Sixties Elle

Coucou tout le monde!



Une petite revenante aujourd'hui! :) Et oui, car Elle fait son grand retour sur ma Ptite Bulle après près d'un an d'absence ; ceci grâce ou à cause de mon partenariat avec Madame Figaro, que je recevais chaque semaine. Mais comme je vous l'expliquais il y a peu, ce partenariat a été un peu revu et du coup, j'aurai plus de place pour Elle :)



Et on démarre avec la beauté :-)
Avec tout d'abord un petit débat autour de la coupe mulet:  en effet, les plus grandes stars comme Rihanna ou Sandra Bullock ont adopté cette coupe infâme des footballeurs eighties et on la voit même sur les défilés ; certaines trouvent que cela colle à la tendance rock et grunge du moment, loin des stéréotypes féminins qui veulent que l'on doive avoir simplement les cheveux longs. Mais personnellement, je suis d'accord avec celles qui pensent que c'est moche et ringard. Et vous?
On peut ensuite admirer un très joli shooting de maquillage sixties, dans lequel Camille Rowe joue les modèles :-) Cela donne envie d'essayer le maquillage galactique et pailleté sur les paupières, le mascara en pattes d'araignée, ainsi que le rose doux sur les joues et les lèvres, comme Jane Birkin et Françoise Hardy en leur temps :-)



Elle s'intéresse ensuite à une tendance de fond depuis le début de la crise en 2008, le maquillage coloré . En effet, comme pour lutter contre la morosité, et comme nos aînées l'ont fait après la crise de 29 et la Seconde Guerre Mondiale, on a envie de mettre de la couleur dans notre vie, sur nos yeux, nos joues et nos lèvres. Et surtout sur nos ongles! On ose tout et les marques débordent d'inventivité pour nous proposer des teintes toujours plus dingues ; en plus, acheter un vernis Dior est un moyen plus abordable pour nous d'avoir accès aux marques de luxe. La couleur est aussi un moyen d'affirmer notre féminité, notre droit sur notre corps et notre indépendance, mais aussi notre singularité, surtout à notre époque où on se scénarise sans cesse sur les réseaux sociaux.  :-). Alors moi je dis, vive les couleurs!
Et enfin, la rédaction nous apprend à se faire un bon nettoyage de peau: ainsi vous saurez que l'on peut copier les japonaises en le lavant tout d'abord à l'huile puis au lait, à la mousse ou au gel ; on pense également à nettoyer ses pores en se faisant un petit bain de vapeur pour les ouvrir avec des huiles essentielles et à se faire un masque de temps en temps. En adaptant les produits selon la nature de sa peau bien sur! Enfin, on peut aussi se masser avec une huile pour défatiguer le visage avec de l'huile de jojoba pour les peaux grasses, d'onagre pour les peaux sèches et d'argan pour les peaux matures :-)




Poursuivons avec la mode!
Et justement, les stars font leur rentrée mode: me concernant, j'aime le sweat fun et d'inspiration BD de Jessica Alba mixé à un jean brut et des escarpins, le presque total look rose malabar de Lily Aldridge et la robe imprimée d'Olivia Palermo avec sa pochette à motifs et ses chaussures graphiques. Et vous?
Pendant ce temps, c'est la Fashion Week de New York et la rédaction nous en donne les tendances phares. On a tout d'abord le grand retour du bermuda, en version rose ou blanche chez DKNY ou Jason Wu que l'on associe à des talons et "un pull sage", la chemise ultra ouverte sans rien dessous pour Altuzarra (sûrement canonissime chez les petites poitrines), et un jeu de transparence, toujours tendance, chez Victoria Beckham et Max Azria, par exemple. Alexander Wang, lui, reste adepte des coupes graphiques et acérées.





On continue avec les faits de société!
Et avec un revers pour la cause féministe : les Femen étaient dirigées par un homme! Et oui, Victor Svyatski, dont Grazia nous avait parlé ici, serait, d'après le film de l'australienne Kitty Green, le cerveau de l'opération. Il aurait imaginé le concept de Femen et choisi des filles jolies pour qu'elles aillent se dénuder, les utilisant comme de vulgaires outils de propagande. Ce à quoi les principales intéressées répondent, que oui, certes, cet homme fait partie de leur entourage et elles ont préféré le cacher ; toutefois, il ne serait pas à l'origine du mouvement et était un simple ami de l'une des véritables fondatrices : les Femen ayant pris de l'ampleur, il a peu à peu instauré sa vision des choses et les filles, fascinées par cet homme plus âgé qu'elles, l'ont écouté. Mais à présent que le siège du mouvement a été délocalisé sur Paris, elles ont préféré se détourner de lui, son comportement envers elles étant trop barbare, brut et "dominateur". Qu'en pensez-vous, les filles? Voyez-vous ça comme une "trahison" ou bien le fait qu'elles se soient émancipées de cet homme est-il la preuve, pour vous, que les Femen en sont ressorties grandies, comme l'affirme la chef du mouvement?
Cette femme, lutte peut être davantage pour les droits des femmes que les Femen : Diane la Chasseresse assassine les chauffeurs de la ligne de bus 4 de Ciudad Juarez, ville frontalière Mexique/US. Pourquoi? Parce qu'ils violent et tuent parfois des femmes allant travailler dans les usines de la zone. Face au laxisme des autorités, elle a donc décidé de faire justice elle même. Elle n'a pas encore été identifiée, on sait simplement qu'elle porte une perruque blonde. Sur place, son action divise, car beaucoup demandent "une justice et non une vengeance". Et vous, un avis?



