Mélissa & ELLE

Hello girls! 

Je suis tellement confuse...Cette semaine a été une semaine marathon pour moi notamment au boulot et je n'ai pas eu le temps de vous parler du ELLE de la semaine...Ce numéro n'est maintenant même plus en kiosques, fraîchement remplacé par le nouveau numéro depuis ce matin. Mais je me suis dit que mon billet pourrait être utile pour celles qui n'auraient pas réussi à mettre la main dessus et/ou trouvé le temps de le lire et qui voudraient rattraper leur retard de lecture :)  



On commence avec les célébrités!
Et notamment avec la grosse polémique autour de la chanson des Enfoirés: il faut dire qu'opposer les jeunes et les "vieux" dans le clip, ce n'était peut-être pas une idée de génie, surtout vu le contexte actuel. D'ailleurs, ELLE a demandé à 4 personnes de la génération Z ce qu'elles pensaient des paroles de la chanson, afin de savoir si elles ont vraiment été choquées. La plupart d'entre elles sont surtout stupéfaites de l'idée que se font les "vieux" à leur sujet: comment ça les jeunes sont fainéants, tout juste bons à être scotchés à leur smartphone? En effet, vu ce que la situation économique nous offre, nous sommes plutôt débrouillards et créatifs, il me semble. On investit, on monte des petites entreprises, on cumule les jobs...on se bouge, comme nous le demandent les Enfoirés! Et comme le demandent ces quatre vingtenaires, aimons-nous les uns les autres, soyons unis et solidaires, surtout tous derrière les Restos du Coeur!





Une page est bien sûr consacrée au drame de Dropped, qui, je dois le dire, m'a particulièrement choquée. Camille Muffat et Alexis Vastine étaient si jeunes, si talentueux! Mais ici, les quelques lignes de texte se focalisent surtout sur Florence Arthaud, première femme à gagner la Route du Rhum en 1990. Elle avait fait la Une de ELLE par 4 fois, et, au delà d'être une navigatrice, elle n'avait pas oublié d'être une femme et une maman, avec toute la force que cela peut impliquer. Simple et fière à la fois, elle forcait l'admiration et sa disparition est effectivement tragique. Je ne sais pas vous, mais moi, quand parle de cette sale histoire, je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est vraiment trop bête, un horrible gâchis, un coup du sort dévastateur. Non?




On passe ensuite sur une note plus joyeuse et colorée, puisque Solange Knowles nous donne ses inspirations ;) Elle aime par exemple observer les habitants des villes, notamment ceux de Paris, Dakar, ou Marrakech et de la Nouvelle Orléans, écrin de sa première boutique. Elle nous confie également qu'elle a monté son label Saint Records pour faire émerger des talents qui soient eux-mêmes et non formatés par les grandes maisons de disques. Elle adore également les Fashion Week, qui lui donnent plein d'idées et forgent sa culture modesque, puisqu'elle aime faire des recherches sur les créateurs qu'elle a découverts par la suite. A voir son style, on se dit pourtant qu'elle n'a plus grand-chose à apprendre :)
On peut ensuite lire une interview de Mélissa Theuriau! Je ne sais pas si vous étiez au courant mais la journaliste/productrice se mue en actrice, pour les besoins du film Pourquoi je n'ai pas mangé mon père, réalisé par son mari Jamel Debbouzze et adapté du roman de Roy Lewis. On ne la voit pas directement à l'écran mais elle donne sa silhouette au singe Lucy, en motion picture (comme Avatar). Elle précise que son mari ne l'a pas du tout choisie parce qu'elle est sa femme et qu'il a rencontré plein d'actrices, dont des très connues pour jouer ce rôle: mais il a fini par pencher pour Mélissa en l'entendant lui donner la réplique pour une simple répétition :) Elle nous explique qu'elle a adoré cette expérience, "jouissive" et qu'être comédienne était déjà une envie qu'elle avait étant étudiante. Elle confie aussi que devenir maman lui a permis de lâcher les chaînes, et de faire la paix avec elle-même, ce qui lui permet de ne pas avoir trop barrière dans l'improvisation: et elle a envie de transmettre cette confiance en soi à ses enfants :) J'aime aussi sa phrase "le pessimisme est à la portée de tous": il faut en effet être fort pour voir le verre à moitié plein plutôt que vide :) Elle nous dit plein d'autres choses, comme qu'elle va produire une série d'émissions concernant les erreurs judiciaires présentée par Florence Cassez! Affaire à suivre :)



