Crazy ELLE

Bonjour bonjour!


Comment allez-vous? :) Je vais aujourd'hui vous donner mes impressions sur le ELLE de la semaine, que, je dois bien l'avouer, j'ai lu dimanche après midi, pour me remettre doucement de ma soirée agitée  de samedi (sortie en boite et couchée à 6 heures du matin, ahem), un brin comateuse peut être ^^ 
Mais je suis tout de même restée lucide et voici les articles qui m'ont plu :)

C'est parti pour l'actualité et les faits de société!
On démarre avec l'édito, qui nous apprend que la loi reconnaît maintenant que les animaux sont des "êtres doués de sensibilité", et non pas juste "des biens meubles". Oui parce que jusqu'à présent, un chat ou chien était considéré comme un mug qu'on pouvait changer d'étagère au gré de os envies en gros. Mais maintenant on reconnaît qu'ils peuvent souffrir et avoir des sentiments, ce qui est quand même une avancée. Le seul "souci", c'est que cela remet en cause tout ce qui est élevage des animaux en batterie, dans des conditions parfois insoutenable: comment vont réagir les autorité par rapport à ça? Vont-elles jouer la carte de l'hypocrisie et se murer dans le silence ou bien faire changer les choses, en cohérence avec la nouvelle loi?
Il est ensuite question de l'affaire de Maurice Agnelet, qui vient d'être condamné pour le meurtre de sa maîtresse Agnès Le Roux, un soir d'octobre 1977. Il n'y a aucun corps et aucune preuve, mais son fils affirme que sa propre mère lui a dit que son père l'avait tuée (chose qu'elle réfute). Et, en plus le profil de l'homme sème le doute: les femmes de sa vie (il en eu plusieurs, plus ou moins officielles) s'accordent toutes à dire que Maurice Agnelet, plutôt beau garçon dans sa jeunesse savait s'y prendre pour manipuler les femmes et les contrôler. Les experts parlent même "de pervers narcissique". Plus épris de réussite sociale que de ses compagnes, il se donnait l'image d'un humaniste alors qu'il semblait plus opportuniste qu'autre chose, n'hésitant pas à séduire les femmes pour leur argent: aujourd'hui, les 3 millions d'euros que détenait Agnès Le Roux sont au nom de Maurice Agnelet et déposé sur un compte en Suisse...Et quand on sait que son ex-compagne, qui lui avait fourni un alibi vient d'avouer qu'elle avait livré un faux témoignage, ça l'a fout mal :s Maurice Agnelet a décidé de poursuivre son cas en cour de Cassation, affaire à suivre, donc.



On en vient ensuite à un business qui dérange: les Sugar daddys. Ce son dees riches hommes qui veillent au "bien être matériel" de jeunes filles en manque d'argent. Vous avez dit prostitution? Ca y ressemble en effet. Les deux paries se rencontrent via un site, SeekingArrangement en postant des annonces. Les jeunes femmes tiennent compagnie aux hommes (voire parfois plus) en échange de quelques billets ou de cadeaux ; mais le site se défend en disant qu'elles ne le font pas forcément pour l'argent et qu'il s'efforcent de supprimer les profils douteux, qui demandent des compensations contre leurs "cadeaux". Toutefois, cette dérive existe, même si la justice n'a pas pu le prouver formellement. Mais où va-t-on? Surtout que si les "sugar daddys" profitent bien de cette situation, ces filles semblent parfaitement consentantes et profitent également de ce système: n'ont-elles pas plus de respect pour elles-mêmes?
Plus loin, la journaliste Camille Anseaume nous raconte (sur le ton de l'humour) comment elle a vécu l'Earth Hour, le mouvement qui voulait que le 29 mars, à 20h30, on éteigne les lumières pendant une heure pour faire des économies d'énergie. Elle a donc invité des amis, qui parfois prenaient la chose pour un truc de "bobos" et lui ont apporté des graines pour le repas et qui ont cru qu'un gâteau d'anniversaire allait débarquer une fois les lumières éteintes ^^ Elle trouvé également que certains amis sont plus supportables dans le noir, ce qui ne l'empêche pas de s'embroiller avec le rabat joie qui lui dit que "quand on rouvre les lumières, ça consomme plus d'énergie que si on les avait jamais éteintes", et de dire pardon à la table basse qu'elle a bousculée...Avant de dire à tout le monde de partir et de profiter de l'obscurité avec son chéri ;) Une manière très fun de nous sensibiliser à cette manifestation peu suivie en France, j'ai bien aimé et beaucoup souri en lisant cet article :) 



