What's Up Vanity Fair?

Hello sweeties!


Vous allez bien? De mon côté, pendant que vous lirez ces lignes, je serai très probablement sur la route des vacances, voire peut-être en train de tremper mes petits orteils dans la mer, que je n'ai pas vue depuis 3 ans : )

En attendant, j'ai pris le temps de lire Vanity Fair! Et il est temps que je vous en parle, puisque c'est le dernier jour du mois ;)

On retrouve tout d'abord celle qui pose sur la couverture, Hillary Clinton, et qui sera peut-être la première femme présidente des Etats Unis. Ici, l'angle choisi est surtout sa relation avec les médias, plutôt houleuse, etre amour et haine. On dit par exemple que l'intervention de Monica Lewinsky (qui suit juste après), aurait pu être orchestrée par la candidate. Mais de manière générale, elle choisit plutôt la "théorie du bunker": elle fait très attention aux journalistes et quiconque doit leur parler d'elle doit d'abord obtenir son feu vert. Il faut dire que les jounaux lui ont fait pas mal de tort, en étalant les infidélités de son mari, mais aussi en pointant du doigt son indépendance et son ambition, qui aurait, selon eux, fait perdre le second mandat de gouverneur brigué par Bill (en 1993). La droite a même édité un journal, The American Spectator, dans l'unique but de la discréditer et relayant tous les petits et grands scandales, réels ou présumés.Le clan Clinton a tout de même réussi à se mettre l'un des journalistes conservateurs dans sa poche, David Brock, qui est même devenu le conseiller d'Hillary en matière de communication et utilse ses réseaux pour faire parler d'elle positivement et contrecarrer les propos haineux des républicains. Elle a par exemple misé sur la proximité lrs de sa campagne pour devenir sénatrice de New York, en se rendant très disponible pour les journalistes locaux ; toutefois, lors des primaires de 2008 l'opposant à Barack Obama, beaucoup ont trouvé qu'elle était trop froide et stratège :s Et elle a regretté que la presse se focalise surtout sur le fait qu'elle soit une femme et la dénigre de manière quasi-systématique, à cause de son sexe. Pour sa future campagne, d'aucuns lui conseille de voir les journalistes comme les représentants du peuple, tout simplement et de miser sur la simplicité. Vous êtes d'accord?
Vanity Fair laisse ensuite la parole à Monica Lewinsky, qui revient sur le calvaire qu'elle a vécu après que sa liaison avec le président Bill Clinton ait éclaté au grand jour, dans pas moins de 5 pages. Elle ne s'était jamais exprimée sur le sujet, pensant que les gens finiraient par se taire d'eux-mêmes, mais aussi parce qu'elle ne voulait pas qu'ils pensent qu'elle voulait devenir célèbre grâce à cette histoire: mais, au bout de 10 ans, ils continuent e cracher leur venin: elle a donc pensé qu'elle devait leur expliquer ce qu'elle subissait au quotidien et comment elle se sentait par rapport à ça, mais aussi comment cela régit son quotidien. Elle a par exemple été très blessée lorsqu'un idiot n'a pas hésité à lui demandé que ce ça faisait d'être la "reine de la p*pe" alors qu'elle s'exprimait en public dans le cadre d'une conférence sur des grandes questions de politique (le rôle des femmes dans la politique, notamment): elle a été bouleversée de comprendre que sa relation avec M.Clinton été seulement réduite à ça et elle avec... Elle a été humiliée et traînée dans la boue comme pas possible alors que Clinton reste très populaire aujourd'hui: en revanche les stars les plus influentes se moquent encore d'elle aujourd'hui, comme Eminem ou Miley Cyrus... Mais comme elle le dit, heureusement que les réseaux sociaux n'étaient pas aussi développés qu'aujourd'hui à l'époque! Elle a en tout cas, dû partir en Angleterre pour faire ses études, qu'elle a réussies: malheureusement, son "passé" lui a malheureusement fermé toutes les portes...surtout celles qui impliquaient de travailler dans les organisations dépendant de subventions gouvernementales! Monica en veut également aux féministes, qui n'ont jamais rien fait pour l'aider, simplement parce qu'il n'y avait pas de harcèlement ou d'abus de pouvoir dans cette relation parfaitement consentie: elles n'ont jamais mis en avant le fait qu'elle soit le bouc-émissaire dans l'histoire. Certaines écrivaines en ont même rajouté une couche Et encore aujourd'hui, elle est parfois obligée de passer des journées enfermée chez elle, dés que cette affaire et son nom ressurgissent dans la sphère Internet et que les paparazzi se pressent en bas de chez elle. Toutefois, elle a décidé d'aller de l'avant et d'aider celles et ceux qui sont victimes de harcèlement, en s'exprimant sur son propre vécu. Un récit poignant et plein de courage!



