Ces 5 choses qui m'exaspèrent dans la presse féminine



Bonjour bonjour!


Comment allez-vous? Bien j'espère? :) Bon, vous le savez, j'aime les magazines et lire la presse féminine, puisque j'en ai fait un blog et j'adore vous donner mes impressions, échanger avec vous à ce sujet. Mais, bien sûr, dans toute histoire d'amour, il y a des choses qu'on aime moins. Voire qui nous agacent, comme des petites manies dont l'autre n'arrive pas à se défaire et qui vous fait monter la moutarde au nez. Et bien moi, avec les magazines, c'est pareil! Voici donc mon Top 5 (mais sans ordre défini) des 5 choses qui m'exaspèrent dans la presse féminine! 


Les marronniers : dans le jargon du journalisme, ce sont les sujets qui reviennent de manière régulière. Les marronniers les plus courants dans la presse féminine sont, bien sûr, les régimes avant l'été ou la détox de janvier, ou encore les dossiers denim, les débriefs des Fashion Week. Bon, encore les récapitulatifs des défilés, passe encore, car, en général, les tendances sont différentes d'une saison à l'autre. Mais alors les dossiers  "Mincir sans frustration", "Perdre 5 kilos en se faisant plaisir" and co, JE N'EN PEUX PLUS. Surtout qu'ils rabâchent les mêmes conseils d'une année sur l'autre et qu'en général, si, ils sont assez restrictifs et prise de tête. Mais pourquoi voudrait-on absolument mincir avant l'été? Et si on se sentait bien dans notre corps? Est-ce qu'on est vraiment obligée d'en passer par là pour aller essayer un maillot de bain? Et si on se disait plutôt que notre corps est parfait tel qu'il est et qu'on s'y sent bien? Parfois, les magazines sont des machines à complexes et ça, ça m'agace. Genre "T'es une fille et tu fais pas de régime avant l'été? Non mais allô quoi?" #pff


Les stars/sujets du moment : un peu comme pour les marronniers, je suis un peu lassée de lire les mêmes articles d'un magazine à l'autre sur une période d'un mois ou de quelques semaines. Là, par exemple, on retrouve Mélissa Theuriau partout: j'adore cette femme, je la trouve talentueuse et tout mais j'ai peur qu'à force de la voir partout, elle finisse par m'ennuyer, elle aussi. Comme Charlotte Gainsbourg, qui apparait régulièrement, alors qu'elle n'a pas toujours d'actu très intéressante, en tout cas, pas pour moi... Bref, je sais bien que tout le monde n'est pas comme moi à lire plusieurs mensuels ou hebdos féminins mais quand même! Il y a plein d'autres choses dont les journalistes pourraient parler. Ou alors, essayer de trouver un angle différent, des questions originales, histoire que l'on ne se retrouve pas à lire la même chose à longueur d'interview...



Les sélections shopping trop chères + les publicités : je pense que sur ce point, vous serez nombreuses à me suivre. J'en ai marre de devoir tourner 100 pages de pubs avant d'arriver à l'édito! Certaines sont certes très belles, mais je ne paie pas pour ça à la base sinon je vais lire Vogue. Je comprends bien que les rédactions ont besoin d'annonceur pour se financer mais je trouve ça un peu trop exagéré. Surtout quand les dits annonceurs se retrouvent, bizarrement, en sélection shopping (véridique, une journaliste d'un grand magazine que je ne citerai pas m'a dit que la réaction privilégiait les annonceurs pour ces pages shopping...)...Des sélections shopping souvent bien trop onéreuses pour nos portefeuilles d'étudiantes ou de jeunes femmes actives qui ne peuvent pas dépenser leur SMIC dans un sac Chanel. Les sélections petits prix ne devraient pas être des exceptions! Quand on met 1 ou 2 euros dans un magazine, on ne peut pas toujours suivre les "ordonnances" shopping des rédactrices mode. Certes, ça envoie du rêve et ça donne des idées mais c'est également frustrant.



Des rubriques trop fifille: beauté, food, déco, mode, stars...On reste sur des rubriques assez genrées, assez féminines et j'aimerais plus de diversité. Quand est-ce qu'on aura une rubrique voitures, ou geek, ou sport? Parce que oui, on peut être une fille et s'intéresser à ces sujets. #scoop Certes, on a des rubriques un peu plus "société", "politique" mais on a besoin de plus. Avec peut-être un éclairage moins auto-centré, moins uniquement sur les femmes, notamment concernant la politique. Ouvrons nos horizons!


