Forever Young Grazia

Bonjour bonjour!

Votre journée se passe bien? :) Voici mes impressions sur le dernier numéro de Grazia, assez axé jeunesse et beauté anti-âge, mais pas que :) 




Pour bien commencer, place aux stars!
Focus premièrement sur un musicien qui fait parler de lui depuis quelques mois et qui grimpe gentiment dans le coeur des mélomanes, Benjamin Clémentine! On nous rappelle qu'il est né de parents ghanéens et qu'il a grandi à Londres, avant d'abandonner ses études de droit, de fâcher papa et maman et d'arriver à Paris, sans le sou, pour être finalement repéré dans le métro :) Une histoire de cinéma! La journaliste relève également que sa voix puissante quand il chante se mue en un ton très doux, limite pas assez fort pour être audible quand il parle. Féru d'Appolinaire, il peut aujourd'hui compter Sir Paul McCartney parmi ses fans et ça, c'est la classe: son dernier opus, lui, est disponible et s'intitule At Least For Now:)
Sinon, la semaine dernière, c'était les Golden Globes! Retour donc sur cette soirée pleine de paillettes: alors il paraît que Jennifer Aniston insulte, pour rire, les taxis qui ne veulent pas la ramener chez elle avec son fiancé, tandis que Ian Sommerhalder s'est gentiment fait snober par les photographes sur le tapis rouge :s Il faut dire qu'il avait de la concurrence, avec Jake Gyllenhall, Prince, Dakota Johnson, Jessica Chastain et Matthew McConaughey, entre autres! Mais au delà de la remise des prix, ce sont les after qui ont fait recette, les stars se pressant aux "parties" de HBO et NBC notamment: Channing Tatum et sa femme se déchaînent sur la piste, tandis que Rita Ora est déjà complètement bourrée et que Jamie Dornan prend des selfies: tout va bien au pays des stars ;) Au final, peu de mots sur le palmarès si ce n'est que Boyhood semble avoir remporté tous les suffrages. Pour en savoir plus, je vious conseille plutôt d'aller par ici ;)



On passe à la mode?
Premièrement, Fiona S nous donne son ressenti sur une pièce de mode qu'elle n'aime pas du tout: la jupe-culotte! Et comme d'habitude, c'est très drôle ;) Selon elle, c'est le meilleur des tue-l'amour, au même titre que le bermuda et les Birkenstock. Et une fois porté, elle a l'impression de ressembler à Tintin et d'avoir un c*l de 3 kilomètres ^^ C'est vrai que comme elle dit, si ça rend bien sur les mannequins, si ça leur donne un petit côté Gavroche sexy, en vrai, c'est pas toujours terrible ^^ Bon, le pire, c'est que son chéri enfonce le clou, en disant qu'elle a l'air d'être "enceinte des genoux"et qu'on dirait qu'elle va donner des cours de musique! OK :) Et vous, team jupe-culotte ou pas? Moi j'aime bien, je trouve ça quand même bien pratique :) 
On ne pouvait pas échapper au débrief des rédactrices mode au sujet du premier défilé de John Galliano pour Margiela: et les deux expertes semblent avoir adoré! Comme l'illustre bien le hashtag #Margiellano, le créateur a réussi à assortir sa flamboyance à la rigueur de Margiela, maintenant appelée Maison Margiela: le podium était minimaliste, lui-même est venu saluer en tenue de laborantin, tandis que les vêtements faisaient la part belle à la reconstruction, que les couronnes de plumes tutoyaient les cieux et que les masques étaient précieux. Une inspiration macabre mais festive et baroque, qui semble, en effet, évoquer la descente aux enfers de l'ancien prodige des podiums, qui semble à retrouver le chemin de la lumière :) Et vous, vous avez aimé cette collection?



Puis, la rédaction nous parle du style de la génération post-Tumblr: mais qui est-elle? Et bien il s'agit de notre génération, ou en tout cas de ma génération, née dans les années 80 et 2000. Et ce qui la caractérise, c'est son habileté à mélanger tous les styles et tous les codes: punk, rock, pop, girly, ... sans jamais se perdre et arriver à réaliser des styles pointus, assez uniques. On refait tout à notre sauce, on se réapproprie tout ça! On aime également les créateurs confidentiels, quasi-inconnus mais aussi créer nos propres vêtements, d'où l'explosion du DIY. Mais bien sûr, là où l'on se démarque encore de nos aînés, c'est avec notre propension à tout partager sur les réseaux sociaux, tout en se mettant en scène, pour susciter les commentaires et les likes. Un maître mot: graphisme et efficacité! On est u peu devenus nos propres marques, des "personal brandeurs" comme dit l'article, connaissant les rouages du marketing de manière quasi naturelle tout en sachant aller plus loin. On réfléchit, on conceptualise et les marques n'hésitent pas à parler d'"ateliers" ou de "laboratoires d'idées" pour susciter l'envie. Vous êtes d'accord avec ça? Moi, j'ai plutôt l'impression de simplement réfléchir à avoir une tenue sympa et équilibrée par rapport à ma morphologie :) 
Pour terminer, Grazia a posé la question suivante à 3 créatrices en vogue: Comment habiller un homme? Et la plupart s'accordent à dire que le dressing masculin est mixte, à la fois sport, street et élégant. Carol Lim (Kenzo) est de cet avis et pense aussi que l'homme mode n'a pas peur de porter de la couleur (comme un long trench rose) et des imprimés, même si le costume reste la base. Steve Jobs est aussi son icône de style, tellement il se fichait de son look et en a quand même fait sa signature! La créatrice de Lacontrie, Edwina de Charette, est également d'accord avec cette histoire de couleurs mais pense que l'homme devrait pouvoir emprunter le sac à main à l'armoire féminine :) Et parmi ses références, Steve McQueen et Vincent Cassel :)



