Be Fabulous

Coucou les filles!


Vous allez bien? Je repasse derrière le clavier aujourd'hui pour parler de l'un de mes mensuels préférés, Be! Un numéro spécial mode que j'ai encore une fois bien apprécié, avec en guest l'actrice-mannequin de cette rentrée, j'ai nommé Aymeline Valade! On y va? :)


On démarre d'ailleurs avec la mode!
Be nous apprend que le jaune sera la couleur de l'automne! Et oui, même si on a plutôt tendance à l'associer à l'été, les créateurs ont préférer accorder nos tenues aux feuilles qui joncheront bientôt le sol, on dirait :) On l'a vu chez Missoni, Balmain, Miu Miu dans toutes les teintes: paille, poussin, moutarde...Et il ira très bien avec des couleurs crème ou chocolat, ou bien avec des baskets et chaussettes blanches. Et toutes les pièces s'y prêtent! RObe fluide chemisier et même manteau bole. Comme toujours, celles qui ont peur du total look pourront donner une touche de couleur à leur silhouette hivernale avec une pochette, un sac, un bijou, ... de couleur jaune :)
Le magazine nous emmène ensuite dans la sphère fashion avec une petite "cartographie" des muses de créateurs :) Nicolas Ghesquière est donc bien évidemment inspiré par Charlotte Gainsbourg, qui est passée d'un dressing Balanciaga à une garde-robe Louis Vuitton pour lui, mais aussi par Natacha Ramsay-Lévi, styliste et ancienne assistante du créateur, avant de devenir directrice de création chez LV :) Simon Porte Jaquemus, lui a son petit groupe de filles composé de Dlorès, une mannequin "mini-pouce" et toute mimi qu'il a choisie pour son film la Grande Motte et au prénom si eighties selon lui ou encore de la blogueuse Jeanne Damas, qui a collaboré avec lui pour La Redoute. Christopher Kane, lui, travaille beaucoup avec sa soeur Tammy: ils étaient tous les deux fans de mode durant leur enfance et Chrisotpher a offert à sa soeur une robe Versace pour ses 17 ans ; ils travaillent désormais ensemble et c'est leur duo qui a permis à leur griffe d'être rachetée par le groupe Kering :) Trop mignon tout ça! :) 



Et la beauté?
Premièrement, la rédaction relève pour nous toutes les bonnes idées des défilés de mode, qui marquent la tendance du moment. On n'hésitera donc plus à mixer le mauve et le taupe sur nos paupoères (Chanel) et à arborer un blush bien rose posé en ron sur les joues (Opening Ceremony), voire à déposer du bleu pétrole, canard ou turquoise en total aplat sur les yeux! Et avec la tendance sixties, le mascara est obligatoire :) Côté cheveux, le chignon haut perché de danseuse et un brin décoiffé reste tendance mais les grosses barrettes XXL font leur entrée, bien posées derrière nos oreilles. De même, le coiffé-décoiffé apparemment propre à notre beau pays (qui fait partie de notre "je-ne-sais-quoi" sexy et nonchalant) a la côte, en misant sur des produits de coiffage texturisants.
Enfin, assez original, Be nous parle des parfums vintage, ds jus imaginés au siècle dernier, qui, apparemment, reviennent sur le devant de la scène :) Certaines préfèrent miser sur des valeurs sûres, chic et un brin rétro pour se parfumer, et veulent se rappeler ainsi qu'il fut un temps où le parfum était un produit de luxe, auquel tout le monde ne pouvait pas accéder. On a par exemple Après L'Ondée de Guerlain, "floral, poudré et léger" qui a été mis au point en 1906 ou encore Bois des Iles de Chanel, ancêtre du N°5, "à la fois boisé et fleuri" qui lui, a  été proposé en 1926.Les fans des années 50 miseront sur l'eau d'Hermès, cuiré et épicé (1951) tandis que celles qui veulent adopter la tendance années 60 pourront se parfumer avec Ô de Lancôme, imaginé en 1969. Et sachez que Opium, d'Yves Saint Laurent, a été vu pour la première fis en 1977 :)



