Influent Vanity Fair

Coucou mes petites bulles!

C'est la Fête des Lumières aujourd'hui à Lyon! Enfin, elle a commencé vendredi soir mais le vrai jour, c'est aujourd'hui :) Personnellement, je pense que je vais simplement mettre des lumignons à mes fenêtres, je trouve ça trop joli et j'aimerais beaucoup que tout mes voisins s'y mettent aussi. Verdict ce soir! 


Sinon, on se retrouve aujourd'hui pour le billet Vanity Fair! Je m'y suis abonnée et je ne regrette pas du tout. Le dernier numéro est aussi chouette que les précédents. Je vous montre? :)


Commençons par l'actualité!
Et avec l'Edito de Michel Denisot, essentiellement au sujet du premier classement des 50 Français les plus influents au monde du magazine! Il nous explique pourquoi les Daft Punk sont en tête et pourquoi François Hollande ne se classe que 23ème, entre autres. Il nous parle aussi d'autres personnalités comme Laeticia Casta, Valérie Lemercier ou Jean Gabin qui ont permis à la France de briller, chacun à leur manière :)
Ensuite, Vanity Fair accorde un droit de réponse à François-Marie Banier, qui avait été lourdement chargé par le majordome des Bettencourt dans le premier numéro. Selon lui, il ne s'imposait pas du tout au domicile de l'héritière, et ne restait que pour certains repas auxquels il était était invité et non, il n'a jamais évoqué les articles petainistes de M.Bettencourt lors d'un dîner pour l'embarrasser tout simplement parce qu'il n'était pas au courant à ce moment là. Entre autres choses. Moi je dis que c'est bien que la redaction lui permette de se defendre mais que c'est à la justice de démêler le vrai du faux et pas à nous, lecteurs :)
Dans la page consacrée à l'info futile, on apprend que Cher est la jumelle cachée de Yamina Benguigui ou encore qu'en période de crise, les jupes auraient tendance à se raccourcir. J'ai également aimé le tableau comparatif de Marmiton, MasterChef et Top Chef, avec leur plat signature, leur petit truc en plus, leur cri de guerre, leur dressage (la trace de pneu en balsamique pour Masterchef et le dôme en caramel filé pour Top Chef) et le compliment ultime propres à chacun ("C'est gourmand" pour la 6 et "Vous avez sublimé le produit" pour TF1). Tellement vrai! ^^ 




Vanity Fair nous parle aussi de Julien Assange, toujours réfugié dans l'ambassade d'Equateur, depuis plus d'un an maintenant. Rappelons que c'est à lui que l'on doit le scandale de Wikileaks et que la justice américaine l'accuse d'espionnage et de fraude informatique. Pour le protéger d'un éventuel "enlèvement" par les forces spéciales, l'ambassadeur d'Equateur a même dormi avec lui durant deux nuits afin de s'assurer qu'il ne lui arriverait rien et lui faire ainsi bénéficier de sa propre immunité. Mais même contraint à l'enfermement, Assange ne reste pas moins actif et hyper connecté: il sait ce qui se passe partout dans le monde, donne des conférences de presse depuis son balcon et en profite pour saluer ses soutiens massés dans la rue. Un film réalisé par Bill Condom, Le Cinquième Pouvoir, (sorti la semaine dernière) raconte son histoire et il a, bien sûr, voulu convaincre l'acteur qui joue son rôle, Benedict Cumberbatch, ayant peur qu'il soit trop vindicatif envers lui. La rédaction nous explique aussi que Julien Assange est quelqu'un d'assez narcissique et imbu de lui même, assez colérique, ce qui pourrait et pourra se retourner contre lui un jour. Même si certains voient en lui un Gandhi!
Pour terminer, la rédaction donne la parole à Béchir Saleh, ancien bras droit de Kadhafi, l'ancien dictateur libyen. On nous explique comment cet homme modeste a peu à peu gravi les échelons de la sphère médiatique, jusqu'à devenir l'un des confidents du chef d'Etat et chef de sa diplomatie, malgré les obstacles laissés par la famille du Guide. Il est aujourd'hui réfugié en Afrique du Sud, après qu'il ait fait un petit détour par la France. Il explique aussi que la Libye n'a pas du tout financé la campagne de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy qui avait d'ailleurs conseillé à Kadhafi de se retirer de son trône suite à au mouvement populaire et avait organisé sa fuite en collaboration avec Bechir Saleh : avant que finalement le fils du dirigeant ne le convainct de rester, avec le dénouement que l'on connait. Béchir pensait également que la France devait être l'un des alliés de la Libye, notamment dans son projet de réunifier l'Afrique et d'en faire les Etats Unis d'Afrique, l'Union Africaine. Un article long et très intéressant, sur un homme de l'ombre qui aujourd'hui, semble payer pour son "maître", les pays "alliés" voulant lui soutirer des infos et les opposants de l'ancien régime le voyant comme l'homme à abattre. 




