ELLE & Bunnies

Bonjour les filles!


Comment allez-vous? Focus aujourd'hui sur le ELLE de la semaine, que j'ai lu dans le bus et le métro, bien sûr, mais aussi en rédigeant mon billet sur My Little App :) Et oui, les temps d'enregistrement de chaque image incrustée dans le téléphone étant assez longs, j'ai tué le temps en finissant de lire mon magazine ^^ Je pourrais presque me dédoubler dis donc!

Petit détour par la planète mode pour commencer, puisqu'il est question de la transformation du Marais: quartier commerçant textile par excellence, le Marais est réputé pour ses petites boutiques. Seulement, des grandes enseignes sont en train de s'y installer, transformant le parcours shopping: BHV, J-Crew, Kooples, Uniqlo...ont tous choisi le Marais pour implanter leurs nouveaux points de vente. Sont-il en train de tuer le charme du quartier? Oui, sûrement un peu. Mais ils ont également l'intention d'aspirer cette image de proximité et de simplicité propre au Marais, avec des rayons bricolages, déco et cuisine, notamment pour BHV (qui a d'ailleurs choisi de s'appeler BHV Marais). Givenchy et Moncler vont également moderniser leur image masculine puisque leurs boutiques hommes seront dans ce quartier "considéré comme l'une des capitales mondiales de la culture gay". Quelques rues du Marais seront également autorisées à ouvrir le dimanche, ce qui est bien sûr un atout pour ces griffes. Alors, qu'en pensez-vous? Bonne nouvelle ou non?


Pour ce qui est de la beauté, c'est de saison, ELLE nous apprend à combattre la cellulite! J'ai tout d'abord apprécié que la rédaction nous apprenne à déceler quel type de cellulite peut nous correspondre: graisseuse, fibreuse, aqueuse ou bien tout simplement un manque de fermeté. Moi, a priori, ce serait plutôt de la cellulite aqueuse, due à une mauvaise circulation: elle me fait mal, ma peau a un aspect peau d'orange et devient blanche quand j'appuie. Il faut donc relancer  la circulation sanguine, avec des massages, des zones concernées, mais aussi de la voute plantaire, qui est au coeur du système. Il faudrait également que je mange des aliments diurétiques, comme le poireau ou l'oignon, ainsi que des yaourts au soja (ce que je fais déjà, alors ça va ;)). Sans oublier de marcher, de courir et des bas de contention! Si vous avez une cellulite graisseuse, le palper-rouler sera votre nouveau meilleur ami, ainsi que les céréales complètes, des viandes maigres et des légumes ; faites également un sport qui demande beaucoup d'énergie, comme la boxe ;) Si votre cellulite est fibreuse (un peu dure, douloureuse, et là depuis longtemps), il va falloir assouplir tout ça avant de passer au palper rouer, en pétrissant et frictionnant: et il faut à la fois éliminer la graisse et favoriser la circulation puisque qu'elle a du mal à se glisser entre les capitons. Gros programme! Composé de protéines animales pour le midi et végétales les soir et l'arrêt du sucre entre autres, et du cardio. En fait, je me demande si je ne serai pas plutôt fibreuse...En tout cas, j'ai appris des trucs avec ce dossier, qui, je le pense est assez complet ;) 







