Marie Claire fait sa grande arrivée sur ma Ptite Bulle!

Hello sweeties!


Comment allez-vous? Ici, on se retrouve pour le premier numéro de Marie Claire dont je vais vous parler cette année, mon abonnement annuel venant de commencer. Pour rappel, je vous avais annoncé que j'arrêterai mes billets Cosmopolitain, trop semblable à Biba pour vous parler à la place de Marie Claire, qui, pour moi, a sa propre identité et toute sa place dans le paysage de la presse féminine. 

Encore une fois, j'ai aimé ce numéro, qui s'adresse, je pense, à des femmes plus trentenaires que vingtenaires comme Glamour ou Biba. Mais j'y ai lu des choses très intéressantes!


Commençons avec la beauté!
J'ai tout d'abord aimé la page consacrée aux jolis accessoires capillaires de la saison! On pourra donc agrémenter sa queue de cheval avec un tube en cuir et métal, plaquer ses cheveux vers l'arrière avec un large peigne sur le haut du crâne ou encore tenter de retenir ses cheveux avec un foulard autour du cou. Mention spéciale également pour les petites fleurs ou encore le bandeau noeud rétro :)
On a également plusieurs pages consacrées au maquillage et parfums couture: on retrouve donc l'univers "raffiné" de Dior, avec son parfum Miss Dior et sa dernière déclinaison Miss Dior Blooming Bouquet mais aussi sa dernière collection maquillage très pastel, autant pour les yeux que pour les ongles ; on a aussi "le chic Chanel" et les fameux n°5, Beige et Jersey ainsi que la nouvelle collection Notes de Printemps, qui fait la part belle au rose et au violine. Les fans de Givenchy seront ravis de la page dédiée à son côté "moderne" avec sa ligne de maquillage Over Rose (décidément!) et son parfum Very Irrésistible, quand les afficionados de Gucci, retrouveront le parfum The One et son Classic Cream Lipstick :)




Côté cuisine, on a un dossier "1 ingrédient pour 2 recettes"! A l'honneur, le brocoli et son gratin de brocoli à la crème de parmesan que je vais tester ASAP, la sole et le poulet, avec notamment des petites boulettes de volaille aux olives qui me font saliver :) Très malin ce petit dossier, avec à chaque fois deux recettes très différentes, qui nous montrent que l'on peut vraiment faire plein de choses quand on a des idées :) 

Et la mode?
On retrouve un petit focus sur Opening Ceremony, le concept store hype de New York, la marque de vêtements mais aussi le duo qui le forme, Carol Lim et Humberto Leon, qui ont, entre autres, ressuscité Kenzo :) On nous rappelle qu'ils se sont rencontrés à la fac en Californie et qu'ils ont décidé d'ouvrir "une petite boutique multimarque" dans la Grosse Pomme, alors qu'ils avaient deux belles places dans deux grandes maisons. Opening Ceremony a maintenant 3 boutiques, mais aussi un showroom et un magazine, entre autres! Ils ont fait défiler leurs créations pour la première fois en septembre 2013, devant un grand nombre d'invités venus admirer les très nombreux modèles, inspirés à la fois de New York et de la Corée, chère à Carol. Et pour les curieux qui se poseraient la question: non, les deux acolytes ne sont pas ensemble dans la vie ;)



Poursuivons avec l'actu et les faits de société!
On démarre avec un petit dossier consacré à la jeunesse sud africaine, à ces jeunes qui n'ont pas connu l'apartheid mais connaissent les difficultés économiques. Direction Soweto, l'ancienne ville où l'on "parquait" les populations noires durant l'Apartheid et où l'on rencontre Makhanani, Miss de la ville, qui roule en voiture de luxe et va souvent faire la fête: ici, les Noirs se sont réapproprié la ville et les maisons bourgeoises côtoient les bidonsvilles...Des maisons très modestes, comme celle dans laquelle vit Cece avec sa maman femme de ménage et le reste de sa famille: cela ne l'empêche pas d'avoir des rêves et de s'offrir, plus tard, une jolie Aston Martin! Elle a raison d'y croire puisque là bas, l'ascenceur social peut monter vite et très haut en seulement une génération. Mais certaines autres jeunes filles, comme la créatrice de mode Nomathamsanqa, regrettent que leurs comparses ne se voient pas réussir et "s'en sortir sans un homme": certaines sont mêmes de "gold diggers", des filles qui cherchent un homme riche pour obtenir une certaine sécurité. Il est donc urgent de pouvoir les sensibiliser à la nécessité de faire des études et ainsi leur donner une indépendance financière! 
La page Marie Claire à l'international est très chouette! La rédaction nous présente les Une des éditions étrangères, ce qui est toujours révélateur de tendances et de problématiques différentes des nôtres, de notre actualité ou de notre culture. Au Royaume Uni, par exemple, on parle de la mode du bodubuilding féminin, qui fait un carton Outre Manche et permet de réduire la dépression, la prise de poids et l'alcoolisme! Alors qu'à Taiwan, il est question du mariage homosexuel et du soutien de la population, qui descend dans les rues, tandis qu'en Afrique du Sud, l'alcoolisme féminin fait peur. Hyper intéressant! :) 