Les stars sont également nombreuses dans ce numéro!
Vanity Fair nous fait tout d'abord quelques pronostics pour les Oscars: Gravity, Le Majordome et Inside Lelewyn Davis font partie des grands favoris, tout comme Cate Blanchett dans Blue Jasmine et Leonardo Di Caprio (il serait temps!) pour  son rôle dans le dernier Scorcese, The Wolf of Wall Street. On a aussi un autre petit tableau comparatif mais avec les acteurs franchement pressentis pour la statuette, comme Forest Whitaker dans Le Majordome, Chiwetel Ejiofor pour le film 12 years A Slave produit par Brad Pitt ou encore Matthew Mc Conaughey dans Dallas Buyers Club, avec des critères comme le nombre d'Oscars déjà gagnés, leur atout, leur handicap, leur "performance" ou encore "le détail qui fait le rôle". Très sympa!
Pendant ce temps, Pharell Williams se prête au jeu du Photomaton avec Karl Lagerfeld, avec "son visage enfantin et ses yeux de chat". C'est vrai qu'on ne dirait pas du tout qu'il est quadragénaire! Il se présente avec ses lunettes Moncler et une doudoune façon gilet pare balles, mais surtout avec des bijoux qu'il a fait lui même et nous glisse qu'il aimerait en créer avec le Kaiser de la mode ;) Et, original, on apprend que le chanteur adore les livres d'architecture!



On en vient ensuite au fameux Classement des 50 Français les plus influents au monde! Les Daft Punk sont donc les premiers pour le succès de leur musique qui s'exporte très bien mais aussi le coté pointu et arty de leurs collaborations et de leur communication, apporté aussi par leur anonymat. Le podium est complété par Christine Lagarde qui est quand même la boss de l'économie mondiale et par Alain Ducasse. On a également des noms connus comme Hedi Slimane (7ème), Luc Besson (11ème) Benjamin Millepied (18eme), Christian Louboutin (20ème), Isabel Marrant (31ème) et Léa Seydoux (21ème) mais aussi DSK (!) à la 26ème place, dont les connaissances économiques sont grandement demandées. Mais il y a aussi des noms qui me sont personnellement plus obscurs, comme Henri de Castros, PDG d'Axa (5ème) ou le banquier Franck Petitgas (16ème) et le chirurgien Alain Cribier (33ème), car la valve qu'il a inventé permet aux personnes inopérables du coeur de finalement pouvoir passer au bloc grâce à une intervention moins lourde. Mais c'est chouette d'en apprendre plus sur des personnes qui font notre économie, dans l'ombre sans qu'on ne les connaisse :) Non? Ah il y a aussi, en milieu de tableau, Elisabeth Holder, la dirigeante de Ladurée  et la gourmande que je suis se devait de le noter ;)



