Hunger Elle

Coucou tout le monde!

On se retrouve aujourd'hui avec Elle! Un Elle que j'ai mis du temps à lire, à cause de ma fatigue, mais aussi aux nombreux articles intéressants qui le composent et qui concernant autant la mode, que les stars ou l'actualité. J'ai dû, du coup, faire de sacrés choix dans les articles dont je vais vous parler dans ce billet :) 

Commençons avec la mode :) 
Elle nous présente brièvement quatre jolies silhouettes remarquées lors de la Black Fashion Week. J'apprécie l'effort de sortir un peu des sentiers battus et montrer que d'autres chouettes choses se font en dehors du sérail officiel! Et j'aime beaucoup le mix d'imprimés d'Adama Paris (tissu tissage et carreaux rouges) bien porté par Inna Modja, la jupe "mulet" courte devant et longue derrière de Patou Manga mais aussi l'association top cropped et jupe crayon d'Helmer :) 
Ensuite, la directrice de la création  des accessoires chez Dior, Camille Micelli, nous parle de ses inspirations. Elle qui voue une admiration à Azzedine Alaïa (elle a travaillé avec lui au début de sa carrière) et Nicolas Chesquière aime le photographe Guy Bourdain et les objets chinés qu'elle utilise pour décorer son bureau chez Dior. Elle aime aussi les choses design et est assez fière des manchettes "Gum Tee Shirt", imaginées pour le défilé Croisière 2014, aux couleurs assez vives.



Continuons avec les stars!
Comme Grazia il y a quelques semaines, Elle nous fait un petit focus sur Cressida Bonas, l'actuelle petite amie du Prince Harry. Si lui semble avoir envie de se poser comme son grand frère, cette jeune fille rebelle issue de la bourgeoisie anglaise (son papa est dans la finance et sa maman est une célèbre socialite it girl dans sa jeunesse) pourrait ne pas avoir envie de se conformer au protocole tout de suite. Et justement, la réputation de sa maman, deux fois divorcée de surcroît et le fait que sa soeur soit une ex de William pourrait encore lui compliquer la tâche. Mais la rédaction la voit bien dans le rôle tout de même, et pourrait insuffler un vent cool et rock à Buckingham, avec ses salopettes, son bonnet, ses godillots et ses cheveux toujours détachés :) Et vous?
Quelques lignes sont ensuite consacrées à Dianna Agron! L'actrice que l'on a découverte dans Glee dans le rôle de la pompom girl un peu biatch poursuit son bonhomme de chemin, sur grand écran cette fois-ci. En effet, elle joue une jeune fille assez violence dans le dernier Luc Besson, Malavita, aux côtés de Robert de Niro. Ce film, dans l'univers mafieux est une sorte d'hommage aux Affranchis, dont le réalisateur est assez fan. Je suis plutôt contente pour cette jolie actrice et j'ai assez envie de la voir dans un rôle différent, plus "radical". :)
Enfin, la cover girl de cette semaine n'est autre que Jennifer Lawrence! On nous rappelle que l'actrice oscarisée pour Happiness Therapy vient du Kentucky et qui lui a été difficile de convaincre son papa de la laisser vivre son rêve en s'installant à New York ; alors que jouer est la seule chose qui lui permet d'échapper à ses névroses, et notamment à son sentiment d'infériorité à cause de son échec scolaire, c'est sa Thérapy à elle :) On évoque aussi sa haine des paparazzi qui lui inventent des histoires rocambolesques et son amour grandissant pour la mode qui l'ont fait devenir égérie Dior. Et c'était pourtant mal parti, car au début de sa carrière, elle voyait les robes de tapis rouges comme des déguisements ^^ En tout cas, cette actrice fait partie des stars qui ne sont pas du tout dans la quête de la perfection que l'on évoquait hier dans Glamour : elle revendique son amour de la junk food, dit des choses assez drôles et incongrues parfois et n'a pas hésité à tacler Dior justement pour ses clichés trop photoshoppées lors de la campagne qu'elle a fait. Elle ne pratique donc pas l'autocensure! 



Terminons avec les faits de société!
Après Malala la semaine dernière, il est question du combat d'une autre jeune adolescente pour les droits des femmes, mais malgré elle : Sahar Gul est  une Afghane ayant été mariée de force à 12 ans. Mais son cauchemar ne s'arrête pas là puisqu'il s'avère que sa belle famille est une tortionnaire, qui a voulu la prostituer et n'a pas hésité à la battre, l'électrocuter, lui arracher les ongles, enchaînée et l'ont privée de nourriture. "Un parent a fini par donner l'alerte et si ses bourreaux ont été jugés coupables dans un premier temps par la justice, ils ont fini par être relâchés, plongeant Sahar dans la peur des représailles. Mais heureusement, un second jugement donne raison au premier. Dans un pays où les droits des femmes sont sans cesse bafoués et dans lequel les choses risquent encore d'empirer puisque les violences familiales et domestiques pourraient ne plus être traduites en justice à cause d'un nouveau texte de loi, cette victoire de Sahar pourrait tout de même pousser les femmes à faire appel à la justice, même si 99% des policiers sont des hommes.
Elle nous parle également de la basse cour du Parlement: ou plutôt de ce député apparenté UMP Philippe Le Ray qui n'a pas hésité à caqueté lors de l'intervention de Véronique Massoneau, démontrant, une fois de trop, le sexisme politique. La rédaction nous présente donc 5 attaques machistes à l'encontre des femmes politiques au sein de l'hémicycle. Simone Veil  a dû essuyer insultes et "attaques personnelles" de 481 députés mâles lors de son discours pour la loi dépénalisant l'IVG en 1974, tandis que Cécile Duflot, en 2012 a reçu des remarques concernant sa robe bleue fleurie! Alors qu'elle n'avait jamais vu dans dans les secteurs du bâtiment sde la construction qu'elle a côtoyé. Que faire pour stopper ces manières puériles et d'un autre âge? Supprimer leurs indeminités durant une période donnée? Les renvoyer, purement et simplement? Personnellement, j'ai peur quand je sais que les lois sont décidées par des hommes aussi débiles :s