Plus loin, la rédaction nous apprend à maîtriser la e-clope: et oui, si on peut oublier le "tu n'as pas du feu", il y a d'autres nouvelles petites choses à apprendre avec sa cigarette électronique. Tout d'abord, à en profiter de pouvoir encore la fumer au bureau et dans les lieux publics avant que ce ne soit interdit. En effet, tant que l'on ne connait pas encore les effets qu'elle peut avoir, beaucoup envisagent de réguler son utilisation. Alors, oui, on peut draguer en demandant un chargeur de e-clope,  oui on peut vapoter après l'amour, oui on l'assortit à son vernis si on en a envie, mais non, on ne sait pas encore comme il faut la tenir pour avoir la classe! A vous d'inventer votre style ;) 
Ensuite, le magazine nous parle d'une véritable révolution : le Viagra féminin! Des chercheurs ont mis au point un médicament permettant donc de stimuler l'appétit sexuel de Madame. Bon, même si son utilisation n'est pas encore entrée dans les moeurs, Monsieur se sentant "lésé" si sa dulcinée ressentait le besoin d'avaler une pilule pour avoir envie de lui, cela aura au moins permis d'élucider une partie du grand mystère du plaisir féminin. Et contrairement à ce que tout le monde pense, les femmes n'ont pas seulement envie de coucher avec LEUR Prince Charmant, le père de leurs enfants et ne sont pas nécessairement émotionnellement liée à leur partenaire après un gros câlin. Ceci ne serait qu'un autre carcan social. En fait, les femmes se lasseraient même bien plus vite de leurs partenaires et des images pornographiques qu'elles peuvent regarder et sont, inconsciemment ou non, tenter de voir autre chose très rapidement. C'est d'ailleurs ce qu'il se passe chez les animaux : les femelles changent de partenaire dés qu'elles en ont marre! Cette lassitude, souvent inconsciente,  explique la baisse de libido féminine au bout de quelques années de relation. Et pendant que les femmes s'émancipent sexuellement, les hommes, eux, sont perdus et ne sont pas toujours à la hauteur de l'appétit sexuel de Mademoiselle. Tout ceci ébranle la pensée dominante, nous donne un nouveau regard sur la sexualité féminine et c'est pas plus mal :) Si?
Et pour finir, on parlera du noble combat de Louise Erdrich, libraire à Minneapolis et auteure à succès. Dans son roman, "Dans Le Silence du Vent", elle défend notamment ses terres natales, les terres amérindiennes, et dénonce les atrocités commises par les Blancs sur les natifs dans les réserves, comme des viols envers les femmes. En effet, les Américains ne pouvaient pas, jusqu'à il y a peu, être jugés sur les terres indiennes, laissant libre cours à l'impunité. Ses romans sont également l'occasion pour elle de célébrer sa culture et elle est fière de savoir que sa fille parle la langue Obijwa "et l'enseigne tous les jours à de petits américains" ; mais c'est aussi un moyen de témoigner des difficultés qu'ont eues ses ancêtres à négocier et vivre en paix avec les colons. Elle rappelle que la culture amérindienne est surtout orale parce qu'on les a souvent empêcher de la retranscrire et la diffuser par écrit. Je trouve que son "travail" est noble et je trouve admirable que grâce à elle, une culture malheureusement méconnue puisse perdurer et ne pas tomber dans l'oubli.



On terminera avec les stars!
Tout d'abord, comme c'est le cas un peu partout en ce moment, on retrouve Héléna Noguerra nous parlant de son album Année Zéro, dans lequel elle célèbre ses ex, les hommes de sa vie, en chanson. Mais attention, pour elle, aucun règlement de comptes! Elle explique qu'elle voit l'amour comme "une projection qu'on fait sur un inconnu" et que c'est sa capacité à toujours nous surprendre qui fait que l'amour dure. Elle dit aussi qu'elle est exigeante en amour et qu'elle veut que ce soit toujours "cinématographique" et jamais "familier".  et qu'elle est une femme mélancolique ayant peur de la mort et qui a simplement "la politesse de la bonne humeur". De plus, elle parle de son physique, qui a toujours été un atout, même si elle a parfois eu l'impression, quand elle était mannequin, d'être un bout de viande. Et elle conclut l'interview sur une note pessimiste, puisque pour elle, il y a de moins de moins de rôles intéressants pour les femmes, alors que c'était le cas dans les années 60. Outch!
Et on refermera ce Elle avec la mythique Catherine Deneuve: à l'occasion de la promo du film Elle s'en va dans lequel elle tient le premier rôle, celui d'une dame d'un certain âge qui vit chez sa mère, décide de prendre la route pour s'enfuir et rencontrera l'amour au bout de son périple, elle répond à quelques questions. Elle insiste assez lourdement sur le fait qu'elle n'a rien à voir sur son personnage, ayant des responsabilités familiales et professionnelles l'empêchant de prendre la tangente et elle s'entend d'ailleurs très bien avec ses enfants et petits enfants! Elle nous apprend également que l'une des scènes du film a été complètement improvisée avec un monsieur qui n'était pas du tout acteur (pour info, elle est dans la bande annonce ci-dessous: devinerez-vous laquelle?) et que c'est elle qui a eu l'idée d'engager Gérard Garouste, qui joue son amoureux dans le film. Et nous révèle également que c'est une grande timide qui ne comprend encore pas tout à fait comme elle a pu devenir actrice et être sans cesse sous le feu des projecteurs alors que s'exposer est pour elle "une souffrance". Une belle interview de l'un des piliers du cinéma français :) 




Jolies photos!





Voilà les filles! Vous êtes contente que Elle soit de retour ici? Avez-vous lu ce numéro? Des choses vont ont tapé dans l'oeil?


Des bisous et n'oubliez pas : ma Ptite Bulle fête toujours son deuxième anniversaire avec de jolis lots bo.ho & Kusmi Tea à gagner :) 









CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!