Kim & ELLE

Hello les filles!


Comme vous l'avez sans doute vu sur les réseaux sociaux, j'ai été trop occupée lundi soir pour vous poster ce billet ELLE  hier, comme je l'avais prévu initialement: ma voisine est venue me voir alors que je m'étais affalée devant Top Chef en rentrant du boulot, me demandant si la musique forte venait de chez nous. Bon pas du tout hein, mais cela ne nous a pas empêchées de discuter jusqu'à...minuit! Je n'ai donc rien vu de Top Chef, pas blogué du tout, mais j'ai adoré cet instant de papotage: la vie, c'est ça aussi :) 

Mais bref, revenons à nos moutons et parlons du dernier ELLE, qui est riche en articles plutôt chouettes ;) 


On commence avec les célébrités!
On a tout d'abord droit à une petite leçon d'élégance 2.0, prodiguée par Inès de la Fressange. Il faut dire que l'icône de la Parisienne vient de lancer sa propre newsletter, La Lettre d'Inès, avec plein de bons plans et de bonnes adresses dénichées par la star (et son équipe, sûrement). Elle nous explique que les formules de politesse ne sont pas obligatoires dans un mail, alors que les fautes d'orthographe doivent absolument être corrigées #labase. Elle adore Instagram, bien sûr mais elle ne partage rien de personnel sur ce réseau social: elle nous conseille de chercher de chouettes clichés avec le hashtag #bts (behind the scenes), #cute ou #instasmile. Et Pinterest fait également partie de ses chouchous ;) Rien de bien nouveau sous le soleil, mais j'aime bien ce genre d'article un peu geekette ;)



On retrouve ensuite une artiste que j'aime beaucoup, Selah Sue! Elle vient de sortir son nouvel album, Reason, et je peux vous dire que j'adore déjà son single Alone :) La chanteuse évoque son combat avec la maison de disques pour que l'album lui ressemble vraiment alors que l'article, lui, revient plus largement sur les penchants assez dépressifs de Selah Sue. Elle en avait fait un thème central de son premier opus et avoue continuer à se sentir très mal à l'aise, pensant que son succès n'est pas mérité du tout :s Elle a également fait de son chignon un signal de sa tristesse, le hissant très haut alors que son moral est au plus bas. Elle a toutefois trouvé l'amour et se sent mieux aujourd'hui, grâce à lui :) Elle se dit fière d'avoir en tout cas pu libérer la parole autour de cette "maladie" et faire comprendre aux gens que non, ils ne sont pas seuls à en souffrir.




ELLE s'est également donné pour mission de nous faire faire connaissance avec Kim Kardashian: alors oui, tout le monde connaît Kim mais souvent et surtout pour ses extravagances..Le magazine veut nous faire connaître son autre visage, au travers d'un autre regard, celui de la réalisatrice Céline Sciamma :) L'occasion pour nous d'apprendre que Kim K arrive à l'heure aux rendez-vous, qu'elle est plutôt calme et pas forcément accompagnée d'un staff agité autour d'elle ; elle confie qu'elle voulait ouvrir une boutique de vêtements quand elle était plus jeune et que, bien que vivant à Hollywood, la célébrité ne lui faisait pas briller les yeux. Si elle et ses soeurs ont accepté la télé-réalité autour de leur famille, c'était à la base pour faire la promotion de leur jeune griffe! Ado, elle adorait Michael Jackson, Titanic, Clueless, mais évidemment aussi la série Beverly Hills: comme tout le monde, quoi! Elle nous avoue également que sa teinture blonde est une manière pour elle pour reprendre le contrôle de son corps, qui a décidé de ne pas lui donner ce qu'elle veut pour le moment: un deuxième enfant. Et si elle montre autant son corps, c'est également sa façon de prendre confiance en elle! Elle se moque un peu du débat qui se joue autour d'elle: Kim K, figure féministe ou pas? et n'a pas la prétention de délivrer un message: elle veut juste être elle-même, sans entrave, sans jugement: mais ce n'est pas un peu féministe ça? Et si elle a soutenu Obama ainsi que le changement de sexe de son beau-père et posté un tweet en l'honneur d'une adolescente transgenre qui s'est donné la mort, elle ne veut pas imposer son avis et parler de ce qu'elle ne connaît pas. Ce qui est sûr en revanche, c'est qu'elle retournera en Arménie, pour la commémoration du centenaire du génocide arménien: aucun membre de sa famille n'y est retourné depuis des décennies et Kim n'a jamais foulé le sol de ses origines mais elle veut transmettre cette partie de son héritage à sa fille North. Et ben dis donc, on peut dire que c'est là un bien autre regard posé sur la star, qui, c'est vrai apporte ici des réponses inédites, à des questions que personne celui avait jamais posées en fait. Bravo!
Puis c'est au tour d'Olivier Rousteing de parler de son amie Kim. Il nous raconte comment il l'a rencontrée il y a deux ans au MET Ball, par l'intermédiaire de Kanye: il adore son ambition, son esprit mode et son aura, son influence dans la société moderne, notamment sur les réseaux sociaux. Il aime également l'histoire du couple mixte qu'elle forme avec Kanye, et qui fait écho à son histoire d'enfant adopté :) Et pense également que Ms.Kardashian est une femme Balmain, forte et conquérante, qui bouscule les canons de beauté avec ses formes XXL. Enfin, il estime que Kim Kardashian est une icône populaire, qui parle à tout le monde, et donne un "coup de frais" à la planète people.