On termine avec les stars :) 
Encore une fois (promis, c'est la dernière!), Aymeline Valade participe au shooting du magazine et laisse transparaître son caractère et son naturel en interview. Elle confie que pour la montée des marches à Cannes, elle a choisi le smocking et les chaussures plates pour la simplicité et le confort sans stress : et puis le smoking c'est so YSL, non? De même, elle nous glisse que c'est grâce à Amira Casar que Bertrand Bonello a pensé à elle pour le rôle de Betty Catroux: elle en a été très honorée car pour elle, Betty n'est pas seulement un mannequin mais un modèle, une inspiration, une "muse", une personnalité. Pour le rôle le réalisateur n'a pas voulu qu'elle prenne des cours mais qu'elle soit le plus naturelle possible ; en revanche, s'il aurait aimé qu'elle rencontre la vraie Betty, cette dernière a décliné (sûrement sous la pressions de Pierre Bergé qui n'a pas validé le film). Elle adoré l'équipe du film, avec laquelle elle ne s'est jamais ennuyée ; elle ne regrette d'ailleurs pas du tout d'avoir refusé plein de tout petits rôles inintéressants avant de décrocher celui-ci: elle avait envie de qualité et elle a eu raison! En parlant de qualité, elle regrette aujourd'hui que la mode soit si chère et si mal finie...Même si Hermès et Céline font partie de ces griffes préférées. De même, elle pense que les respect des autres est une valeur qui s'est perdue dans l'océan de l'individualisme, regrette qu'on ne prête de l'importance qu'à l'apparence et se dit que si les mêmes excès que dans les années 70 étaient possibles économiquement aujourd'hui, ce serait la "guerre civile". A méditer!:)
Autre blonde, autre égérie, autre forte personnalité, Clémence Poésy répond elle aussi à quelques questions :) Elle nous parle du travail qu'elle a pu réaliser en collaborant avec Pablo pour une collection capsule: elle a par exemple imaginé un manteau qu'elle n'a jamais pu trouver dans le commerce mais s'est également inspirée de certaines muses comme Niki de Saint Phalle ou Francesca Woodman ; elle a également été ravie de pouvoir toucher les matières et travailler sur des choses concrètes le soir alors que la journée, elle jouait dans la pièce de théâtre Je danse Toujours :) Elle nous révèle qu'elle a toujours dessiné en auto-didacte et qu'elle avait fait une stage chez un couturier dans son adolescence, en plus de "fabriquer des costumes" :) Les costumes de scène restent toujours importants pour elle et en ramène toujours une pièce en souvenir :) Marianne Faithfull est également au centre de cette interview: Clémence nous dit qu'elle fait partie de l'Histoire, tellement elle a vécu de choses (elle a été SDF, par exemple) et marqué les esprits tout en côtoyant les plus célèbres british comme Jane Birkin et Mick Jagger et elle admire sa façon, "gracieuse" de vieillir :)  Une jolie et chouette interview illustrée par des photos en noir et blanc très "Swinging London" :) 




Petit mot lifestyle avant de finir, avec ces nouveaux couples qui fonctionnent, femme alpha et homme beta. Ce sont en fait des duos dans lesquels la femme domine et/ou rapporte l'argent et où l'homme est plus effacé, plus dominé, mais certainement pas un meuble: il est dans l'ombre, en soutien :) Anna Wintour par exemple, est une femme forte et très connue mais son mari n'est pas moins "compétent": milliardaire et très puissant, il est son homme de l'ombre. Dans un pays comme les Etats Unis oùle salaire des femmes est supérieur (en moyenne à celui des hommes) et où elles sont plus nombreuses à décrocher leur diplôme, cela a du sens :) Même si on est pas encore à l'ère où les femmes domineront le monde comme l'affirmait Hanna Rosin dans son livre TThe End of Men, on observe un certain chamboulement, effectivement. Le souci, c'est que les femmes alpha sont alpha au travail et s'échinent à l'être aussi à la maison, s'épuisant, sans laisser l'homme prendre le relais des tâches ménagères. On s'interdit encore de passer le témoin et c'est bien notre drame. Li'dée serait plutôt dans la collaboration, dans tous les domaines. Et non, les femmes fortes ne font pas peur à tous les hommes, puisque selon une étude US, elles ne divorcent plus forcément plus souvent et les hommes recherchent une compagne alpha :) 



Jolies photos!

 



Voilà les filles! Un billet un petit peu plus court que d'habitude, mais je suis un peu débordée en ce moment et, honnêtement, il n'y avait pas vraiment d'autres thèmes que j'avais envie d'aborder plus profondément. Pas forcément par manque d'intérêt mais, vous décortiquer une interview de Leïla Bekhti qu'on a déjà lue partout et dont je parlerai dans le billet Biba, je n'en avais pas envie et je pense que vous non plus. Donc autant miser sur la qualité que sur la quantité! 



De gros bisous et n'hésitez pas à me dire ce que vous, vous avez passé de ce numéro de Be! :)






CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!