ELLE & Georgia

Hello girls!

Et si on parlait du ELLE de la semaine aujourd'hui? Un joli numéro dont Georgia May Jagger fait la couverture :)

Petit mot de beauté pour commencer! ELLE nous apprend les bases du contouring, cette méthode de maquillage qui consiste à redessiner les contours du visage : apporter de l'ombre à des zones que l'on veut affiner, comme le nez ou les joues par exemple ou encore ouvrir le regard et apporter de la lumière au visage avec des produits plus irisées. Les stars le font depuis longtemps, comme les Youtubeuses mais un rappel ne fait pas de mal. Surtout que moi, par exemple, j'ai du mal à adopter cette technique, étant donné que j'ai peur que la poudre de soleil utilisée pour ombrer soit trop foncée pour ma carnation assez claire ; sauf qu'en fait le direction du maquillage chez M.A.C explique dans l'article qu'on peut également seulement utiliser les teintes claires pour illuminer les zones à mettre en avant (simplement le haut de la pommette par exemple): et ça, je n'y avais pas forcément pensé!On nous conseille également de bien choisir des teintes proches de sa couleur de peau pour éviter l'effet cagole et de miser sur des textures soit crème, soit poudre mais pas les deux. Et atténuer le tout avec un gros pinceau, c'est la base! ;) 

Puis, côté mode, il est question de la Fashion Week de Paris! Comme Grazia, ELLE note le grand talent de la capitale française en la matière mais aussi la joie et la jeunesse des podiums: comme le défilé de Chanel, prenant place dans un décor de rue révolutionnaire , avec des modèles habillées de tweed et parées de couleurs joyeuses, "manifestant" pour les droits de la femme heureuse". Nicolas Ghesquière a, quant à lui, proposé des silhouettes romantiques, puis plus affûtées et coupées à la perfection au sein des locaux de la fondation Louis Vuitton, officiellement inaugurés à la fin du mois. La rédaction retient surtout de ces défilés une grande créativité, mêlée à une portabilité plus accessible au grand public, en termes de goût, en tout cas :) Et figurent parmi ses coups de coeur: la marinière agrémentée de dentelle de Sacai,  la robe jaune orangée d'Hermès, ou encore le short en cuir de Rabin Kayrouz et la brassière à volants de Miu Miu. Entre plein d'autres choses ;)

 

Et pendant ce temps, que font les stars? 
Pour commencer, on peut lire un dossier très joyeux, puisqu'il est consacré à des humoristes, femmes et brillantes. Bon, je dois vous avouer que je ne les connais pas toutes: si j'ai déjà vu des sketchs de Kee-Yoon ou Caroline Vigneaux, les noms et les visages de Giedré, Charlotte Gabris, Noémie de Lattre, Audrey Vernon, Sarah Doraghi, Charline Vanhoenacker, Nora Hamzaoui, Camille Bardery ou Charloote Creyx ne me disent pas grand-chose. Rassurez-moi, je ne suis pas qu'une sombre inculte? En tout cas, les mini-interviews qu'on peut lire donnent envie d'en savoir plus sur ces femmes pétillantes!. Elles nous confient la première qu'elles ont fait rire, le film et leur répliques préférés et nous disent, une bonne fois pour toutes, si l'humour est vraiment une arme de séduction. Et bien, il semblerait que non, puisque malheureusement, selon elles, l'autodérision et le talent comique sont plutôt vus comme des qualités masculines et viriles, que les hommes préfèrent garder pour eux....Pas cool! Mais sinon, j'ai bien ri en apprenant que Sarah Dorahi a pour la première fois fait rire à sa naissance,parce qu'elle était grosse et ressemblait à Sergent Garcia et j'adore la réplique "C'est quand un moustique se pose sur tes couilles que tu te rends compte que la violence n'est pas une solution" que Noémie de Lattre affectionne particulièrement ; ou encore celle de la maman de Sarah Doraghi, qui dit toujours qu'il "faut avoir le sens de l'hospitalisation et de la raffinerie" ^^ Ca me fait penser à la réplique "Ca vous va bien les cheveux assaisonnés" (au lieu de poivre et sel) dans le spectacle de Gad El Maleh ^^
Puis, on retrouve une interview de Laure Manaudou. Cette dernière vient de sortir un livre autobiographique intitulé "Entre les Lignes" et elle y exprime notamment son manque d'amour pourla natation, depuis qu'elle a débuté sa carrière de championne. Elle n'a jamais aimé nagerni l'univers de la piscine mais a toujours aimé gagner et c'est la raison pour laquelle elle s'est accrochée ; pourtant sa flemmardise lui enlevait parfois toute motivation : elle s'est donc beaucoup disputée avec Philippe Lucas qui la tirait du lit avec perte et fracas, de 14 à 21 ans. Et si sa carrière de nageuse a toujours été exemplaire, avec pas moins de 87 médailles et des titres de championne olympique, son parcours a néanmoins été entaché par des coups de coeur et des coups de tête: très amoureuse, elle a été en couple avec Luca Marin, Benjamin Staslusis puis Frédérick Bousquet avec lequel elle est partie aux Etats Unis et eu une fille en 2010. Ils sont aujourd'hui séparés. Cette spontanéité est ce qui fait sa personnalité et oriente ses choix, les pires, comme les meilleures. Depuis janvier 2013, Laure Manoudou a donc raccroché le bonnet de bain et pense à "une reconversion dans les médias". Et elle dit très contente de voir son jeune frère, Florent, prendre la relève :)



