Beckham in Vogue

Bonjour bonjour!


On se retrouve aujourd'hui avec Vogue! Vogue, qui, pour ce dernier numéro de l'année a vraiment bien fait les choses en consacrant un numéro à Victoria Beckham. C'est vrai qu'il faut l'apprécier pour trouver ce numéro plaisant mais comme j'adore ce qu'elle fait, je suis ravie!
Ce Vogue est donc très chouette et ça me ferait presque regretter de ne pas m'être réabonnée pour 2014. Mais bon, 1 numéro de chouette sur 10, ça ne suffit pas à faire pencher la balance pour moi. 

Bref, voyons ce que ce Vogue a dans le ventre! 


Et on démarre avec la beauté!
On parle un peu de Posh Beauty avec les astuces et les bonnes adresses beauté de la star de ce numéro :) Elle prend grand soin de ses lèvres avec la Crème de Huit Heures d'Elizabeth Arden notamment  et se démaquille avec des lingettes pour bébé. Elle nous dit aussi avoir pris confiance en elle pour les poses photos, notamment grâce ou à cause des paparazzi! Elle privilégie le maquillage léger et les textures fluides et afin de pouvoir "vieillir avec grâce", elle a une très bonne hygiène de vie et est bienveillante avec elle-même. Et comme toutes les célébrités, elle adore le Pilates et l'eau de coco ;)
La rédaction nous a ensuite faite une sélection beauté métallique, qui est une grande tendance de la saison : on y retrouve le mascara Cils Scintillants Bronze Platine de Chanel, le fard Comète Diorshow Fusion Mono, ou encore le vernis In Love Etincelle d'Argent de Lancôme, entre autres :) 
Notre alimentation pourrait nous rendre éternels, et oui, c'est Vogue qui nous le dit! Enfin, pas éternels mais en tout cas de vieillir jusqu'à atteindre un âge plus qu'honorable et en bonne santé. Il est en effet possible de freiner le vieillissement biologique en allongeant nos télomères, aka nos chaînes moléculaires: des recherches ont été faites sur des patients atteints de cancer et ceux respectant "un mode de vie sain" ont vu leurs télomères grandir et donc leur espérance de vie s'allonger. Concrètement, comment ça se passe? Il faut supprimer le tabac et l'alcool, mais aussi marcher et faire du yoga ; et on privilégie les légumes et les céréales complètes. Et comme on a rien sans rien (enfin si en fait) on enlève aussi la viande, les produits laitiers et le café. Il faut aussi manger "local" pour qu'il y ait une synergie entre notre corps et qui est produit dans son environnement. Sympa de vivre plus longtemps, mais si on en profite pas pour manger un peu ce que l'on veut, est-ce que ça en vaut la peine? 



On continue avec les stars!
Et bien sûr, avec une interview de David Beckham, autre égérie de ce numéro :) Il nous confie qu'il aime les parfums de Comme des Garçons (sa chérie aussi les aime d'ailleurs) et les virées à moto, mais aussi acheter des choses pour sa femme et ses enfants #mignon #veuxtumepouser.  Il aimerait aussi pouvoir voler ou avoir un cerveau de génie et se dit hyper manique #veuxtumepouserbis . Et si vous voulez lui offrir un cadeau pour Noël, misez sur un bonnet ou pyjama ^^ 
Ensuite, Vogue nous présente une multitude de photos personnelles de Victoria Beckham! On la voit petite avec son frère et sa soeur, durant ses vacances en Espagne dans son enfance, déguisée en Fame, mais aussi plus grande pour le 14ème anniversaire de son mariage avec David, soufflant ses 39 bougies ou encore dévoilant sa collection de sacs Hermès. J'adore ces jolies images d'archives et je trouve que Victoria se dévoile ici énormément. 