On poursuit avec une touche positive, puisque selon Grazia, la relève de Charlie Hebdo est là et bien là. Pour preuve, les hordes de jeunes dessinateurs qui se retrouvent régulièrement sur la place de la République, devenue symbole du mouvement #JeSuisCharlie pour y coller leurs créations. Leur envie est de défendre leur liberté d'expression, leur liberté de dessiner sans crainte, et ce, quelque soit leur discours, qu'il appelle à la paix ou qu'il soit plus "corrosif". Ils ont très envie de faire perdurer le mouvement, de ne pas le laisser retomber une fois l'émotion passée et pour cela, ils ont plein d'idées à concrétiser. Bravo à eux! J'ai personnellement été touchée par l'initiative de Davide Martello, qui, lui, joue du piano sur la place, pour réconforter les personnes présentes :) Il a l'habitude de le faire un peu partout, là où il y a des conflits (comme sur la place Maiden en Ukraine), il dit vouloir "être là où les gens n'ont plus de mots et en besoin du réconfort de la musique" et je trouve ça beau :)


Et la beauté?
Tout d'abord, le magazine fait un zoom sur les maquilleurs, qui sortent de l'ombre et deviennent des stars, parfois plus connues que celles qui passent sous leurs pinceaux. Véritables gourous, ils tiennent des chroniques dans les magazines et leurs noms, Tom Pecheux, Pat McGrath, Charlotte Tilbury sont connus de toutes les beautistas. Mais leur succès, ils le tiennent surtout des réseaux sociaux, et notamment d'Instagram: c'est une manière pour eux de bâtir leur marque, de fédérer une communauté autour de leur nom mais aussi autour de leurs inspirations et de leur travail, qu'ils ne manquent pas d'immortaliser et de partager sur le réseau social! Pat Mc Grath a d'ailleurs mis au point un fond de teint spécial selfie avec Dolce & Gabbana, le Perfect Matte Liquid Foundation :) Elles peuvent également compter sur leurs "golden fans", les stars qui leur confient leur visage pour briller sur le red carpet, comme Cmaeron Diaz ou Kate Moss. L'article est émaillé de micro bios de ces dieux du fard à paupières, comme Lucia Pia, Lisa Eldridge, Dick Page, Tom Pecheux, Charlotte Tilbury ou Gucci Westman. Ces noms vous parlent? :) 



Je vous le disais en intro, Grazia consacre un grand dossier anti-âge! Déjà, dés l'édito, on sent que le magazine veut nous expliquer que l'on peut, aujourd'hui, réduire les signes de l'âge sans toucher à l'identité du visage, parce que, comme dit Martin Scorcese, les femmes inexpressives ne sont plus ce sue l'on recherche. Et comme disait Anna Magnani, "Laissez-moi mes rides, j'ai mis toute une vie pour les obtenir!" :) Cela se retrouve dans le dossier, puisque Grazia insiste sur le fait qu'il faut, oui, atténuer les rides verticales (ride du lion, sillon nasogéniens) qui font "tomber le visage" par le bas et reflète des émotions négatives (soucis, tristesse, colère), alors que les rides horizontales, elles doivent être préservées, car ce sont elles qui donnent du caractère au visage et son côté jovial, grâce notamment aux pattes d'oie obtenues parce que l'on a beaucoup ri ou souri. Comme je vous le disais dans je ne sais plus quel article, nous les françaises sommes réputées pour être un peu contre la chirurgie esthétique et davantage enclines aux techniques plus douces au résultat naturel. Du coup, Grazia nous donne des astuces maquillage pour sembler plus reposée et plus jeune: on zappe les cernes en apportant de la lumière sur cette zone, on rafraîchit le contour de l'oeil, on prend soin de ses sourcils (notamment sur le dessous) et surtout de son teint, qui doit être frais et léger. La rédaction nous donne aussi des techniques plus "naturelles" en nous rappelant simplement que la souplesse de la peau vient des omégas 3 que l'on peut ingurgiter (avocat saumon, maquereau, ...) mais aussi de la chlorophylle (dans le vert de poireau, par exemple) qui neutralise la couleur des cernes. Pour finir, petit portrait de la top qui illustre ce dossier Diana Moldovan, une très jolie mannequin de... 28 ans, qui,c'est, vraiment en avoir 18 :) 





Sélection shopping!
 Short en nylon, New Look, 15 euros





Jolies photos!




Bisous bisous les filles :) 

Numéro gentiment offert par la rédaction




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!