Petit mot de mode ensuite, avec un débat sur la loi contre l'anorexie. Elle n'a pas été votée par l'Assemblée (sous prétexte qu'elle était discriminatoire) mais prévoyait une mesure intéressante: sélectionner les jeunes filles et jeunes femmes dont l'IMC est supérieur à 18, tout simplement! Il faut dire que les mannequins, surtout ceux des défilés, font parfois peur de par leur maigreur: mais si les marques et les agences se disent "concernées" par la question, rien ne se passe. Et certains experts de la nutrition rappellent qu'il ne suffit pas de voir des mannequins très filiformes pour devenir anorexique ; et selon eux, l'IMC n'est pas un indicateur suffisamment fiable! Mais alors, que faire? Certains préconisent de rappeler que les photos sont retouchées (avec la pastille Photoshop, évoquée il y a quelques années?): oui mais, comme je le disais  ce sont surtout les filles qui défilent qui sont squelettiques...On fait quoi du coup? On leur met un panneau lumineux: "cette fille est bien trop maigre mais on a besoin qu'elle ressemble à un cintre pour que vous puissiez juger du tombé du tissu"? #nimportequoi

Parfaite transition avec les faits de société ;) 
Pour commencer,  la romancière Camille de Pretti décrit pour nous le quotidien des parents d'un enfant autiste. Alors qu'elle même est plutôt une femme aisée, privilégiée, avec des relations, elle a connu bien des galères! Elle s'exprime notamment sur le temps infini que mettent les spécialistes à diagnostiquer l'autisme chez les enfants (aux alentours de 5 ans) alors qu'il peut être décelé à un an et demi! Des mois, des années de retard sur la maladie, alors que "les années de petite enfance sont cruciales" pour apprendre plein de choses...Elle se dit également en colère face à l'amateurisme de certains neurologues et pédiatres, qui ont perdu du temps et ne prêtaient même pas attention à son fils, avec des délais de rendez-vous pouvant aller jusqu'à plusieurs mois. Elle ne comprend également pas pourquoi il est si difficile de scolariser un enfant autiste alors que cela lui permet de faire des grands progrès, et de s'adapter socialement! Notamment grâce à la présence d'un(e) Assistant(e) de Vie Scolaire, qui va accompagner l'enfant, à condition qu'il/elle soit bien formé(e) et qu'elle/il puisse  rester aux côtés en l'enfant plusieurs mois voire plusieurs années: un autre point faible en France!  Et surtout, Camille insiste sur le fait que son petit Auguste lui prend tout son temps (elle a dû arrêter de travailler), à cause de toutes les recherches et les démarches bien sûr, mais aussi des périodes d'apprentissage réalisées par son mari et elle, notamment pour apprendre à leur fils à faire du vélo, au prix de nombreuses soirées sacrifiées...Aujourd'hui, c'est d'ailleurs  la Journée de l'Autisme! Et le gouvernement s'est engagé à mieux former les pédiatres et les AVS (avec un diplôme pour ces derniers), à diagnostiquer la maladie avant 6 ans et à créer des places en crèches et en écoles, mais également en IME (Institut Médico-Educatif) et même à mettre en place des classes hybrides, à la fois Education Nationale et IME dés le mois de septembre. Espérons que les choses s'arrangent pour ces enfants et ces parents :) 