Passons aux faits de société!
Je voulais tout d'abord vous parler d'un formidable article, intitulé "L'école de la tolérance". On fait la rencontre du lycée Théodore-Monod, dans le 9-3 comme on dit: pas très vendeur, donc. Mais cet établissement est un modèle d'éducation car les professeurs se sont donnés pour missions de combattre les clichés: et pour ça, l'éducation est primordiale. Oui, ces jeunes sont parfois élevés dans un environnement sexiste, homophobe et anti-juif (et oui) ; certains estiment même que les attentats contre Charlie Hebdo était méritée. Mais l'équipe enseignante veut leur montrer que la peur de la différence vient simplement de l'ignorance. Ainsi, ils emmènent les élèves en Israël ET en Palestine, leur montre des films comme Indigènes ou La Rafle et veulent mettre l'accent sur l'apprentissage de la laïcité, de l'éducation civique et de la citoyenneté. Ils essaient aussi de leur montrer que les religions musulmanes et juives ne sont pas si différentes par exemple :) Les anciens élèves sont également rappelés pour accompagner les jeunes et leur servir de coach. Incroyable, non? Je trouve ça très chouette, très beau et je pense que de nombreux établissements devraient prendre exemple sur Théodore-Monod. Non?
ELLE nous fait ensuite redécouvrir le métier d'esthéticienne par l'intermédiaire du chercheur Ivan Jablonka: il a écrit un livre, s'inspirant de son expérience au coeur des salons de beauté et nous dit, sans détour que ces endroits sont le coeur de la féminité, que c'est là que la féminité se joue. Bien loin de l'image très superficielle que l'on peut en avoir donc! :) Il explique qu'il s'est intéressé à ce sujet (bien plus léger que ces études précédentes), parce que les dictatures portent atteinte à l'apparence physique, la contrôlent et veulent la forger (les juives ne pouvaient pas se maquiller en 1941, dans le ghetto de Vilnius). Il explique un peu l'ingratitude du métier d'esthéticienne par le fait que le processus de la beauté doit rester secret et on tait donc qu'une autre femme nous ait aidées à être plus jolie ; on estime également que l'esthéticienne est comme les gouvernantes du 19ème devant lesquelles on pouvait se déshabiller sans appréhension parce qu'elles ne "comptaient pas", la relation est purement professionnelle, sans affect. Mais, bien sûr, certaines fois, on se confie également à notre esthéticienne, on parle de choses qui nous touchent, concernant notre corps, nos complexes. Ivan Jablonka, il met également le doigt sur un paradoxe intéressant: le fait que les esthéticiennes condamnent les diktats sous lesquels croule le corps féminin  (comme l'épilation intégrale) alors qu'il s'agit justement de leur fond de commerce. Un article vraiment intéressant, qui pose des vraies questions sur la féminité et notre rapport au corps :) 
ELLE nous parle également du fait que les parents ont aujourd'hui de plus en plus de mal à laisser les enfants se déplacer en ville, seuls. Il faut dire qu'avec tout ce qu'on entend! Mais ici, on veut nous rassurer et nous rappeler que la génération de nos parents et de nos grand-parents se déplaçaient souvent sur des kilomètres, sans surveillance et sans danger. Mais aujourd'hui, voir un enfant de moins de 10 ans seul dans la rue, c'est devenu assez rare : ils sont souvent cloisonnés à l'intérieur, habitués aux activités dites "de chambre", avec leurs outils technologiques :s Alors que les professionnels d'éducation pensent qu'il faut simplement responsabiliser les enfants, leur apprendre à connaître la ville, ses atouts et ses dangers: et ce dés 6 ans, en leur apprenant à traverser la route, par exemple et à 8 ans, on les laisse aller à l'école seuls, avec un camarade et avec la complicité des commerçants du quartier ;) Je ne suis pas maman donc je ne peux pas vraiment donner mon avis mais c'est vrai que je pense que je laisserai mon enfant partir, mais avec une sacrée boule au ventre :s



On termine avec les stars!
ELLE nous présente, en premier lieu, le documentaire sur Jean-Marc Ayrault qu'a réalisé sa fille Elise. On le découvre dans l'intimité de Matignon, lors de rares instants volés avec sa famille alors qu'il était Premier Ministre et sa fille confirme que son papa avait très peur du sentiment de vide laissé par son départ, d'autant que ses cartons ont été très rapidement emballés et que les adieux à sa fonction et à son personnel ont dû être faits dans la hâte (comme à chaque fois). Elise nous montre également le fameux camping-car familial, très cher à Jean-Marc qui l'a notamment accompagné lors de ses vacances au Vietnam après son départ du gouvernement. Moi, j'ai vu un autre extrait du documentaire, montre l'ex Premier Ministre regarder la chronique de Bertrand Chameroy qui lui était consacrée dans Touche Pas à Mon Poste: et j'ai été ravie de constater qu'il en était ravi et qu'il trouvait même ça "touchant". Ca lui donne une part d'humanité et de caractère qui lui a peut-être manqué lors de son passage à Matignon :) Avez-vous ce reportage, diffusé lundi soir sur France 3? :)
L'une des grandes stars de ce numéro est Carine Roitfeld! Elle se livre, en interview, revient sur son parcours et nous parle de ses projets :) Elle nous rappelle qu'elle est née dans une famille aisée du 16ème arrondissement de Paris, que son grand-père a été rédacteur en chef du Canard Enchaîné tandis que sa maman a, comme elle, travaillé chez ELLE :) Elle y a écrit des articles mode à partir de 1977 et se souvient avec émotion du dynamisme de ses collègues et de l'état d'esprit du magazine, très spontané. Elle insiste également sur le fait qu'elle n'ait pas eu de formation mode académique, qu'elle n'a pas fait d'école mais que son instinct l'a toujours bien guidée ; si bien qu'elle a été la muse de Gucci dans les années 90! Elle rejoint Vogue dans les années 2000, à la rédaction en chef: elle en partira en 2011, pas forcément en très bons termes avec eux, puisqu'elle n'hésite pas à dire qu'ils lui ont mis des bâtons dans les roues quand elle a lancé son propre magazine CR Fashion Book :s Elle revendique son statut d'inventrice du porno chic ou plutôt de l'érotico-chic: une féminité faite des talons, de jupes crayon et de chemise et de lingerie, qui lui a permis de rester avec son homme depuis plus de 30 ans maintenant ;) Elle aime l'épure, les looks simples et signature, ce qui fait qu'elle ne collectionne pas vraiment les vêtements. Et elle n'aime pas les sacs à main! o-O Elle voit également son métier de journaliste de mode comme un moyen de faire rêver ses lectrices, de les permettre de s'évader, d'être un passage de relais entre les podiums et elles. Je dois dire que j'ai aimé cet interview, assez authentique, mais également le personnage de Carine, racé mais simple, finalement :) 



