(B)Elle et la Bête

Coucou tout le monde!

Comment vous portez-vous? On se retrouve aujourd'hui avec le billet Elle du mois! Etje ne ferai pas de blabla supplémentaire, on a attaque de suite ;) 


Commençons par l'actu!
Il est tout d'abord question d'un fait divers, qui soulève un problème familial important: 3 enfants se sont retrouvés seuls alors que leur papa est décédé d'une crise cardiaque. Ils n'avaient plus que lui, leur maman étant partie et, par peur d'être séparés par les services sociaux, ils ont caché la mort de leur père durant plusieurs jours! Car en effet, même si les services sociaux font tout pour que les fratries soient pas disloquées, il manque souvent de place dans les familles, qui ne peuvent pas légalement, accepter plus de 3 enfants et les foyers "sont organisés par tranches d'âge". Je suis passée par là vu mon passé et je n'ai jamais été en famille avec mes soeurs, ce qui fait qu'aujourd'hui, rien ne nous réunit et c'est dommage! De plus, perdre ses parents est déjà une tragédie, c'est d'autant plus dur si on perd aussi ses frères et soeurs. Heureusement que des structures comme SOS Villages d'Enfants existent! Et j'espère que les pouvoirs publics, qui n'ont même pas fait d'études statistiques sur les fratries placées, prendra un jour le problème en main.
Ensuite, la rédaction nous parle de la situation de l'IVG en France: en effet, avec tout ce qu'il se passe en Espagne et les récentes manifestations conservatrices que notre pays a connues, on est en droit de se poser la question. Alors, pour faire simple, notre droit d'interrompre une grossesse non désirée a été renforcé, puisque la notion de détresse a bien été supprimée et que le délit d'entrave (contre les personnes qui "empêchent les femmes de s'informer, comme les sites prosélytes pro-life") a été renforcé. Voilà pour la théorie. Mais en pratique, il existe encore de nombreux obstacles: le droit des médecins de faire appel à la clause de conscience pour ne pas pratiquer l'intervention (parce que c'est au médecin de décider du cours de notre vie, c'est bien normal), le fait que de nombreux établissements privés pratiquant l'IVG ferment et le manque d'effectifs, faute de moyens. Le délai est parfois trop long et les femmes doivent avorter à l'étranger , quand elles ne le font pas clandestinement! De plus, les jeunes médecins ne sont pas motivés par ce genre d'opérations, ne se spécialisent pas, laissant aux plus anciens cette lourde tâche: mais comment ferons-nous quand ils seront à la retraite? Il faut également arrêter de partir du principe qu'une femme qui avorte DOIT culpabiliser, et qu'elle doit se sentir mal, qu'elle doit pleurer: l'avortement est un choix et personne n'a à juger. Ce n'est certes pas anodin mais à chacune de gérer cela comme elle l'entend, et comme elle le ressent. Non?
Enfin, Elle nous soumet 9 petits voyages pas chers pour échapper à la morosité de l'hiver! Avec le froid, la routine, la fatigue, changer d'air peut en effet être salutaire en cette période de l'année. On peut donc faire un saut de puce à Budapest, en pleine effervescence ce mois-ci avec la sortie du film au casting hollywoodien The Grand Budapest Hôtel, ou bien à Riga (Lettonie) qui est la capitale européenne de la culture cette année et propose donc une programmation à la hauteur de l'évènement et comblera les amateurs d'Art Nouveau. L'Islande a toujours la côte, mais si la chaleur vous manque, cap sur Essaouira et ses médinas :)



Et les stars?
En premier lieu, après Valérie Trierweiler et François Hollande, Nicolas Bedos écrit à Julie Gayet. Une lettre romantique et touchante durant laquelle il évoque une soirée passée avec elle (en tout bien tout honneur) ainsi qu'une séance ciné (Avatar, si vous voulez tout savoir). Il explique qu'il a nourri pour elle des sentiments amoureux, troublé par son charme, sa culture, son intelligence et sa grâce. Il regrette aujourd'hui qu'elle ne soit connue "que" pour cette affaire et que sa nomination aux Césars, qui aurait dû, lui apporter l'attention des projecteurs, n'en soit ternie. Je crois avoir résumé le texte, mais ces quelques lignes ne saisissent pas la plume de Nicolas Bedos, qui, ici, se montre à des années lumières de son personnage arrogant et imbu de lui même. J'ai beaucoup aimé!
Elle nous conseille ensuite de regarder la série Devious Maids! Produite par Eva Longoria et reprenant l'esthétisme et le ton de Desperate Housewives, elle raconte le quotidien de 5 "bonnes" dans de riches maisons mais aussi leurs petits secrets et manigances. Ca a l'air drôle et si c'est comme Desperate, je ne peux qu'aimer! La série passe sur Teva les dimanches soir, je pense que je vais me laisser tenter. Et vous, cette série vous tente, ou vous avez déjà succombé? :)