La rédaction prend ensuite le temps nous parler du film Samba, avec à l'affiche Omar Sy, Chalotte Gainsbourg et Tahar Rahim (apparemment très drôle!). Un film dont je n'ai lu que des éloges et traitant de l'immigration que commente pour nous  Cécile Poletti, ddéléguée nationale Ile de France de l'association La CImade qui vient en aide aux sans-papiers. Elle commence par nous dire que les réalisateurs du film, le tandem Nakache-Toledano a voulu comprendre dans quel environnement les immigrés évoluaient en arrivant chez nous, dans un centre: comment peuvent-ils être amenés à gérer le fait d'être enfermés dans des cellules par exemple ; ils voulaient également éviter, par ce travail, de tomber dans les pièges des clichés. Elle pense que le film est donc très juste car il rend réellement compte du quotidien des immigrés, comment on les perçoit et comment ils perçoivent leur propre situation, vivent leurs angoisses d'être arrêtés ou renvoyés à la case départ. C'est aussi une manière d'humaniser le débat! Cécile Poletti compte également sur la popularité du casting pour amener un public pas forcément intéressé par ces questions là, à se poser des questions et éventuellement, changer les choses. Elle aimerait vraiment que l'on voit l'immigration comme une chance que comme une menace: en effet, acceuillir des étrangers permet par exemple de créer des emplois et de permettre une complémentarité avec les personnes "pur-souche": il n'y a donc pas concurrence sur le marché du travail, par exemple ; de même, l'immigration irrégulière ne coûte pas forcément de l'argent et non, elle n'explose pas ces derniers temps, puisqu'elle représente moins de 1% de la population de notre pays, chiffre stable depuis 20 ans. Il faudrait en effet revoir nos certitudes à ce sujet...
Pour terminer, focus sur Georgia May Jagger! La brit-top incarne, aux yeux du magazine, le meilleur du rock et de l'aristocratie anglais, au top des années 60: rappelons que son papa c'est Mick Jagger (qui a été anobli par la reine) et que sa maman n'est autre que le top Jerry Hall. Et sa blondeur ainsi que son air à la fois candide et frondeur lui valent le surnom de "British Bardot"! On nous rappelle que Georgia est égérie Mugler et Minelli, en plus de faire des apparitions pour de grandes maisons comme Chanel ou Versace mais, ce que l'on sait moins, c'est qu'elle prend le métro, a acheté sa maison avec son propre argent gagné par elle-même, qu'elle fait des études de photographie, qu'elle n'expose pas sa vie sur les réseaux sociaux et qu'elle aime mixer pièces de créateurs et prêt à port abordable: ce qui fait qu'elle est extrêmement populaire et qu'elle plaît à tout le monde. Elle rassure tout le monde. Et en plus de ça, elle pose pour un très joli shooting illustrant l'article, me faisant dire que même si d'habitude je DETESTE les dents du bonheur, sur elle, ça passe :)



