Best Dressed & Vanity Fair

Hello sweeties ! 

Vous allez bien ? Aujourd’hui, je vous donne mes impressions sur le Vanity Fair de la semaine! Un magazine fidèle à lui-même, toujours aussi élégant et pointu, avec des articles/dossiers très approfondis :) Presque trop d’ailleurs, parce qu’il me faut vraiment du temps pour aller d’un bout à l’autre d’un sujet ! ^^ 



On démarre avec les stars!
Vanity Fair nous fait tout d'abord un petit point séries :) On nous rappelle que la prochaine saison de Mad Men sera la dernière, avec un Don Draper propulsé en 1969 et on nous conseille de regarder la saison 2 de True Detective, malgré des soucis de casting. Et, un spin-off dérivé de Breaking Bad va sortir, centré sur le personnage de Saul Goodman! Et joie, bonheur, la saison 2 des Revenants (dont je vous parlais ici) sortira très bientôt :) 
On retrouve ensuite Rita Ora dans le Photomaton de Karl Lagerfeld :) C'est l'occasion de faire un point sur sa success story: elle est née au Kosovo, a rencontré Jay-Z à l'âge de 20 ans et aujourd'hui grande copine avec Cara Delevigne, elle est devenue égérie DKNY et Roberto Cavalli, a rencontré la maison Chanel à l'occasion du shooting La Petite Robe Noire et a crée une collection capsule pour Adidas. Son unique album Ora a donc rencontré un succès planétaire et le prochain pourrait bien prendre le même chemin, même si sa rutpure avec Calvin Harris (qui voulait donner ses chansons à d'autres artistes) en a repoussé la sortie. Espérons pour elle que la success story continue ;) 




