Grazia in Yellow


Coucou tout le monde!


On va parler du Grazia de la semaine aujourd'hui! Une fois n'est pas coutume, j'ai beaucoup aimé la couverture de ce numéro, toute jaune :)  Pour un numéro paru en octobre, je trouve ce choix audacieux :) Et bien vu parce que quand le temps est gris, on a besoin de couleur!

Mais comme on dit toujours que l'on ne doit pas juger un livre à sa couverture, voyons ce que ce numéro de Grazia a à nous offrir :) 


On commence avec les stars? :) 
Une page est consacrée à Antoine-Olivier Pilon, le garçon hyperactif et violent de Mommy (bande annonce ici). Apparemment une star au Québec, dans des "séries familiales", on a également pu l'apercevoir dans le clip College boy d'Indochine, dans lequel il incarnait un jeune se faisant harceler et maltraiter par ses "camarades" de classe. Il se dit parfaitement conscient du cadeau que Xavier Nolan lui a fait en lui offrant un rôle aussi fort à seulement 17 ans etqu'il a adoré chanter du Céline Dion ou encore Vivo per Lei dans le film ^^ Toutefois, il n'a pas pris la grosse tête pour autant, et va continuer de jouer dans les séries dans lesquelles il s'est engagé, malgré d'autres propositions aux Etats Unis notamment :) 
Ensuite, Céline Sallette est également présente dans les pages de ce Grazia! Très pro et souriante, elle n'a pas hésité à se maquiller elle-même pour le shooting : une spontanétité et une joie de vivre qui ne collent pas forcément aucx derniers rôles qu'elle a pu interpréter, que ce soit dans l'Appollonide ou Les Revenants: une preuve supplémentaire de son talent! Elle confie aussi que, contrairement à la croyance populaire, les actrices ne sont pas folles, et ne peuvent pas l'être: elles doivent être en effet très équilibrées pour savoir qui elles sont et où elles vont après un tournage éprouvant et un personnage vampirisant. On le retrouvera très prochainement (dés mercredi, en fait) dans le rôle d'une éducatrice dans le film Geronimo puis en maman baba-cool dans Vie Sauvage le 29. Une rentrée bien remplie pour Céline Sallette, donc ;) 



Poursuivons avec les faits de société ;) 
Focus ensuite sur l'Umbrella Révolution. Comme vous l'avez sûrement déjà entendu, il s'agit des manifestations des étudiants de Hong-Kong, qui se battent pour avoir des élections libres et démocratiques, au lieu du simulacre orchestré par Pékin, qui prévoit de ne les laisser choisir qu'entre des candidats qu'ils auront eux-mêmes choisis et envoyés. Mais ce qui force le respect ici, c'est que les "révolutionnaires" sont extrêmement courtois et polis! Ils ne cassent rien, n'agressent pas les forces armées, ramassent leurs déchets et ne s'installent même pas sur la pelouse, puisque ceci est interdit par la loi! Alors qu'en face, les policiers ne se gênent pas pour leur balancer du gaz lacrymogène en pleine figure, contre lequel ils se protège avec des parapluies. Ils sont également très solidaires et souriants entre eux :) Comme le dit le révolutionnaire de 1968 Daniel Cohn Bandit (qui s'amuse de voir des citations de Voltaire sur les panneaux des jeunes manifestants), "l'ultra-pacifisme de ces jeunes est la meilleure des armes conte cette dictature violente qu'est la Chine". Ce profond respect inspire même certains policiers, qui, en signe de soutien, envoie aux manifestants des photos d'eux, flanqués du ruban jaune symbolisant le mouvement. Bravo à et surtout, qu'ils gardent espoir :) 
Puis, il est question du congé parental: notre Ministre de la Santé vient de proposer une réforme inédite: les papas pourront bénéficier de 18 mois de congé parental pour rester avec leur enfant et participer  son éducation. Un droit non-cessible à la maman, avec laquelle le papa devrait partager la "charge" que représente un nouveau-né donc. Sur le papier, cela semble une bonne idée. Sauf que. Tout d'abord, notre pays latin ne voit pas très bon oeil que le papa participe à ce point à l'éducation des enfants: c'est la maman qui doit le faire et avoir le dessus sur ce "dossier": le papa met la main à la pâte mais sans plus.  25% des papas avouent "ne s'être jamais posé la question du congé parental!" et les entreprises voient d'un très mauvais oeil qu'un homme quitte son travail parce que son enfant est malade. Et le souci, c'est que cette loi ne va pas arranger les choses, puisque le papa ne devra se contenter que de 390 euros d'allocations mensuelles...Ce qui est rien du tout face à un vrai salaire! Surtout que dans le couple, c'est souvent l'homme qui gagne le plus et que c'est la raison pour laquelle c'est la maman qui se "sacrifie", le manque à gagner étant moindre. Beaucoup voient en cette réforme un simple moyen de faire des économies: si le papa ne prend pas ce congé et que la maman est dans l'impossibilité de le récupérer, ce sont autant d'allocations qui restent dans les poches de l'Etat! Les papas et les experts voudraient donc que l'on s'inspire davantage du modèle islandais (dont ELLE parlait aussi la semaine dernière), qui prévoit une aide  hauteur de 80% du revenu médian et incite donc davantage les couples à se partager la charge des enfants. Je suis parfaitement d'accord avec eux: cette mesure ne pourra pas, en l'état, résoudre le problème de l'inégalité des sexes, car les hommes n'ont rien à y gagner. Et vous?