ELLE met ensuite un coup de projecteur aux initiatives pour lutter contre la discrimination envers les femmes au travail, mises en place dans de grandes entreprises partout dans le monde. Parce que oui, n'en déplaise à certains, c'est parfaitement possible! Orange prend par exemple sous son aile des étudiantes dans les cursus très techniques, en alternance, pour les embaucher au terme de leurs études ; Talentis, pendant ce temps, veut démontrer que les femmes directives ne sont pas "bossy" et hystériques. Sinon, conserver le poste des mamans et voire, les faire évoluer après leur congé maternité, ça semble normal pour Total, Davidson Consulting et Boston Consulting Group.  De même, Sodexo et Mercredi c-papa se sont donnés pour mission d'inclure les hommes dans ce processus paritaire, en permettant aux papas de s'occuper de leur enfant malade, par exemple. Maviflex a également mis en place des horaires assez souples pour permettre aux parents de pouvoir déposer leurs enfants à l'école et prendre soin d'eux si'ils sont souffrants, tandis que Manpower lutte contre le présentéisme et opte également pour des horaires plus accommodants. Axa n'hésite pas également à repérer et former les talents féminins les plus ambitieux pour les envoyer diriger des filiales à l'étranger.  Entre plein d'autres choses, d'autres programmes qui viennent en aide aux travailleurs les plus précaires (souvent des femmes) pour les aider à retrouver le chemin de l'emploi, par exemple. Ce n'est pas SI difficile de permettre aux femmes de se faire une place ;) 
On a enfin un dossier consacré au lourd poids que peut représenter le prénom Kevin pour ceux qui le portent. En effet, très souvent, on voit "le" Kévin comme un jeune homme un peu beauf, pas très intelligent, qui fait surtout des métiers manuels tout en soutenant avec ferveur son équipe de foot préférée...Et moi la première! Pourtant, bien sûr, bien évidemment, tous les Kévin ne sont pas comme ça, il y en a de très gentils et intelligents, je vous assure ;) Sauf que cette discrimination commence à avoir de sérieux effets, alors que les Kévin arrivent sur le marché du travail; après avoir souffert à l'école ("à copie égale, un élève de CM2 prénommé Kévin est noté en moyenne 2 poins de moins qu'un Pierre"), ils traînent ce "fardeau" dans la vie active puisqu'un Kévin a 10 voire 30% de chances en moins qu'un Arthur de voir son CV sélectionné...Ca craint, non? Tant de préjugés sur un prénom...qu'ils n'ont même pas choisi en plus :s Et si on arrêtait avec ça? Si je dis ça, c'est parce que la plupart des Elodie que je connais en vrai, ne sont ni très gentilles, ni très intelligentes ;) Comme quoi hein! ;)



On terminera en beauté, avec des tips beauté rapides, donnés par des experts! Si vous avez les cheveux un peu sales, par exemple, le coiffeur David Mallett vous souffle de faire une queue de cheval "très haute et très serrée", que l'on va ensuite tresser ; la blogueuse Aimee Blaut, elle, pose un masque visage éclat toute la nuit pour avoir un teint radieux au lever, tandis que la make-up artist Dior Phophie Mathias nous conseille d'investir dans un fard crème doré très lumineux, à appliquer sur les paupières ou bien à mélanger à sa crème de jour pour en faire un enlumineur ;) Pour une super manucure, on peut également poser la base et les deux couches de couleur le soir, puis le top coat le lendemain, pour effacer les éventuelles traces ;) Victoire de Taillac, quant à elle, nous glisse de nous enduire d'huile pour le corps avant la douche, car il en restera juste ce qu'il faut après la douche pour bien nourrir la peau ;)
Focus également sur le low poo! La blogosphère en parle depuis des lustres et ELLE a décidé d'en faire un sujet :) En fait, le principe est simple: il suffit de ne pas se laver les cheveux avec des "vrais shamppoings" jugés plus corrosifs, trop corrosifs et altèrent la fibre capillaire, mais avec des produits plus doux, comme notamment des après-shampooings ou autres produits ad-hoc. Très bon pour les cheveux secs et frisés (comme les miens :s) ou les cuirs chevelus qui gratouillent! Les produits low-poo sont également plus doux que les shampooings sans sulfates, qui eux, contiennent la même quantité de tensio-actifs que les shampooings "bateau". On peut laver ses cheveux avec des produits low-poo en alternance avec ses produits traditionnels ou bien, si les cheveux ne graissent pas vite du tout, à chaque lavage, complété par un masque si la fibre est vraiment abîmée ;)




Jolies photos!




Bisous les filles! Et au fait! Les changements de design du blog vous plaisent? J'ai enlevé la barre latérale de droite et fait une "vraie" page d'accueil avec tous les derniers articles, pour que ce soit plus facile pour vous de passer d'un article à l'autre ;) 






CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!