Puis, la rédaction retrace pour nous l'histoire de Canal +, révélateur de talents, cette chaîne qui a fait émerger tant de talents: Les Nuls, Jamel Debbouze, Eric & Ramzy, Omar et Fred, Antoine De Caunes, José Garcia ou, plus récemment Camille Cottin.Ou encore Géraldine Nakache, qui, au départ, était casteuse pour Groland. Tout commence dans les années 90: les Nuls font un carton d'audience, mais, rapidement, leur rythme de travail et surtout le chagrin d'avoir perdu l'un de leurs membres, Bruno Carrette les pousse à arrêter de se produire sur Canal + à faire leur propre film, La Cité de la Peur. Si la chaîne ne veut pas totalement les abandonner et décide de produire en partie le projet, il va tout de même falloir les remplacer: c'est alors que le concept, à la base américain, de Nulle Part Ailleurs va débouler, avec les fameux Antoine de Caunes et José Garcia: José GArcia garde un souvenir ému de cette période, même s'il espérait très fort que les gens venant le voir au théâtre (il jouit des pièces très classiques à l'époque) ne le reconnaîtrait pas ensuite, et qu'il avoue qu'il ne referait plus de télé aujourd'hui. Quelques années plus tard, Les Carnets de Monsieur Manatane, avec Benoît Poolevorde vient remplacer le duo, qui vient d'annoncer sa "démission" ; c'est aussi à cette époque que Canal+ "officialise" sa recherche permanente de talents, avec une cellule baptisée Canal+ Idées. Une cellule qui va donner sa chance à Jamel Debouzze et ses potes Eric et Ramzy (notamment avec la série H) ou encore à Edouard Baer. Toutefois, la chaîne va connaître un petit coup de mou au début des années 2000, d'ordre financier: son investisseur principal Vivendi, décide de mettre de l'ordre dans tout ça et de couper les dépenses inutiles. Il faudra attendre 2004 pour que le nouveau directeur de la chaîne ouvre de nouveau la cellule"repérages": vont alors émerger la Minute Blonde de Frédérique Bel et le SAV d'Omar et Fred (avec un  investissement en termes d'auteurs) et les Miss Météo impertinentes, en la personne de Louise Bourgoin. Canl + va également soutenir le Jamel Comedy Club de Jamel Debbouzze, qui permettra notamment à Thomas Ngijol de se démarquer. "La tête chercheuse de la chaîne", Christelle Graillot, va également repêcher Stéphane de Groodt (qui avait postulé à la mauvaise période, celle de la "diète" de Canal), et repérer Charlotte le Bon, Guillaume Gallienne, Kyan Khojandi et Camille Cottin. On peut dire qu'elle a eu le nez creux! Espérons que Canal continue à expérimenter et nous permettra de découvrir d'autres pépites :) 
Retour ensuite sur l'histoire de l'île de Skorpios: autrefois une île grecque sauvage, elle a ensuite été rachetée par la magnat du pétrole Aristote Onasis en 1964, qui en fait un splendide repère secret (après 5 ans de travaux) mais aussi un lieu tourmenté. Il y a commencé son histoire avec Maria Callas, avant que son arrogance et sa méchanceté envers elle ne la pousse à le quitter, malgré des années de relation passionnée en pointillés. Mais aussi la découverte que son amoureux la trompait sans aucune gêne. En effet, il semblerait que la seule femme ayant compté pour "Ari" fut Jackie Kennedy, qui a entamé une relation avec lui après avoir perdu son statut de Première Dame des Etats Unis, après l'assassinat de JFK (même si Aristote ne vantait d'avoir entamé cette histoire AVANT la mort du président :s). Elle a ensuite épousé Aristote en 1968 et et après avoir vu Jackie en tailleur très bourgeois, le monde entier a également pu la découvrir en tenue légère voire entièrement nue sur l'île de Skorpios. Pour info, les deux amoureux s'étaient rencontrés alors que Kennedy voulait empêcher le magnat du pétrole de décrocher un contrat exclusif avec l'Arabie Sahoudite, ce qui aurait mis leur propre compagnie pétrolière nationale sur la touche ; et la soeur de Jackie, le connaissant également, a alors proposé à sa soeur de passer un week-end avec eux, afin de lui remonter le moral (Jackie savait que son mari était infidèle). Mais leur histoire d'amour va s'essouffler et Aristote va même finir par revoir Maria Callas : Jackie l'apprendra et, ni l'un ni l'autre ne voulant divorcer, ils vivront simplement séparés. L'ex première dame viendra toutefois le réconforter à la mort de son fils, décédé tragiquement dans un accident d'avion à l'âge de 24 ans. Onassis est mort en 1973 à Paris (Maria Callas était alors à son chevet) et fut enterré sur son île (comme son fils et sa soeur), qui en sait tant sur lui et ses amours: toutefois, sa petite-fille a dû se résoudre à vendre ce trésor national grec à un riche oligarque russe Dmitri Rybolovlev, qui l'a ensuite offerte à sa fille: son entretien était bien trop onéreux pour elle et cette île lui rappelait uniquement les déboires de sa famille. Reste qu'aujourd'hui, celle île continue de fasciner: elle émerveillait déjà les Grecs de l'Antiquité, persuadés que la déesse Io s'y est noyée, si triste d'être délaissée par Zeus....



Pour terminer, David Pujadas répond à un petit quizz :) Il dit détester l'imposture, la fausseté et les strings et exceller en pédagogie, vouloir ressembler à George Clooney et savoir profiter de l'instant présent. Assez humaniste, il pense que l'altruisme et l'amour rendent meilleur, espérer qu'un jour la Palestine et Israël seront en paix un jour , et nous confie qu'il adore "nager au soleil". Petite anecdote: sur le plateau des JT, lors du débat de l'entre-deux tours entre Hollande et Sarkozy, il venait avec son petit radiateur perso, tellement la climatisation était glaciale, sur demande des deux candidats ^^ Et son pire cauchemar est de ne pas trouver sa chemise et ses textes alors que le générique du JT commence! Une interview plutôt sympa, surtout que c'est rare de voir David Pujadas dans les pages des magazines :) 