 

La directrice de l'ENA Nathalie Loiseau nous incite à moins nous mettre la pression au quotidien, dans son livre Choisissez Tout :) Elle explique qu'elle-même n'est pas parfaite et qu'elle a des faiblesses et des défauts qui la rendent humaine et finalement plus compétente que ces "super-héroïnes de papier glacé, glaçantes d'assurance". Non, on ne peut pas briller dans tous les domaines: les enfants,  le travail, la maison, les amis...et tant mieux! Pour elle, notre peur de l'échec nous empêche d'entreprendre et donc notre émancipation économique: alors que nous ne risquons pas grand-chose au fond, si ce n'est d'apprendre de nos erreurs et d'avoir eu la fierté de se lancer. On peut tout avoir, à condition de ne pas se mettre une pression de folie dans tous les domaines. Et ça fait du bien d'entendre ça,surtout de la bouche d'une femme qui a si bien réussi, en tout cas, professionnellement. Non? :)
Pour terminer, il est question de la Duchesse de Devonshire: son nom ne nous dit sûrement rien, mais, avec la disparition de Déborah Cavendish le 24 septembre dernier à l'âge de 94 ans, c'est l'une des dernières nobles anglaises qui s'en est allée. Vous aimez regarder Downton Abbey? Elle, elle l'a vécu: née en 1920, elle va mener une enfance et une adolescence noble et tranquille dans la campagne anglaise et va finir par épouser Lord Andrew Cavendish, fils du Duc de Devonshire: il n'aurait jamais dû accéder à la succession, mais la mort prématurée de son frère aîné va changer la donne et la jeune Déborah va alors devenir comtesse. Mais, comme dans la série, elle va devoir faire face à un domaine certes splendide mais sur le déclin car criblé de dettes: elle va alors avoir l'idée de génie de le rénover et d'y organiser des visites, se terminant sur une boutique pleines de produits maison et so british que les touristes vont s'arracher. Sa marque va alors se décliner en "restaurants, hôtels et boutiques", tant et si bien que le chateau est maintenant rentable depuis 12 ans. Pari gagné pour cette Lady Mary en chair et en os, qui a su dire voir plus loin que son simple statut d'héritière et a pris les choses en main. Et les modeuses seront ravies de savoir que la top Stella Tennant est sa petite fille... :) 