On quitte un court instant les Beckham pour retrouver une autre famille : Tracee Ellis Ross est interviewée par sa maman, Diana Ross. Elle lui confie qu'enfant, elle n'avait pas conscience de son statut de star et de la folie que cela pouvait engendrer ; elle n'aimait pas  les nombreux voyages qu'elle devait faire car elle perdait de vue ses amis mais avec le recul, elle considère que c'était une chance. Elle pense aussi que les tenues strass et paillettes de sa maman a influencé son style! Elle s'amusait aussi à imiter leur "nanny" Susie et les gens de son entourage, ce qui explique un peu son entrée dans le monde de la comédie, après avoir tenté le mannequinat. C'est en tout cas une très belle interview mère-fille, avec beaucoup de tendresse, que j'ai pris plaisir à lire :) 
On retrouve ensuite l'héroïne de ce numéro avec une interview de Victoria. Elle revient sur ses débuts en tant que styliste, son premier défilé durant lequel elle ne présentait que 10 robes mais dans les moindres détails aux journalistes qui avaient fait le déplacement, et le soulagement de constater que les acheteurs et la critiques avaient été conquis. Elle explique que la collection 2014 est plus "masculine" car elle a envie de se réinventer sans cesse, de toujours surprendre, tout en gardant sa signature, épurée et minimaliste. Au début de sa jeune carrière, elle ne voulait pas que David assiste aux défilés par peur que les journalistes soient trop "distraits"! Et elle nous confie qu'il lui dit sans cesse qu'il faut qu'elle arrête de pleurer quand elle reçoit des prix ou à la fin de ses défilés! Elle se met une pression énorme car c'est une femme motivée, travailleuse et très ambitieuse. Elle pense d'ailleurs que l'ambition est une grande qualité à posséder. Elle nous parle de sa première rencontre avec David, qu'elle a tout de suite trouvé très gentil et de sa vie de maman, loin des strass et des paillettes. Et même si elle a du personnel qui l'aide, elle fait toujours en sorte, avec son mari de rester proches de ses enfants et de faire leur éducation, tous les jours. Elle revient aussi sur la période Spice Girls, qu'elle a adoré, même si elle a toujours été moins fofolle que ses copines et qu'elle a compris, lors de leur reformation en 2008 et du concert qu'elles ont donné au Madison Square, "que la passion n'était pas là" et que son métier, son moteur maintenant, c'est la création de sa marque. Elle revendique également son côté femme d'intérieur et pense qu'il y a "trop de normalité dans sa vie" pour qu'elle "perde les pédales". Et elle raconte une anecdote rigolote : un pharmacien qui ne l'avait pas reconnue lui dit qu'elle ressemble à Victoria Becham en ajoutant que "cette femme a l'air toujours triste": ce à quoi elle a répondu  "vous avez raison, cette fille est une vraie garce, jamais un sourire" ^^ J'aime l'auto dérision :)
Et on ne peut pas parler de Victoria sans parler de David Beckham! Aux antipodes du footballeur blindé d'argent et imbu de lui même, il se montre disponible et un super papa. Il est beau, tout lui réussit et il a une excellente hygiène de vie, et comme le dit la journaliste, il va sûrement très bien vieillir. Et cela est possible grâce à sa femme, qui l'a mis sur les rails, lui donne une stabilité et aussi parce que "l'amour aide à vivre". C'est vrai qu'ils forment une super équipe! Mon commentaire ici ne rend pas hommage à cette jolie page écrite par Marie Derrieussecq, qui semble avoir une admiration pour le corps de David, ce qu'il représente, et pour ses tatouages, qui, pour elle, révèlent son côté poétique. 




Et la mode? 
La rédaction fait d'abord un focus sur Prada et Printemps puisque la griffe italienne a imaginé une collection de Noël pour la boutique française, mais aussi sa décoration pour cette fin d'année. On retrouve donc une Reine de Noël très chic, "sur-bijoutée", parée de cristaux de glace mais aussi des "créations exclusives": une bougie, une minaudière, une tiare, des sacs, des portefeuilles, des housses pour IPad, mais aussi plein de nounours modeux dans la décoration dans la boutique :) Prada pimpe la magie de Noël! :) 
On peut ensuite lire une interview de Victoria et Valentino, qui est l'un des premiers grands créateurs, avec Marc Jacobs, à l'avoir soutenue dans sa carrière mode depuis le début. Ils se sont rencontrés il y a 12 ans, alors que Victoria Beckham était venue l'interviewer et se voient régulièrement lors des dîners que Valentino donne à Paris (et en arrivant à l'un d'entre eux, notre Posh était tombée devant tous les autres invités ^^) Le créateur aime beaucoup les looks blancs créés par Victoria, ainsi que le caractère toujours chic de ses vêtements, tandis qu'elle même est en admiration absolue devant le travail du créateur italien, tellement qu'elle en est gênée de parler de son propre travail devant lui. Mais, si lui crée des robes ultra féminines et glamour, elle, elle revendique son côté anglais dans le travail de la coupe et le style un peu "boyish". 
On finit cette partie mode et ce billet avec Cartier qui expose plus de 600 de ses pièces au Grand Palais depuis le 4 décembre. L'idée est de montrer l'évolution du travail du joailler et des demandes de ses riches clientes (d'abord royales puis bourgeoises et enfin les stars) depuis sa création jusque dans les années 70 (afin de garder un certain "recul" selon la commissaire de l'expo), avec des classiques qui sont restés, comme les parures colorées, les reptiles et les félins ou encore les inspirations asiatiques; même si les tiares et les diadèmes sont peu à peu devenus des bandeaux, par exemple. Une exposition qui doit être féérique et faire briller les yeux, je pense :) 




Jolies photos!




Voilà les filles, ce billet Vogue est le dernier! Il va y avoir des changements pour 2014, puisque Vogue et Cosmopolitan vont être remplacés, notamment par Marie Claire et la version mensuelle de Madame Figaro :) J'espère que ça vous plaira!

Bisous! 



CONVERSATION

2 commentaires:

  1. j'ai acheté ce numéro parce que c'était un spécial Beckham justement ! Involontairement je "suis" ce couple depuis le collège, quand j'aimais les spice girls, que mon frère aimait le foot, que Victoria et David se sont rencontrés etc. Du coup j'ai un genre d'attachement pour eux, depuis que Johnny Depp et Vanessa Paradis se sont séparés, c'est le dernier couple de stars qui me fait rêver ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est rigolo ça de voir que garçons et filles peuvent suivre ce couple :) Oui je te comprends, moi c'est un peu pareil :) mais je préfère les Beckham :) des bisous!

      Supprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!