On termine avec les faits de société? 
Il est premièrement question de la manorexie: il s'agit tout simplement de l'anorexie,qui peut également toucher les hommes, donc. Avec la pression notamment des mannequins, les hommes ont envie d'avoir du muscle et seulement du muscle: aucune graisse n'est tolérée! Et cela va parfois plus loin: la plupart des stars masculines des podiums ont un physique assez androgyne, très fin et sec: certains veulent donc tendre vers ce modèle. Ainsi, comme leur comparses féminines, les manorexiques s'affament et ce font vomir ; seulement, contrairement à elles, c'est leur silhouette qu'ils scrutent et non leur poids. Et le gros problème, c'est que les solutions, les traitements sont en général très féminins avec des ateliers de tricot, par exemple: les malades ne se sent donc pas concernés et n'ont pas accès à des soins qui leur sont dédiés. Arrêtons de penser que l'anorexie est un problème de filles! Et que seules elles sont complexées par leur apparence. Les garçons aussi ont un petit coeur qui bat ;) 
Ensuite, la rédaction dresse le portrait assez effrayant de Rosario Murillo: la femme du président du Nicaragua joue les voyantes au look de Madame Irma et même les déesses sur Terre, en chantant des cantiques et distribuant des cadeaux aux plus démunis. Sauf qu'il semblerait que tout ceci ne soit que façade, puisque cette femme, qui a fréquenté de très grandes écoles, a attiré le président Daniel Ortega dans ses filets, avant de l'épouser et de profiter de sa vie dorée dans un quartier ultra sécurisé tout en menant son monde à la baguette, dans l'ombre. Certains l'accusent d'utiliser la religion pour soumettre le peuple via des discours religieux enregistrés et diffusés quotidiennement. Elle leur impose également d'être "heureux" et "propres" alors que beaucoup vivent en dessous du seuil de pauvreté ; et, quand elle a décrété que les enfants du pays devaient "connaître la glace", elle n'a pas hésité à dilapider l'argent de l'Etat pour construire des patinoires...Du coup, la population, qui n'est pas d'accord avec ses pratiques lui confère des pouvoirs magiques et la craint :s Mais pour s'assurer leurs votes, elle leur fait régulièrement des cadeaux, comme des bons alimentaires. Et pour rester influente, elle a même fait l'horrible de choix de traiter sa fille de mythomane alors que cette dernière avait trouvé le courage de dire que son beau père, le président donc, avait abusé d'elle...Scandaleux ce que le pouvoir peut faire faire :s 
Enfin, dans la partie régionale en fin de magazine, ELLE donne la parole à des Lyonnais installés dans les  quartiers "qui montent": on retrouve François Marie et leurs deux enfants à la Croix Rousse dans leur appartement "esprit canut" qui attestent du dynamisme des Pentes, pleines de commerçants sympathiques, de nouvelles boutiques,  d'associations actives, avec un grand choix d'écoles privées et publiques et des habitants charmants ; mais encore Marine qui a retrouvé Les Brotteaux, son quartier d'enfance, dans un immeuble classé au patrimoine mondial de l'UNESCO: elle y aime la proximité du Parc de la Tête d'Or et de la Part-Dieu, également le fait qu'il y ait plein d'école mais aussi les petits bars de quartier! Jean-Claude et Claire, quant à eux, sont ravis d'avoir misé sur Berliet, dans le 8ème arrondissement: le tram T4 y passe depuis quelques temps, et il sont à la fois proches de Part Dieu, de Bellecour et du parc Sergen Blandan (ou je vais courir ;)), sans oublier la place Monplaisir toute proche et vraiment charmante. Si vous cherchez un appartement à Lyon, pensez également à chercher sur Bron et Villeurbanne, qui touchent la ville, ont plein de commodités et sont un peu moins chères ;)




Jolies photos!




Bonne journée à toutes! :) 






CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!