La très belle Laeticia Casta nous parle elle aussi de son parcours, de ses projets et du surtout du fardeau de sa beauté. Et oui. Elle commence par nous dire qu'elle a été castée à l'âge de 15 ans et que Jean Paul Gauthier était déjà sous son charme "pour son petit truc en plus"; mais attention, son papa veillait au grain et l'accompagnait partout, même si cela impliquait de devoir patienter jusqu'à 3 heures du matin! Et ses parents voulaient qu'elle termine ses études, et même si elle a finalement arrêté à 16 ans, ses notes étaient devenues bien meilleures malgré ou grâce à son travail de mannequin, qui lui permettait de s'épanouir. Elle a également rencontré Yves Saint Laurent, qui était fasciné par sa beauté et avec lequel elle a noué une grande complicité au fil du temps. Mais à 18 ans, elle a voulu "se rebeller contre ce côté sex symbol de merde" et elle a commencé le cinéma à 19 ans: pour l'un de ses derniers films, Une Histoire d'Amour, dans lequel elle incarne la maîtresse meurtrière d'Edouard Stern, elle a voulu tout savoir de cette affaire, afin de bien nourrir le personnage et montrer qu'elle n'est pas qu'une poupée sur papier glacé. Et Gérard Depardieu lui même est ravi de la voir "s'orienter vers des textes plus difficiles" et la voit comme une héritière de Sophia Loren. Elle met également en avant son côté maman, qu'elle a eu pour sa petite soeur et qu'elle a aujourd'hui pour ses 3 enfants et veut leur montrer qu'elle est actrice, mais aussi simple, naturelle et là pour eux. Son caractère frondeur, sa volonté de ne pas être "possédée" s'est également ressentie dans le shooting, car elle ne voulait pas être dirigée : et au final, les photos sont magnifiques :)
J'ai beaucoup aimé l'article concernant Jean Gabin, et son rêve américain (ou plutôt son cauchemar) durant la Seconde Guerre Mondiale. L'acteur français, a rejoint son amoureuse de l'époque Michelle Morgan, en 1940, à Hollywood, "accompagné" de son vélo et de son accordéon. Toutefois, il va commencer à déchanter, car le soleil hollywoodien ne plaisait pas à cet amoureux du crachin breton...Pourtant, les studios commencent à s'intéresser beaucoup à lui,  avec de belles propositions, mais aussi pour des films de propagande nazie, que Gabin n'hésitera pas à refuser! Son premier film US, Venezuela,  sortira un an après son arrivée, temps qu'il a consacré à apprendre l'anglais: la presse et les studios vont l'aduler mais Gabin s'ennuie. Et va faire la rencontre de Marlene Dietrich, avec laquelle il va vivre et à laquelle il va se raccrocher car elle lui rappelle son pays, la France (elle parle couramment le français) ; même si il va être également séduit par Ginger Rogers, ce qui va alimenter la presse people de l'époque. Il va faire un autre film "Moontide", que la critique va moins aimer, même si la performance du français est largement saluée! Mais l'acteur n'aime pas tourner dans une autre langue et voudrait participer à la guerre dans son pays: il va tourner un film sur la guerre The Impostor, dans lequel il va incarner un assassin qui va se faire passer pour un héros de guerre, "dans un décor de France carton pâte", qui calme pendant un temps son envie de revenir. Mais là, la critique est plus virulente et en 1944, Gabin revient en France pour devenir soldat et chef de char. Très chouette article, hyper intéressant, j'ai beaucoup aimé. C'est rare d'avoir des articles sur des stars passées et cet article original change des têtes d'affiche du moment :) 




Vanity Fair nous fait également un petit focus sur le Cipriani, un hôtel mythique de la ville de Venise, où se bousculent les grands de ce monde et les stars les plus célèbres. George Clooney en est d'ailleurs l'un des habitués et c'est à lui que les clients de l'hôtel doivent le cocktail Buena Note :) Et notre ancien président Jacques Chirac était très apprécié des employés de l'hôtel, contrairement à Valéry Giscard d'Estaing. Le personnel, qui est là depuis plusieurs décennies fidèle au poste,  est bien sûr au petits soins de ses clients, n'hésitant à envoyer des plongeurs récupérer une bague tombée dans l'eau, par exemple. En 1958, quand le propriétaire Giuseppe Cipriani a voulu construire son hôtel, tout le monde l'avait pris pour un fou car l'emplacement ne semblait pas idéal, parce que désert et très humide: mais il a eu le nez creux car les stars recherchaient justement un endroit de prestige mais calme et loin du bruit de la ville. Mais aussi de profiter, entre autres, de la piscine de 600 mètres carrés! Une jolie histoire, pour un lieu mythique, dont je ne vous raconte ici qu'une infime partie, et un article agrémenté de jolies photos d'archives. 
On terminera avec la pétulante Valérie Lemercier qui joue au jeu des questions réponses, dans le cadre de la promotion de son nouveau film 100℅ Cachemire: dans lequel elle incarne une bourgeoise qui adopte un petit à l'étranger et voudra l'échanger parce qu'il ne lui plait pas, ca a l'air très drôle ^^ Elle dit qu'elle aimerait ressembler à Audrey Hepburn et que "pour les grandes occasions, il faut porter de l'occasion". Elle ne supporte pas la familiarité, et garde tous les échantillons de produits de beauté qu'on a pu lui donner, dont certains ont plus de 20 ans ^^ Elle a aussi un petit toc, qui est de toujours arriver à la porte des artistes par la gauche quand elle se produit à Paris ^^ Mais c'est aussi pour ca qu'on l'aime!  

Pour conclure, une petite pastille beauté! Avec une interview de Bobbi Brown, qui nous donne ses conseils et ses coups de coeur en la matière. Elle nous conseille de miser sur une crème riche en hiver et une huile en été pour nourrir notre peau et sur une multitude de couches de mascara pour obtenir un effet faux cils. Elle aime les choses nude pour les ongles et les lèvres et nous explique qu'il bien hydrater et poudrer sa peau pour que le maquillage tienne toute la journée; elle rappelle néanmoins qu'une jolie peau vient à "70% de l'hygiène de vie" :)




Jolie photo!




Voilà les filles! Et vous, vous l'avez lu ce nouveau Vanity Fair? Et qu'en avez-vous pensé? :) 

Des bisous et bon dimanche cocooning :) 




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!