Sylvie Pialat prend ensuite la parole. La productrice de Timbuktu peut se vanter d'avoir eu le nez creux puisque ce film a tout raflé aux derniers Césars et a même été nommé aux Oscars. Une belle victoire, une grande fierté et une immense joie pour cette femme qui a vécu un drame: la mort de son mari Maurice Pialat. Au delà de l'immense douleur sentimentale, ce décès l'a également laissée sur la paille, notamment à cause des frais médicaux engendrés par les frais de médicalisation et l'arrêt de son activité professionnelle pour se consacrer à Maurice. Cela ne l'a pas empêchée de faire son possible pour monter sa boîte de production et "accompagner" les créateurs de films dans leur projet :) Elle pense d'ailleurs que ce drame a signé le début de sa nouvelle vie de sa seconde chance! Elle nous parle avec émotion de l'amour de sa vie, qui n'était pas toujours facile mais qu'elle aimait et qui l'aimait beaucoup, elle et son fils Antoine ; et évoque également la difficulté qu'elle rencontre à trouver des scénarios comiques bien écrits, ce qui explique qu'elle ne produise que des films d'auteurs pour le moment. Une belle rencontre, assez vraie je trouve :) 
Et on terminera avec la jolie Elodie Clouvel, qui, bien qu'étant une grande sportive (championne de France de pentathlon moderne) n'en reste pas moins une vraie fille! Elle revendique son besoin de bien dormir pour être au top, avec des nuits de 8 heures + une sieste (un peu l'équivalent du paradis pour moi en ce moment, qui suis en manque de dodo :(). Elle se fait de gros petits dej bien nourrissants mais pas luourds, et nettoie son foie avec de l'eau chaude citronnée (comme moi!). Elle s'autorise également de manger ce qu'elle veut le week-end (elle adore les restos)! Sinon, elle arrive  trouver du temps pour faire du théâtre à côté de ses entraînements pour les JO. Elle a également l'habitude de consulter un "préparateur mental" et un psy pour être également au topcôté moral, ce qui est important quand on prépare de telles compétitions. Et bien sûr, natation oblige, elle nourrit beaucoup sa peau et ses cheveux, avec le Baume de Soin Haute Nutrition d'Esthederm, la crème Hydrabio de Bioderma et la masque Karité de René Furterer ;)





On a également un large dossier beauté avec plein de choses! Il démarre avec une série de photos sur lesquelles les couleurs pops sont à l'honneur, avec notamment du bleu à la racine des cheveux et de l'orange sur les paupières. ELLE nous parle ensuite des nouvelles textures qui ont la cote en cosmétique, très souvent inspirées des soins coréens et japonais. Cela permet aux marques de proposer de nouvelles expériences sensorielles à leurs consommatrices (qui ne doivent surtout pas se lasser d'elles), mais également de booster l'efficacité des soins. On rappelle que dans les pays asiatiques, la routine beauté est assez complexe, avec pas moins d'une dizaine de produits à appliquer à chaque fois, ce qui, forcément, oblige les labos à être créatifs! Ils jouent donc avec les molécules et ont par exemple inventé le soin "blur", qui; avec ses ingrédients type polymères, floute les pores et unifie le teint, grâce à sa texture assez siliconée. Le sérum micro-fluidique, qui est l'une des figures de proue des nouveaux soins "cushion", "coussin" très en vogue en ce moment, est également une petite prouesse: très frais à l'application grâce à sa texture aqueuse, il devient plus nourrissant "lorsque les perles de camélia se rompent". Incroyable, non? :) Le dossier est également composé de pages thématiques, consacrés aux soins et cosmétiques de plusieurs pays du monde, comme le Brésil, le Maroc et les Etats Unis avec des petites sélections shopping :)




Et la mode? Et bien, on nous parle de la Fashion Week de Paris! Et comme Grazia, ELLE s'extasie sur la qualité des défilés ayant eu lieu dans notre capitale. La journaliste Sylvia Jorif parle même de savoir-faire irréfutable" et je pense que peu de gens viendront la contredire: elle a aimé l'omniprésence du plissé soleil, sur les jupes, les robes, mais aussi sur les pulls et les tops mais aussi la collection prêt à porter de Margiela par Galliano, avec des jeux de destructuration sur le tailleur notamment. Le staff mode a particulièrement apprécié les propositions de Loewe (pour le choc des couleurs métalliques et plus "franches"), Carven (pour "l'équilibre masculin-féminin), Isabel Marant (avec son jean taille très haute), Nina Ricci (pour sa féminité modernisée) et Paco Rabanne (pour ses silhouettes "juvéniles" notamment :)


Et on terminera avec l'article "Les femmes à la Une". Depuis le début du mois, le CSA contraint les chaînes de télé à la parité, conformément à la loi du 4 août 2014: il faut dire qu'aujourd'hui, 2/3 des journalistes que l'on peut voir sont des hommes et 80% des experts sollicités sont masculins. Les chaînes devront donc analyser leurs effectifs et faire en sorte des les corriger s'ils ne sont pas égalitaires, mais également veiller aux préjugés sexistes que leur programmes pourraient véhiculer. Un "quota" n'a pas été fixé mais les chaînes de télé seront dans l'obligation de faire des progrès, pour proposer des postes de direction à des femmes, ainsi que plus de places dans les programme notamment d'information. Plusieurs femmes journalistes ont été interrogées dans le cadre de ce dossier: et comme le disent Elsa, Sophie et Valérie des Echos, elles veulent pas "la charité mais l'égalité". Mettre un quota pour mettre un quota ne sert à rien mais, lorsqu'une femme maîtrise un sujet à un haut niveau d'expertise, elle doit pouvoir intervenir en plateau. Certaines, comme Céline Pigalle, à la tête de l'info sur Canal + ou Cécilia Ragueneau, directrice générale d'iTélé avouent ne pas faire attention au sexe des candidats qui postulent mais leurs compétences. Et je pense que tout le monde devrait en enf aire de même: ne favorisons pas forcément les femmes, mais donnons leur simplement la place qu'elle méritent. Et je pense qu'elles sont aussi bonnes que les hommes, même avec une famille à s'occuper: quand on fait un enfant, c'est à deux, non? Le papa peut donc prendre le relais quand la maman est occupée ;)




Jolies photos! 





Voilà les filles! Et vous, qu'avez-vous pensé de ce numéro? L'avez-vous apprécié? Ou bien pas du tout? D'autres articles vous ont plu? #Ditesmoitout





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!