Mailly Grazia

Coucou les filles !


Vous allez bien ? Parlons ici aujourd’hui du dernier numéro de Grazia ! Et je dois bien l’avouer : je suis tombée AMOUREUSE de la cape avec le gros nœud de la mannequin en couverture :) Elle a tout ce que j’aime : de la grosse maille et un nœud en satin, que demande le peuple ? :)  Bon vu que c’est une Saint Laurent, je pense que je vais plutôt chercher un modèle ressemblant et plus abordable ;)


Et sinon, de quoi il parle le Grazia de la semaine ?

On commence par l'actu et les faits de société!
Tout d'abord, Grazia met un coup de projecteur sur l'action de Elena Klimova: cette jeune russe lutte contre les lois-anti gays de Poutine. Elle-même lesbienne, elle a crée l'association Children-404, en écho aux erreurs 404 que rencontre les sites web "faisant la propagande l'homosexualité", selon le Kremlin (chose devenue interdite en 2013. Et depuis qu'Elena a écrit un article condamnant cette loi, elle est la cible des autorités poutiniennes qui font tout pour la discréditer et lui mettre des bâtons dans les roues, notamment en demandant la dissolution de son association devant les tribunaux.Une association qui pourtant, aide de nombreux jeunes à se sentir mieux dans leur peau et plus libres de parler de leur orientation sexuelle, aidés de psychologues. Et, bien qu'Amnesty International l'ait autorisée à poursuivre son travail, le "service de surveillance des média"ses engage tout de même d'autres poursuites, suite à des plaintes reçues. Décidément, la Russie est vraiment homophobe...
Pendant ce temps, les prisonniers US vont au bal: en effet, la prison de Miami a organisé une soirée de gala appelée "Daddy-Daughter dance" pour 13 papas prisonniers et leurs filles, afin qu'ils puissent partager un moment de famille complices et avoir d'autres souvenirs en prison que les discussions au parloir.L'objectif de la prison est aussi de leur donner quelque chose auquel se raccrocher pour l'avenir. Bien sûr, tout le monde est bien conscient que ce n'est pas cela qui va changer les choses et le quotidien assez éprouvant des prisonniers (on ne sort jamais indemne de la prison), ni même le racisme ambiant (les personnes noires ou d'origine hispanique ont bien plus de chances de se retrouver en prison que les autres), mais c'est tout toujours un baume au coeur et un peu d'humanité dans un monde carcéral de brutes, qui, par sa dureté, ne sert qu'à engendrer des brutes parfois encore plus féroces.
Pour terminer, Fiona teste la détox maquillage! En effet, elle suit l'exemple de Jenifer Aniston, dont la performance "no make-up" dans le film Cake pourrait bien lui valoir un Oscar, mais aussi d'autres stars qui aiment faire des selfies "nude" sur Instagram. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est drôle! Et assez révélateur. Si bien sûr, ces collègues compatissent, que sa peau passe du blanc, au vert puis au rouge avec les transitions de température, et que la stagiaire mode est scandalisée par "cet outing visage", Fiona s'est rendue compte qu'elle bossait plus (et oui, plus besoin de checker son maquillage aux toilettes) et reçoit également de beaux compliments de sa meilleure amie et de son chéri, qui la trouvent jolie et même plus jeune qu'avec le maquillage! Plutôt chouette, hein? Si personnellement, je ne me maquille pas le week-end, il m'est impensable de ne pas me maquiller pour aller au travail: et vous? 



Et la mode? 
Bonne nouvelle, Topshop s'installe en France: elle effet, la griffe anglaise a décidément d'implanter plusieurs corners sur le territoire à Nice, Strasbourg et Toulouse, après un essai concluant à Paris  (aux Galeries Lafayette et au BHV Marais. Il était temps, après 50 ans d'existence de la griffe, que je pensais bien plus jeune! Et, cerise sur le cupcake, Beyoncé va signer une collection capsule, Parkwood Topshop Athletic :) Topshop est donc une marque plutôt mainstream, qui mise sur les prix disons corrects et les tendances du moment , mais aussi sur des égéries assez haut de gamme, de Cara Delevigne à Kate Moss (qui collabore avec Topshop de manière assez suivie) en passant par Queen B, donc. Elle a même réussi s'imposer dans le planning des défilés de la Fashion Week dont le front-row est trusté par les people en vue, comme Alexa Chung mais aussi Anna Wintour, excusez du peu. une crédibilité mode qui n'est donc plus à prouver. Alors les filles, heureuses de l'arrivée de Topshop? :) 
Ensuite, place aux tendances mode de décembre! Et oui, rappelons-le, toutes les premières semaines du mois, Grazia nous annonce quels seront les mantras style à suivre. Et, pour cette fin 2014, on misera sur une robe à paillettes, avec pourquoi pas, des épaulettes! Mis, bien sûr, on reste très minimale sur le reste de la tenue et les accessoires pour ne pas faire concurrence au sapin de Noël et on oublie la fourrure, par exemple ;) Les winter boots style Ugg ont également la cote, tant que'elles sont au-dessus de la chevilles et plutôt fines. Les belles montres sont également bien vues ;) 