Les mannequins trop minces : ce point rejoint un peu celui des régimes :) Certes la minceur des filles des magazines est moins effrayante que sur les podiums: je trouve quand même qu'elles sont souvent très belles mais bien trop filiformes! Où sont leurs joues, leurs seins, leurs hanches? Pourquoi n'ont elles pas un corps aux mêmes proportions que les miennes et celles de mes copines. Alors, en général, on répond que c'est parce que "les filles ont besoin de rêver" et n'ont pas envie de voir des filles qui leur ressemblent en couverture: et du coup, elles n'achètent pas le magazine! Moi j'ai envie de leur répondre qu'on peut nous faire rêver avec une fille aux proportions normales, surtout si elle est aussi jolie, bien habillée et mise en beauté. #zutalors





Voilà les filles! Et vous, qu'est-ce qui vous énerve dans la presse féminine? Etes-vous d'accord avec moi? Avez-vous d'autres points négatifs? Dites-moi tout! 






CONVERSATION

6 commentaires:

  1. Je te rejoints complètement ! Sauf peut être sur le point trop fifille ! Il y a des magazine très fifilles, qu'on est pas obligées de lire, et d'autres vers lesquels on peu se tourner !

    RépondreSupprimer

  2. Que de la pub et les mêmes sujets qui reviennent chaque année ... Sophie Marceau toujours en couverture .... voilà les choses qui m'exaspèrent ! ;-) (et les faux témoignages aussi) .... Je n'en ai pas acheté depuis .... pffffiou plusieurs années ! Je lis chez le coiffeur ou le toubib !

    RépondreSupprimer
  3. Les sélections trop chères c'est un vrai fléau. C'est un peu comme si on te disait " Tu n'es pas digne de notre magazine, sale fauchée !"
    J'ai l'impression de toujours lire la même chose quand je craque et je m'en achète un. Du coup, j'ai fini par ne plus en lire et je me contente de NEON ou FLOW =)

    RépondreSupprimer
  4. Je partage exactement les mêmes exaspération. Je confirme : les annonceurs sont privilégiés pour les pages shopping dans la plupart des magazines, idem pour les sélections beauté. Et les stars sont aussi choisies en fonctions des sorties produits dont elles sont les égéries, comme ça, c’est la totale :)
    Les marronniers , c’est insupportable. Je crois que je vais faire un article complet pour répondre au tien, en fait :) sinon, mon commentaire va faire un kilomètre. Mais merci pour ton coup de gueule! Des bisous

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien ton idée d'article !
    En plus, je vois qu'on est exaspéré par les mêmes choses et en ce moment j'avoue que moi c'est surtout par tous ces trucs sur les régimes ! On est là, on est bien, on n'a rien demandé à personne, on est heureux de vivre, le soleil est de retour, c'est cool, mais NON ces fichues unes de magazines te rappellent à quel point tu es grosse et laide si tu ne rentres pas dans du 34 et finissent par te faire te sentir mal dans ton corps alors que tout allait très bien jusque là ! Donc en fait, à la venue de l'été, on est presque obligé de fuir la presse féminine si on ne veut pas commencer à complexer, et ça franchement c'est nul !

    RépondreSupprimer
  6. Moi, ce qui me rend dingue, dans Elle surtout, c'est le copinage !
    Dès qu'un(e) collaborateur/trice sort un livre, il y a minimum 2 pages dessus, et c'est présenté comme le truc formidable à ne pas rater. Pendant ce temps là, des tas de gens plus talentueux mais qui n'ont pas les mêmes amis n'ont jamais de papier sur eux.

    Dans le même ordre d'idées, ça ne parle jamais de "petits créateurs" (du coup, j'en suis réduite à utiliser ce terme qui est injuste). Il a des tas de créateurs hyper talentueux en mode, bijoux, déco, accessoires. C'est toute une sphère qu'on ne voit jamais dans les magazines. Des gens qui vivent de leur métier avec passion, et parfois avec difficulté parce qu'isolés. C'est si dur de ne pas toujours mettre les mêmes en avant ?

    En gros, je trouve que les journalistes vont souvent vers la facilité, ce qu'ils ont sous la main, ceux qu'ils connaissent. Je comprend les arguments de "les pauvres, ils ont la pression, ils n'ont pas le temps", mais dans ce cas là, n'appelons plus ça du journalisme, assumons ce jeu commercial, et ça ira mieux.

    Ceci dit, pour moi, le grand mystère reste "Mais pourquoi je continue à acheter tous ces magazines ?"

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!