Le magazine revient également sur l'affaire du baiser de Nador: deux adolescents marocains avaient posté une photo d'eux s'embrassant sur Facebook et avaient été arrêtés suite à des "plaintes de parents outrés" pour "atteinte à la pudeur dans un lieu public". Sauf que la population s'est mobilisée en leur faveur et un rassemblement de personnes s'embrassant dans la rue a été organisé dans les rues de Rabat et une page Facebook a même été créée ainsi qu'un hastag #Freeboussa (boussa = baiser en marocain). Ce combat, ils le mènent aussi pour lutter contre un gourvernement trop intrusif et je pense qu'ils ont bien raison :) 
Enfin, on peut lire le récit de "Deux Syriennes à Paris", une mère et sa fille qui ont dû quitter Deraa, ville située à 90 kilomètres de Damas. Elles nous parlent de leur soutien aux opposants, leur espoir de voir Bachar renversé,  mais aussi de leur envie de les soutenir sur place jusqu'au bout, malgré les violences et les difficultés, notamment économiques (baisse de la valeur de la monnaie et hausse du chômage). Elles ont dû partir suite à des menaces de mort et ont au départ, opté pour un départ en Jordanie. Mais là bas, trouver du travail est une gageure alors que le coût de la vie y est excessivement cher; et comme elles ne voulaient pas vivre dans un camp de réfugiés, elles se sont renseignées sur les pays accueillant la population syrienne, comme la France.  Elles évoquent la déchirance de l'exil mais aussi des soucis quand elles sont arrivées dans notre beau pays, notamment d'hébergement. Elles ont eu la chance de compter sur des compatriotes pour les aider, même pour les démarches administratives! Aujourd'hui, elles sont tristes de ne pas retourner à Deraa pour les fêtes mais espèrent trouver du travail et obtenir une carte de réfugiés valable 10 ans. En tout cas, ce qui ressort de ce témoignage, c'est leur volonté de ne pas compter sur l'Etat pour vivre, ce ne sont pas des assistées! Seulement deux femmes qui n'ont eu d'autres choix de quitter leur maison, malgré leur envie d'y rester..

Terminons en beauté!
Elle, dans son article "La vérité sur les cosmétiques", nous donne les résultats de l'étude  réalisée par l'agence indépendante Noteo. Cette étude démontre que l'on trouve beaucoup de "perturbateurs endocriniens" dans les produits de beauté que l'on utilise. Les perturbateurs endocriniens ont un impact négatif sur nos hormones, en brouillant certains signaux et peuvent perturber, donc, la fertilité et provoquer des troubles de la tyroïde entre autres. Les parabens sont par exemple pointés du doigt, comme l'anti oxydant BHA ou le triclosan, pour ne citer qu'eux. Toutefois, la rédaction temporise en expliquant que les laboratoires font très attention aux substances utilisées et ont tout intérêt à supprimer les produits incriminés de leurs compositions, afin de ne pas voir les consommatrices leur tourner le dos. De même, certaines substances sont jugés postivement à leur création alors que leur impact négatif e peut être évalué que plus tard parfois, en fonction des progrès de la science. Enfin, certes, les cosmétiques ne sont pas tout roses, mais apparemment, on trouve des perturbateurs endocriniens dans nos rideaux de douche, nos meubles, nos vêtements, nos peintures... la liste et longue! Seule alternative : se tourner vers la cosmétique bio qui est très encadrée, même si elle peut présenter d'autres risques comme les allergies. Mais se pencher sur la question a permis aux chercheurs de trouver des homologues naturels à certains conservateurs, comme dans le miel :) 




Jolies photos!





Ce billet vous a plu? Si vous avez envie de rebondir sur les articles que j'ai évoqués, ou même sur d'autres qui vous ont interpellées, n'hésitez pas :)

Bisous! 




CONVERSATION

2 commentaires:

  1. Bonjour La Petite Bulle d'Elo,
    Merci d'avoir sélectionné dans votre billet, l'article de la rédaction de ELLE qui site notre service Noteo ;) . Si vous souhaitez avoir plus d'info sur la manière dont on note les cosmétiques, par exemple, n'hésitez pas à me solliciter. Nous nous ferons un plaisir de revenir vers vous. A bientôt. Quentin de Noteo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour!
      Je vous en prie, j'ai trouvé cette étude très intéressante :)
      C'est très gentil, je n'y manquerais pas!
      Belle journée à vous!

      Supprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!