Ensuite, dans son article "Cultivez votre grain de folie", ELLE nous invite à nous éloigner de la "normal attitude" prônée depuis quelques temps (avec la tendance "normcore" à son apogée). Osons, que diable! Car, par exemple, la mégalomanie peut lui permettre de déplacer des montagnes et d'aller plus loin, de s'approcher du monde dont il rêve tandis que le côté excessif et party girl de Kate Moss lui a permis de bâtir son image d'icône british. La timidité de Charlotte Gainsbourg, elle, lui permet de se concentrer sur elle même et se connaître mieux que personne et faire les bons choix finalement! Donc, nos petites folies et névroses ont parfois du bon :) 
Puis, ELLE nous livre le portrait de cette nonne italienne conçoit des robes de mariée pour les plus démunies :) Soeur Maria Laura était styliste avant de se "ranger" et de passer sa vie dans le Monastère Sainte-Rita de Cascia en Italie. Mais ses premières amours ne sont pas loin et elle a décidé de transformer les robes de mariées que les associations ou parfois les marques (Dior, Cardin, Versace...) leur donne pour qu'elles conviennent parfaitement aux jeunes femmes qui n'ont pas les moyens de s'acheter une robe neuve. Cela vient d'une ancienne tradition, les orphelines recueilles par Saint Rita se voyaient offrir leur robe de mariée par les soeurs du Monastère et Maria Laura y apporte simplement sa touche personnelle. Elle a eu droit à un "boudoir d'essayage aménagé" et se tient aux courant des tendances grâce aux exigences de ses "clientes": et elle est apparemment très douées, puisque les retouches sont parfaites, tout comme les tenues de ses soeurs qu'elle coud entièrement et qui tombent parfaitement. Elle ne réalise pas les robes qu'elle offre aux jeunes fiancées et se contente de les retoucher mais elle aimerait beaucoup les refaire entièrement, y ajouter des choses et refaire cols par exemple: mais cela lui prendrait trop de temps, qu'elle préfère consacrer à la prière. Une bien belle histoire :) 



Et enfin, ELLE nous emmène au Bhoutan (oui comme Pékin Express!). Ce pays qui calcule sa richesse en termes de Bonheur Intérieur Brut donne beaucoup d'importance au bien être de ses habitants, et aux "vraies" valeurs comme les loisirs et la famille. On apprend également que le bouddhisme a une grande part dans leur culture, et que les paysages, très variés (entre rizières et forêt tropicale et hautes montagnes) sont à couper le souffle! La ourriture y est assez épicée, et, plus surprenant, le pénis est vu comme un signe de bonheur (no sale, merci) et "la marijuana est l'herbe préférée des cochons" ^^ 

On terminera par l'interview de Sheryl Sandberg, n°2 de Facebook, qui prouve qu'on peut être une femme d'affaires épanouie :) Elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour redonner le pouvoir aux femmes et a répondu aux questions des lectrices de ELLE lors d'une conférence à Sciences Po, retranscrites dans les pages du numéro de la semaine. Sheryl explique par exemple à Camille qu'elle a voulu écrire son livre, Lean In, pour donner confiance en la gente féminine et pour qu'elles se battent pour briser le plafond de verre ; elle explique également que le sexisme dans l'informatique et la si faible présence féminine dans ce domaine vient de la sous représentation des jeunes femmes pour ces postes, qui ne sont pas "encouragées" à poursuivre dans cette voie. Elle pense que certes, les pouvoirs publics ont leur rôle à jouer pour obliger les entreprises à mieux respecter leurs membres masculins, mais que les femmes doivent également prendre la place qu'elles méritent et se battre. Elle confie également que parfois, elle se sent coupable de se jeter à corps perdu dans son travail alors que ses enfants sont à la maison: alors que son mari, lui, est dans la même situation et ne ressent pas ce sentiment! Il faut donc arrêter de se sentir fautive. Sheryl pense également qu'être femme au foyer doit être un choix un statut imposé par la société! Toutefois, bien qu'elle essaie d'élever ses enfants sans distinction de sexe, elle se rend compte que naturellement, son fils prend un jouet pour en taper un autre alors que sa fille leur fait faire des bisous: ainsi, le genre a son rôle à jouer dans la construction. L'idée n'est pas de nier cette différence biologique mais de permettre aux filles d'en prendre conscience et d'en faire une force et non une faiblesse. Un entretien assez passionnant, qui soulève des questions très intéressantes et apporte des réponses assez constructives, je trouve :) 




Jolies photos!



Et vous les filles, vous aimez lire tranquillement pour vous reposer un peu et vous remettre d'une soirée agitée? :) 

Des bisous! 








CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!