Zoom ensuite sur la Corée du Nord! Ce pays mené en dictature est l'un des plus secret du monde, des plus mystérieux. Et bien sûr, on a envie de savoir ce qu'il s'y passe. Comme on le sait, Pyongyang fait très attention à qui entre et sort de son territoire: Les avions pour s'y rendre sont extrêmement vieux et non-sécurisés, avec de l'eau tout à fait inconsommable ; les portables et tout appareil électronique sont confisqués à l'arrivée ainsi que les passeports et billet de retour :s Les visiteurs  ne peuvent circuler qu'avec un "guide" à leurs côtés. Mais certains hommes politiques et aux célébrités y ont été invités et nous disent quelques mots concernant son séjour. Ils rapportent notamment ce que l'on sait déjà: des figurants payés sont là pour accueillir les grands dirigeants (comme Mitterrand, qui a été le premier président français à s'y rendre, et même le premier dirigeant occidental à y mettre les pieds)), en chantant en play back dans un décor limite en carton pâte, pour faire croire qu'ils y sont heureux et faire bonne impression ; les dictateurs régnant sur la Corée du Nord sont magnifiés dans les affiches de propagandes, mais ne sont en fait pas si beaux et imposants (c'est en tout cas le cas de Kim Jong Un) qui était "rabougri" et "sans aucun charisme" selon l'ancien sénateur Claude Estier. Les "touristes" doivent également suivre un parcours obligatoire, pour leur faire découvrir les monuments de la ville, dont l'immense mausolée à la gloire de feu Kim-Jong II. Toutefois, ce que l'on sait moins, c'est que le pays a besoind 'investisseurs et compte s'ouvrir un peu, afin de faire profiter aux entreprises étrangères de leur main d'oeuvre qualifiée, très bon marché et surtout très docile. Lafarge, malgré ses démentis ferait par exemple partie des société cherchant à s'y implanter: au risque de perdre de gros contrats avec les Etats-Unis et le Japon, qui y sont très réfractaires :s Ils sont également friands de produits venus d'ailleurs, comme en témoigne le fait que l'ancien dictateur possédait un Mac et une sacoche Hermès. De même, les ONG venues pour étudier les vestiges antiques du pays sont très bien accueillies, sans aucune entraves dans leurs recherches car "il s'agit d'une priorité claire du gouvernement" ; l'archéologue interviewé nous dit même que depuis que Kim Jong Il est au pouvoir, il  a une sorte d'ouverture, avec des jeunes nommés à des postes clés, par exemple, ayant été formés dans les meilleures écoles du monde, comme Harvard ou Oxford. La Corée du Nord reste donc un pays mystérieux, qui malgré sa froideur et son extrême traditionalisme, sans oublier le fait que ce soit une dictature, fascine les étrangers. Le pays va-t-il s'adoucir? Rien n'est moins sûr: l'oncle du dictateur en place a disparu (qui a disparu depuis quelques temps, d'ailleurs) dans d'étranges circonstances: avec avoir montré des réticences envers le pouvoir en place, il aurait été exécuté mais on en sait pas plus...




Petit point mode enfin avec le classement Vanity Fair des best dressed 2014! Et Lupita Nyong'O tire son épingle du jeu avec notamment un statut d'égérie Lancôme et Miu-miu mais aussi une robe bleu ciel Prada aux Oscars qui était juste sublime :) La rejoignent sur le podium Victoria Beckham avec son style féminin et pointu, mêlant aussi bien ses propres créations que celels de Chanel, Céline ou Chloé, et Aymeline Valade, notamment avec son look androgyne en smoking au Festival de Cannes, lors de la montée des marches pour Saint Laurent. En 4ème et 5 places on a Rihanna (et notamment sa robe toute transparente lors de la  remise de prix aux CFDA et Keira Knightley (qui n'hésite pas à reporter les pièces qu'elle aime, même pour son mariage!). Pêle même, Olivia Palermo, Pharell Williams, Conchita Wurst, Julie Gayet, Eddie Redmayne, Hollysiz, Stromae, Lily Allen, Matthew Mc Conaughey, DianeKruger ou encore Mira Duma ont été distingués par le magazine. Et les personnages politiques s'en sortent bien, puisque Matteo Renzi (chef du gouvernement italien), Letizia d'Espagne, Hilary Clinton ou encore Fleur Pellerin (cocorico!) font également partie du palmarès, respctivement en 7ème, 13ème, 15ème et 25ème place :)



Jolies photos !




Et voilà ! Et vous, avez-vous lu ce numéro de Vanity Fair ? :) Des bisous !





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!