Plus loin, la rédaction retrace le parcours d'Alain Ducasse : qui, apparemment, est non seulement un cuisinier hors pair, mais aussi et surtout un homme d'affaires redoutable, qui s'est fait des inimitiés dans le milieu.A 57 ans et 18 étoiles à son actif, son empire s'étire aux quatre coins du globe, avec des restaurants à Dubaï, en Toscane et à New York, entre autres. Et il garde farouchement les secrets de sa réussite, ne recevant que très difficilement les journalistes! C'est à 16 ans qu'il se découvre un amour pour la cuisine et qu'il fera son entrée au lycée hôtelier de Talence: un lycée qu'il ne finira pas, ses maîtres de stage au restaurant La Chaîne Thermale du Soleil décidant de le "débaucher" pour le garder auprès d'eux, et le former eux-mêmes. Il passera ensuite chez Lenôtre et réussira à faire son apprentissage chez son maître absolu Alain Chapel, n'hésitant à "mettre le pied dans la porte" pour qu'il accepte de l'engager. Il sera définitivement propulsé dans la cour des grands avec un succulent plat de pâtes (avec une salade jardinière) et prendra la tête des cuisines du restaurant La Terrasse: toutefois, son caractère intransigeant et sa poigne de fer va terroriser ses équipes ; et l'un de ses plongeurs, après une altercation devant son refus de laver les casseroles du chef, "tente de lui planter un couteau dans le ventre :s Il est également pas hyper content de voir ses petits protégés quitter le navire, à l'instar de J.F Piège qui est parti pour le Crillon. Sinon, Ducasse a également beaucoup cuisiné pour le Prince Régnier, avec lequel il a noué une grande amitié: c'est le chef attitré des grands évènements du Rocher, comme les fiançailles duu Prince avec Charlène. Je ne vais pas détailler tout le parcours du chef, car c'est assez long, mais en tout cas, il fut poncuté de grands succès, et ce, tant pis pour ceux se mettant en travers de sa route, comme Yannick Alléno, dont il a pris la place à la tête du Meurice :s Pourtant, on compare souvent les deux chefs, pour leur talent, leur mégalomanie et leurs parcours, entre succès et échecs (Si Ducasse a du fermer un établissement à New York, Alléno a par exemple dut mettre la clé sous la porte à Beyrouth).
Le magazine nous parle ensuite de l'incroyable histoire de Kostas Vaxevanis: ce journaliste grec est celui qui a publié dans son journal indépendant la liste des 2059 contribuables grecs fortunés ne payant pas leurs impôts dans leur pays, plongeant un peu plus le pays dans la crise financière. Tellement que l'Union Européenne n'a pas voulu trop aider la Grèce estimant que le pays ne fournissait pas un effort national et interne assez conséquent. Cette liste a été transmise par Christine Lagarde au pays, et elle a été transmise de mains en mains au gouvernement (sans que bizarrement, personne ne l'ait jamais vue), avant de disparaître (notamment dans les bureaux de la brigade financière) et de réapparaître à la rédaction de Hot Doc, le magazine de Kostas. De même, une enquête a été menée, et le Premier Ministre Papandréou s'est rendu compte que les comptes nationaux avaient été falsifiés pour correspondre aux exigences de l'UE mais qu'en fait, le pays était dans une situation financière bien plus critique que prévu...Et comme Kostas en savait trop avec cette liste en sa possession, des personnes haut placées ont voulu faire taire le journaliste, de manière définitive, avec l'appui de certains policiers, quelques semaines avant la publication! Dans un premier temps, son téléphone a été mis sur écoute, il était espionné et finalement assigné justice, avant d'être relaxé. Des hommes cagoulés ont également fait irruption chez lui, avec des intentions pas très catholiques. En effet, une dénommée Maria, "travaillant pour une agence de sécurité privée" a affirmé que des personnes influentes lui ont demandé d'enterrer des sachets de drogue dans le jardin de Kostas et d'appeler la police ensuite, pour le discréditer ; le plan B étant de le tuer.Il vit aujourd'hui reclus, mais toute cette histoire n'est pas terminée: en effet, la moitié des comptes frauduleux ont été vidés et il faut absolument savoir quelles sommes ils contenaient pour pouvoir confondre les fraudeurs....L'actualité récente ne fait en tout cas que nous dire que journaliste n'est pas vraiment pas un métier sûr de nos jours!