On peut ensuite retrouver le portrait de l'héroïne de ce numéro, Léa Seydoux! Elle est actuellement à l'affiche du film La Belle et La Bête (dont je ne lis que des critiques positives pour le moment), et si Christopher Gans l'a choisie, c'est pour son côté obstiné, animal et très féminin ; elle, a aimé l'histoire et le côté non princesse de cette Belle version 2014. On apprend qu'elle est également fan de Michael Jackson (sa timidité la bouleverse) et que ses parents ont divorcé alors qu'elle avait 3 ans. Son papa lui offrait très souvent des films, ce qui a éveillé son intérêt culturel: elle n'a toutefois pas eu une scolarité brillante, n'allait pas souvent à l'école et était dans la lune les rares fois où elle devait assister à un cours. Cela ne l'a pas empêchée de réussir, en tout cas :)




Enfin, on terminera cette rubrique avec l'article "Les produits cultes de Jean Imbert": qui aime donc le ris de veau (cuit à l'eau, fariné puis poêlé), le reblochon (avec de la salade et du vinaigre de Xérès), l'orange sanguine, l'araignée de mer et les chouquettes! :)


Côté mode, il est encore une fois question de l'interdiction des retouches photos : le Ministère de la Santé a de nouveau fait proposition pour lutter contre les dérives, comme l'anorexie. Elle nous rappelle que la députée Valérie Boyer avait voulu, il y a 5 ans qu'une mention "photographie retouchée" apparaissent sur les clichés Photoshop, ce qui n'a jamais abouti. Le magazine explique qu'on ne peut rien faire contre ce phénomène, millénaire (les pharaons ne ressemblaient pas tout à fait aux gravures des Pyramides) et trop courant aujourd'hui. Certains vont également plus loin en disant que, dans ce cas, on devrait aussi interdire la lumière et le maquillage, tant qu'on y est. Le magazine nous dit aussi qu'une photo reflète le travail d'un artiste et que, l'important c'est que les jeunes filles ne pensent pas que ce soit la la réalité. Certes. Sauf que. Il faut quand même arrêter de nous prendre pour des débiles et arrêter de nous imposer la vision de filles parfaitement foutues quand nous, on a repris de la tartiflette et repioché dans la flamenkuche. C'est quand même pas sain, et, qui a dit que le gras et les imperfections n'étaient pas artistiques?

On termine en beauté avec un focus sur les parfums français et leur identité particulière :) En effet, les fragrances de l'Hexagone, qu'elles soient signées Dior ou Chanel, par exemple, sont reconnues et réputées dans le domaine, pour leur côté précieux. Mais pourquoi? Tout d'abord, parce que, comme le dit le  nez d'Hermès, Jean Claude Ellena, les parfums français, sont subtils et visent à retranscrire une émotion et ne s'arrêtent pas seulement à l'odeur. Mais c'est aussi grâce au terroirs français et aux très belles plantes des jardins de Grasse par exemple ou du Domaine de Manon: les fleurs sont très présentes dans nos parfums (rose et jasmin notamment) et leur "origine" est très noble, une attention toute particulière leur est portée, leur donnant des notes originales. Mais lorsque la plante est trop rare, ou trop chère, un autre savoir faire intervient et il faut alors avoir recours aux extraits et  retrouver la composition de parfums parfois iconiques comme Vol de Nuit, de Guerlain. Tout un art! Et retenez bien ce que disait Coco Chanel: "mettez du parfum, là où vous voulez être embrassée" :) 






Sélection shopping!
Short Esprit, 25 euros
Short Intimissimi, 13,90 euros
Short Etam, 19,90 euros




Jolies photos!




Et voilà! N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ce billet et de ce numéro de Elle :) 

Des bisous! 




CONVERSATION

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas acheté Elle cette semaine. Mais en lisant ton article, je regrette. L'article sur les parfums m'aurait fortement intéressé.
    J'étais étonnée que tu saches que l'agrément d'assistant familial était limité à 3 puis j'ai compris. Hélas les pouvoirs publics ne s'intéressent pas du tout au manquement de places dans les familles d'accueil. Les fratries sont toujours séparées.

    RépondreSupprimer
  2. Ce numéro était très chouette, en effet! Et cet article sur les parfums tout particulièrement.
    Oui je le savais par rapport à mon passé mais aussi parce que c'est écrit dans l'article :) Oui et franchement, je trouve ça assez honteux, et presque cruel :s
    Belle journée à toi et merci pour ton petit mot! :)

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!