Point mode pour finir? :) 
Retour tout d'abord sur la dernière Fashion Week, avec un petit best-of! On nous rappelle que Chanel a proposé un défilé dans un décor de rue révolutionnaire, époque mai 68 et que les créateurs se sont donc largement inspirés des années 60 et 70: Chloé, Céline, Valentino, Saint Laurent ou Louis Vuitton n'ont pas failli, avec des modèles pleins d'émotion. Dries Van Noten a également marqué des points en proposant un final dans lequel les filles se sont toutes assises ou allongées sur le podium, dans un décor de sous-bois :) Parmi les tendances que l'on retiendra: les notes asiatiques qui se sont glissées sur les shows Kenzo, Mc Cartney ou Margiela avec des kimonos et autres ceintures obi, les manteaux d'été avec ou sans manches (Carven, CHirstophe Lemaire), la résille (Paco Rabane, Balanciaga) et les rayures, XXL ou plus fines, de toutes les couleurs (Givenchy, Sonia Rykiel, Vacarello). On note aussi l'incursion des jupes en cuir (Nina Ricci), des robes inspirées des foulards (Lanvin, Valentino) ou encore;, forcément du blanc  (Mugler, Hermès, Isabel Marant). Toutes ces tendances vous plaisent? :) 
J'ai ensuite souri en lisant l'article "J'ai testé le look Demoiselle de Rochefort": en fait, notre chère Fiona Schmidt tente ici de maîtriser la tendance pastel 60's de la saison, même si, selon elle, ce sont des couleurs qui ne vont pas du tout, et qui ne lui sont jamais allées même bébé. Mais son intégrité journalistique la pousse à tenter l'expérience ^^ Elle va donc aller quérir au Zara le plus proche un manteau vert d'eau et un "minirobe bleu layette" pour compléter sa tenue et voir ce que les gens en pensent. Dans le métro, les adolescentes pensent qu'elle est sapée comme Bernadette Chirac, tandis que les petites filles caressent son manteau tout doux avec leurs mains pleines de pain au chocolat #malheur: elle envisage donc de porter une housse transparente par-dessus, "comme le canapé neuf chez ses grands parents" ^^ Ses amis, eux, pensent qu'elle est enceinte et son très troublés de la voir habillée en "gentille" ; tout comme son chéri! Bon au final, cette expérience pastel n'est peut-être pas hyper concluante pour Fiona, mais elle m'a bien fait rire ;)
Pour terminer, Grazia nous apprend à maîtriser l'une des tendances de la saison : la mode en volumes. Bien loin des idées normcore, donc, car ces pièces prennent de la place et nous empêchent donc de passer inaperçue ;) Ainsi, si vous avez envie de porter une maxi fourrure (fausse, par pitié!), pensez à la ceinturer, à dévoiler vos jambes avec une jupe ou slim, et à l'adoucir avec des pièces sobres et basiques. Idem pour la maille, le matelassé king size et la peau de mouton: tout est une question de proportions et du respect des volumes! Concernant le Néoprène, l'idée est de rendre cette matière sporty plus élégante: pour ce faire, mixez-les  du cuir, de la laine et de jolis accessoires ;)




Sélection shopping! 
Veste, H&M, 39 euros
Butter Lip Gloss, Nyx Cosmetics, 6.99 euros




Jolies photos!





Voilà les filles! Comme vous l'aurez remarqué, je n'ai pas parlé de l'article-interview consacrée à Marie Gillain: c'est tout simplement que je ne connais pas bien cette actrice et que son actualité ne m'intéresse pas vraiment. Au départ ça me semblait important parce qu'elle fait quand même la couverture du numéro mais comme je n'ai rien à dire sur elle... De même, la sélection shopping  "Talons annoncée en couverture" ne m'a pas beaucoup passionnée donc j'ai préféré ne pas la mettre en avant, étant donné que je n'avais rien à en dire. J'espère que cela ne vous posera pas de souci!

Des bisous!

Numéro envoyé par la rédaction




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!