Et on ne s'arrête pas en si bon chemin, puisqu'après la mère, on a la fille! Et oui, Julia Restoin Roitfeld répond également à quelques questions et fait un adorable shooting avec des petits lapins. Mais pourquoi des lapins, me direz-vous? Simplement parce que la jeune femme a créé sa e-boutique de vêtements, Romy & The Bunnies, pour les mamans comme elle, "qui ne veulent pas renoncer à leur vie d'avant", avec des lignes plus "glamour". Et si elle a fait quelques campagnes pour Givenchy, Jil Sander, Lancôme et été l'égérie pour parfum Black Orchid, elle s'est exilée aux Etats Unis pour faire des études mais également pour monter son business et pouvoir prouver qu'elle pouvait se faire un prénom. Elle nous glisse que sa maman était très présente pour elle durant toute son enfance mais qu'elle a un avis différent concernant les chaussures à talons: elle n'en porte pas tous les jours, contrairement à sa maman, parce que elle, elle marche beaucoup plus! On découvre également une photo de Julia prise pour ELLE en 1984 (elle avait 4 ans), toute de denim vêtue: très choupi! :)
On terminera avec l'actrice Noomi Rapace! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai découvert une part de sa personnalité que je ne connaissais pas: sa flamboyance et son goût du risque! Elle s'est d'ailleurs brisé la cheville sur le tournage de son nouveau film, Unlocked :s Un tournage qu'elle adoré, parce que c'est un film d'espionnage très brut avec une heroïne féminine qui montre que les femmes peuvent avoir de la force physique. Noomi parle également très vite, est fascinée par l'histoire profonde des gens et leurs sentiments enfouis et leur complexité et pense que cela vient de ses origines espagnoles (par son papa): oui, elle est née au Danemark mais est lassée du côté très aseptisé de son pays, qui lui donne l'impression d'étouffer. Elle veut du relief! Elle adore également son métier d'actrice, qui l'oblige à se dépasser à chaque nouveau rôle: et pour ça, elle n'hésite pas à faire des expériences comme de ne pas manger pendant une semaine (!) ou bien de ne plus boire d'alcool (étrange pour elle, qui en buvait de façon excessive durant son adolescence). Elle aime également la franchise de ses proches mais aussi vivre à Londres, car elle se sent profondément européenne et ne se sent pas si bien à Los Angeles, par exemple. Sachez que l'actrice est maintenant productrice, ce qui lui apprend à être plus patiente et plus diplomate ;)




Jolies photos!




Et vous les filles: vous aussi vous faites autre chose en lisant un magazine? ;) 






CONVERSATION

2 commentaires:

  1. Catherine Cervoni16 avril 2015 à 18:31

    Merci pour toutes ces jolies choses Elo, pour le sujet des enfants, l'article a raison et pourtant je ne peux m'empêcher de penser à la pauvre fillette de 9 ans kidnappée en pleine rue par un multi récidiviste interdit de territoire ... le danger ne provient pas seulement de la rue et des automobilistes... Belle soirée à toi et encore merci pour ton décodage de la mode, de la beauté par ta jolie plume

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!