retrouve donc les Etoiles Marie Agnès Gillot, Aurélie Dupont et Jérémie Bélingard et les Premiers Danseurs Alice Renavand et Vincent Chaillet, avec une petite biographie pour chacun d'entre eux. J'aime beaucoup aimé et il faut bien le dire, les photos sont très belles et pleines de grâce :) 



Et la beauté, dans tout ça? :) 
On retrouve tout d'abord une sélection shopping autour de parfums iconiques du moment comme Miss Dior, Desire de Dolce and Gabbana, Dahlia Noir de Givenchy ou Candy de Prada. Alors bien sûr, elle est assez onéreuse (coucou le short Hermès à 2300 euros) mais j'aime bien cette idée d'univers propre à un parfum, qui montre que le choix de notre fragrance est révélatrice d'une esthétique que l'on apprécie. J'aime par exemple beaucoup l'atmosphère poudrée et féminine de Miss Dior (rien à voir avec le fait que j'aimerais être aussi jolie que Nathalie Portman, hein ^^) et celle teinté d'or et de noir de Desire, diablement sensuelle :)
Et sinon, Madame nous apprend aussi à gagner en fermeté ! Mais, cette fois, outre les conseils habituels que l'on commence à voir PARTOUT dans la presse et qui en soulent plus d'une, la kinésithérapeute Jocelyne Rolland nous explique qu'il "ne faut pas confondre cellulite et relâchement" car si on pense avoir des capitons alors que la peau est juste relâchée, on risque d'aggraver le souci en voulant drainer ; de même, pour avoir un ventre plat, il faut savoir que les abdos vont certes muscler mais pas affiner : il vaut donc mieux marcher ou nager. Dans le même esprit, il ne faut pas s'épuiser en courant pour espérer éliminer du sucre : il vaut mieux miser sur une activité à rythme cardiaque bas mais constant. Et enfin, on pense à se tenir bien droite sur le bord de sa chaise au bureau pour gainer les fesses, le dos et le ventre ;)



Terminons avec les faits de société :) 
On a tout d'abord droit à un débat autour du luxe, entre la spécialiste des tendances Nelly Rodi et le stratège des marques Jean-Noël Kapferer. Il est question du repère que peut être un grand nom pour les néophytes en termes de vin par exemple mais aussi de la résistance du luxe face à la crise, qui plie mais ne rompt pas, qui sert de référence et un gage d'investissement durable. Les deux experts expliquent aussi que le luxe français est assez recherché pour son je-ne-sais-quoi très français mais aussi que le luxe doit s'adapter aux tendances mais ne doit pas suivre la mode : il doit s'inscrire dans le temps. Entre plein d'autres choses passionnantes :) 
Et, pour conclure, on a un petit article qui va bien me servir pour mon mémoire et qui traite de la stratégie digitale des marques de luxe: en effet, je ne vous apprends rien en vous disant que les réseaux sociaux ont pris une importance considérable dans l'image des marques et le luxe n'échappe pas à la règle: Vuitton a lancé son application, Dior a misé sur des petits films mis en ligne présentant Marion Cotillard et son Lady Dior et Burberry compte 15 millions de fans Facebook. Et ces marques recherchent donc des talents, des community managers et des web réalisateurs, des gens capables de mixer créativité et compétences techniques, d'apporter une image digitale qui correspond à l'univers esthétique de la marque. Bien sûr, cela leur permet d'aller à la rencontre des gens et notamment de ceux qui sont éloignés des grandes villes et donc des boutiques! Mais encore faut-il savoir leur parler et régler les petites polémiques du quotidien. Un article très intéressant également :) 




Jolies photos!





Et voici les filles :) J'espère que ce billet vous aura plu et je vous souhaite une belle journée :) 

N° gentiment offert par la rédaction








CONVERSATION

6 commentaires:

  1. un peu trop axé luxe pour moi ce madame, je crois que je me serais vite lassée ! en fait je suis plus très magasines lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il est très luxe, mais je l'ai trouvé assez intéressant tout de même et j'ai aimé la mise en avant de danseurs étoiles :) oui je vois ça ^^des bisous!

      Supprimer
  2. Les spartiates hautes, je ne pense pas que ce soit pour moi. Je n'en n'ai d'ailleurs jamais porté, hautes ou non. Je reste aux ballerines et derbies pour l'instant ;)

    Johanna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis assez d'accord, il faut oser! Moi, ce sont les derbies que je n'ai jamais portées :) car je trouve toujours cela joli chez les autres mais très bof sur moi :) des bisous!

      Supprimer
  3. Merci,merci,merci ce blog est génial, moi qui n'achète pas de magazine car sur l'année c'est un petit budget pour une étudiante et que je ne les lis jamais en entier, ton blog va donc me permettre de me tenir au courant de la presse féminine, c'est cool! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh MERCI ton message me touche beaucoup :) je suis ravie que mon blog te plaise et te soit utile. Merci encore et des bisous!

      Supprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!