On termine avec les stars!
Tout d'abord, parlons d'Alain Juppé et Jacques Chirac, les nouvelles icônes pop: en effet, face à un gouvernement qui semblent en permanence dans l'expectative et un François Hollande qui a peut-être un peu trop "normalisé" la fonction de Président de la République, mais aussi un avenir aussi incertain et effrayant que marine Le Pen à l'Elysée, la tentation est grande de regarder en arrière et de se rappeler de Jacques Chirac et Alain Juppé. Bien que leur politique n'est pas toujours été saluée par les citoyens, incarnent une forme paternaliste assez rassurante et une époque où les présidents étaient respectés et épargnés par les réseaux sociaux (qui n'existaient tout simplement pas). Et ils reviennent d'ailleurs sous les feux de la rampe, Alain Juppé ayant annoncé son intention de briguer la présidence, par exemple: il a d'ailleurs fait la couverture des Inrocks, preuve de son retour en grâce tandis que Jacky est l'objet de Tumblr humoristiques, complètement intégré dans la culture LOL. De plus, les deux hommes politiques sont assez complémentaires: si Jacques est "grande gueule et séducteur", Alain est plus discret et méthodique. Ils représentent donc, aux yeux des jeunes, "une autorité cool" à laquelle ils ont plus envie de se référer: et les clichés les montrant, dans les années 70 et 80 au bord d'une piscine, en chemisette ou bien parés d'un collier de fleur ou encore à faire du yoga dans les Alpes contribue encore à leur donner cette image. Mais ce genre d'hommes politique peut-il encore exister aujourd'hui? Et est-il bon de juger un home politique sur sa "hipster attitude" plutôt qu'à ses résultats? #Vousavez4heures
Dans son article "Danseurs de luxe", Grazia met en avant un phénomène dans le monde de la musique: la danse, certes, mais la danse assez conceptuelle, assez "perchée" parfois et assez unique. On cite pour exemple les chorés de Stromae ou de Christine & The Queens (imaginées par Marion Motin, chorégraphe issue du hip-hop et du contemporain) ou encore de Sia, dont le clip Chandelier a cartonné sur Youtube. La  créativité est donc reine et on ne s'arrête plus aux danses hip-hop, certes chouettes mais vues et revues. Un mouvement porté par les danseurs contemporains Olivier Casamayou et Carine Charaire qui ont séduit des griffes comme Chloé et des articles comme Kylie Minogue et MGMT mais aussi relayé par le Web et notamment Youtube dont le catalogue est si vaste que l'on peut sans problème avoir accès aux succès commerciaux certes mais aussi à des initiatives plus confidentielles ; les films Black Swan et Parle Avec ELLE de Pedro Almodovar ont achevé le processus de démocratisation de la danse "pointue". Tandis que Benjamain Millepied, danseur classique émérite mais aussi superstar depuis, justement Black Swan qui lui a permis de faire des publicités notamment pour Air France ou Adidas vient d'être nommé directeur de l'Opéra de Paris: l'occasion de dépoussiérer un peu le genre et de donner un souffle nouveau à la danse? :)



Puis, on a le plaisir de retrouver Jean Dujardin, Gilles Lellouche et Benoît Magimel venus nous parler de leur film La French: ce long-métrage est le deuxième du jeune réalisateur Cédric Jimenez qui a choisi Marseille en guise de décor de son polar inspiré dans années 70. Mais surtout, il s'agit de l'histoire vraie du juge Michel (incarné par Jean Dujardin), assassiné par le cartel marseillais (dirigé par Gilles Lellouche alias Gaëtan Zampa) le 21 octobre 1981. Les acteurs expliquent qu'ils ont accepté de faire ce film pour l'intelligence du scénario et la complexité des personnages, qui ne sont pas ni tout blancs, ni tout noirs; et pour ne pas se laisser influencer, ils ont refusé de s'inspirer de grands chefs d'oeuvre du genre, comme Le Parrain. Et bien que Cédric soit jeune, cela ne leur a pas empêché de lui faire confiance, balayant d'un revers de veste les clichés comme quoi les jeunes réalisateurs ne peuvent pas compter sur des acteurs de renom. Ils ont cru au projet, ça leur a suffi! Ils ne s'interdisent pas de faire des choses auxquelles ils croient (comme Les Infidèles), seulement de mauvais films. La question financière ne semble pas du tout au coeur de leur motivation, ni la notoriété et ils sont conscients que tout peut d'arrêter demain: et je dois dire que j'ai été heureuse de lire ce genre de choses :) Une belle rencontre, assez cash et authentique, comme il en manque parfois. Bravo les gars!





Sélection shopping!
Rouge Edition Velvet 01, Personne ne Bouge!, Bourjois, 13, 90 euros



Jolies photos!




Voilà les filles! Sur ce à samedia pour la sélection photos Pinterest de la semaine ;) 





CONVERSATION

2 commentaires:

  1. moi aussi j'adore la cape de la couverture! encore un joli numero c'est un magasine que j'achete toujours quand je rentre en france!

    http://letiziabarcelona.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je ne suis donc pas la seule :) Oui très chouette! Je suis ravie qu'il t'ait plu :) gros bisous!

      Supprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!