J'ai également aimé l'article "Aider les autres sans aller au bout du monde". On nous apprend que le don de soi rend heureux, selon des études très sérieuses ; et 40% des français en font l'expérience, ce qui rend plus optimiste quant à l'altruisme dans notre beau pays :) Ce que la crise a causé et que les institutions n'arrivent pas à réparer, des gens, grâce à leur abnégation, l'apaisent et y apportent des solutions. Et des entreprises à "finalité sociale" ont vu le jour, remplaçant les associations, parfois trop fragiles financièrement. Il est grand temps de changer les choses, de faire bouger le système et comme le dit le bouddhiste Mathieu Ricard: "l'altruisme n'est pas un luxe, c'est une nécessité". Et certains ont appliqué cette maxime, comme Muhammad Yunus, qui a crée la Grameen Bank, pour les Bangladeshi les plus pauvres, par exemple ou France Parrainages, qui permet à des familles de soutenir "des personnes en situation difficile", entre autres :)



On termine avec les stars!
Et notamment avec un article concernant Julia Roberts mais avec un angle original: en effet, c'est le réalisateur Ryan Murphy qui nous parle d'elle et de son rôle dans le film Un Eté à Osage Country, dans lequel elle joue le rôle de la fille de Meryl Streep, (l'une des meilleures actrices au mond ; elle qui n'est pas violente ni habituée à dire des gros mots, a dû se battre avec sa mère à l'écran et déblatérer tout un tas d'insultes! Un vrai rôle de composition, donc. Ryan Murphy nous dit que son amie travaille très dur, pour être toujours "juste" ; elle est également très intègre et refuse même de pistonner ses amis pour un film! Il trouve qu'elle joue très bien l'indignation, que personne ne la joue mieux qu'elle et que son meilleur rôle est celui d'Erin Brockovich. Julia est également très fan de Meryl et c'est grâce à leur agent, qu'elles ont en commun, que le projet d'un film ensemble a pu voir le jour: et tant mieux car elles sont toutes les deux nommées aux Oscars! Cela n'empêche pas Julia d'être une mère hyper dévouée qui coud des sacs de couchage pour les poupées de sa fille :) Et attention, aucun risque de retrouver l'actrice sur les réseaux sociaux: Internet a "désacralisé" le star system, Hollywood et on pense que Julia tient à conserver son aura d'actrice culte, qui fait partie de celles dont on se souviendra des rôles et des films longtemps après sa mort.



Star system toujours puisqu'on nous parle du métier de paparrazzi. Qui a bien changé! Auparavant, ils, traquaient leurs proies, les suivaient et se planquaient durant des jours pour obtenir LE cliché que les magazines allaient s'arracher à prix d'or. Un vrai travail d'agent secret! Aujourd'hui, à l'heure d'Internet, les infos circulent très vite et tout le monde peut s'improviser photographe avec un smartphone: les photos et les infos (pas toujours vérifiées, comme on le disait dans le billet Grazia de la semaine) pullulent donc et la quantité a chassé la qualité. Les clichés se vendent donc beaucoup beaucoup moins chers qu'auparavant et l'âge d'or de la paparazzade a pris fin. D'autant que la loi française est très protectrice envers la vie privée et que certains titres de presse dépensent des fortunes en procès: beaucoup ont donc arrêté de diffuser des scoops scandaleux tout comme la presse anglaise, "la fin tragique de Lady Di ayant laissé des traces". Du coup, les média ne cherchent que des choses banales comme Nabilla chez Franprix et non le VRAI scoop, par frilosité et peur des représailles. Même s'il arrive que les célébrités, comme Carla Bruni, se montrent arrangeantes, et n'attaquent pas les journaux si elle ont été consultées avant la diffusion des photos et donné leur accord. Encore une chose que l'ère numérique 2.0 a bouleversée!
Là où les choses ne changent pas, c'est au Japon. Il est en effet question de la Princesse Masako, qui, depuis qu'elle a épousé le fils de l'empereur Akihito est gardée recluse dans les couloirs du Palais Impérial. Pourtant cette diplomate était promise à une belle carrière internationale, ayant fait de brillantes études à Oxford, parcourant le monde (ce qu'elle faisait depuis son enfance), maîtrisant 6 langues (dont le français) et vivant comme une femme très moderne. Mais le prince est tombé amoureux d'elle et après avoir maintes fois repoussé ses avances et ses demandes en mariage, Masako a dû céder, certainement sous la pression familiale. Les japonaises voient alors en elle l'espoir de sortir des carcans ancestraux et de faire bouger les choses, pour elle-même et pour le peuple. Mais la pression a été trop forte et malgré l'amour et la protection de son prince charmant, la jeune Masako a abandonné tout espoir de vivre une vie libre: toute sortie du palais lui est interdite et elle doit se changer 6 fois par jour, même si elle ne voit personne, sans oser les couleurs vives et le volume capillaire! Elle n'est bien sûr pas autorisée à voyager et la famille impériale lui met une pression monstrueuse pour qu'elle mette au monde un garçon, qui sera autorisé à régner. Elle va donner naissance à une petite fille, la petite Aiko, et s'attirer les foudres de sa belle famille et de la presse: va s'en suivre une dépression et une disparition médiatique de 11 ans. On l'a revue l'an dernier, au couronnement du roi des Pays Bas, la reine ayant personnellement insisté pour que Masako puisse venir. Un peu de soleil au travers de sa cage dorée...






Sélection shopping!
Cardigan en coton, Uniqlo, 29,90 euros
Sac en similicuir, Gémo, 19,99 euros




Jolies photos!


 


Voilà les filles! J'espère que le fait que Marie Claire ait sa propre place sur ma Ptite Bulle, pour un an au moins, vous fait plaisir :) Et sinon, qu'avez-vous pensé de ce numéro? :) 

Des bisous!





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!