Ensuite, Vanity Fair fait un petit focus sur Pamela Golbin: elle est la conservatrice du musée de la mode et du textile aux arts décoratifs et fait partie des pointures en la matière. Notamment grâce à des expositions de grandes envergures, mettant à l'honneur Balanciaga, Valentino et Dries Van Noten. Les styles n'hésitent d'ailleurs pas à faire appel à son savoir en matière de stylisme, elle qui connaît sur le bout des doigts toute cette culture et toutes les influences qui se sont succédées au cours de l'histoire. Elle est d'ailleurs ravie de leur rendre ce service, est qui sont si ouverts d'esprit et sans aucun a priori :) Mais en toute modestie, elle ne se considère pas du tout comme une muse ou un puits de science. Un joli portrait! 
La rédaction retrace également pour nous la success story de What's App :) Pour celles et ceux qui ne connaîtrait pas, il s'agit d'une application bien pratique, qui permet d'envoyer des SMS gratuitement: il faut simplement être connecté à Internet, en wifi ou en 3G :) C'est tout simple mais hyper utile! Et c'est sans doute pour ça qu'elle a séduit des millions de gens (aux Pays Bas, le verbe WhatsAppen est entré dans le dictionnaire!) qu'elle a été rachetée 19 milliards de dollars par Mark Zuckerberg, ayant flairé le filon. Et pourtant, son créateur Jan Koum n'a pas été si facile à séduire: en effet, il voulait absolument rester indépendant et surtout que son service ne propose aucune publicité. Il voyait donc d'un très mauvais oeil d'être racheté par un mastodonte comme Facebook: et ce n'est qu'au bout de quelques mois et en développant une amitié avec Jan  que Mark Zuckerberg a réussi son coup. Et qu'il a donc soufflé le rachat à Google, qui était également très très intéressé! Toutefois, il a dû promettre à Jan et à son associé quil resteraient absolument maîtres à bord, tout en ayant les moyens financiers et juridiques de Facebook :) Pour info, Jan est né en Ukraine et est venu aux Etats Unis avec sa maman, afin de fuir les problème politique et l'anti-sémitisme de son pays: il appris l'informatique en autodidacte et fut employé chez Yahoo avant de plancher sur son projet Whatapp, avec son ami et ancien collègue Brian Acton: il vont monter leur appli à partir d'un bureau vétuste et non chauffé, durant des mois ; Koum va même finir par avoir envie d'abandonner, l'application buggant souvent et n'étant pas assez quali pour lui. Mais il va tenir bon! Et il a bien fait, puisque même en payant 1$ par an, les utilisateurs se sont faits de plus en plus nombreux (l'appli est gratuite en France et est payant seulement aux Etats Unis et dans d'autres pays) :) Une très chouette histoire, inspirante et motivate je trouve :) 
Pour terminer, Chantal Lauby répond à quelques questions, avec la douce folie et la franchise qui la caractérise :) Ainsi, de manière très pragmatique, elle dit qu'elle ressemble à elle-même et qu'elle excelle en "électricité". Elle adore le mot "connard" ainsi que le génépi mais ne pardonne jamais le "manque d'élégance" et les gens qui ont des gaz et sentent mauvais des pieds ^^ Elle aime aussi beaucoup faire la blague du "Tu l'as vu" et espère simplement que sa fille et elle-même soient heureuses et en bonne santé :)






Jolies photos!



Voilà les filles, de gros bisous! Et n'hésitez pas à me donner vos impressions sur ce numéro sur les réseaux sociaux ou en commentaires :) 

Ah! J'ai failli oublier: je serai demain en direct à la radio Saint Pierre et Miquelon 1ère, à 12h40! Vous pourrez écouter l'émission ici :) #mamanjaipeur





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!