Inès & ELLE

Bonjour tout le monde!


On se retrouve aujourd'hui avec ELLE! J'ai reçu mon premier numéro gratuit près m'être inscrite à la newsletter Daily ELLE, un bon plan que j'avais partagé avec vous sur Twitter ;) Bon, du coup, je ne suis pas allée m'acheter ce numéro en kiosques, avec le cadeau qui était prévu (un rouge à lèvres Bourjois) mais tant pis ;) Bon, je dois vous avouer que quand j'ai vu que ELLE a prévu de choisir Inès de la Fressange, j'ai un peu fait la moue. Je vais peut-être vous choquer mais je ne suis pas sensible à son style et à son sens de la mode, si encensés à longueur de pages de magazines ; oui, c'est une jolie femme que 50 ans mais je ne comprends pas tout l'enthousiasme autour d'elle. Ces pages m'ont permis d'en apprendre plus à son sujet, mais je ne suis toujours pas transcendée.  

Mais bref, voyons précisément ce qui a attiré mon attention dans ce numéro de ELLE ;)

On commence avec les faits de société!
J'ai choisi d'insérer Rama Yade dans cette partie "actu", parce que c'est une femme politique et j'ai un peu de mal à mettre les personnages politiques avec les stars de cinéma et de la chanson :)  Rama fait justement l'actualité avec la sortie de son livre "Anthologie regrettable du machisme en politique", un recueil de toutes les paroles et situations sexistes dont elle a pu être témoin depuis le début de sa carrière. Elle précise qu'à la base, elle ne tenait pas à faire ce livre, et que c'est une idée de son éditeur. Selon elle, Jacques Chirac était le politique le plus misogyne, tandis que Nicolas Sarkozy, quant à lui, se positionne comme un père, un mentor et donc dans une situation de supériorité. Elle n'est également pas tendre avec les femmes elles-mêmes, car elle estime que les femmes politiques se tirent dans les pattes et sont trop dans la compétition, et ce d'autant plus qu'elles sont "héritières", comme Martine Aubry. Elle attire également notre attention sur le fait que peu de femmes ont été élues aux départementales et qu'elles sont également très peu nombreuses à se porter candidates aux régionales...L'article est illustré par un quizz des phrases les plus misogynes lancées par des hommes politiques et j'ai pas exemple été choquée de savoir que  Charles Pasqua ait pu dire "Il n'y a qu'à proposer une chose simple: toutes les femmes qui veulent avoir l'investiture doivent être baisables!" o-O


Zoom ensuite sur une figure de la Résistance qui entrera au Panthéon demain, Germaine Tillion: c'est l'écrivaine Dorothée Werner qui nous en parle, car elle a écrit un roman en son honneur, Kouri. Elle nous explique que Germaine était ethnologue avant la Seconde Guerre Mondiale et a décidé d'entrer en résistance par indignation, avant d'être dénoncée et déportée à Ravensbruck, dont elle sortira vivante en 1944. Et cette terrible épreuve n'a pas entamé son courage, car elle a ensuite pointé du doigts les dérives de Staline et les exactions commises lors de la guerre d'Algérie. La romancière explique également que Germaine a dû témoigner au procès de deux anciennes gardiennes de Ravenbruck, jugées pour des faits qu'elles n'avaient pas commis et dénoncées par des "anciennes prisonnières mythomanes": elle tenait entre ses mains sa revanche mais la quête de la justice n'est-elle pas plus importante? De même, Germaine a eu l'intelligence de prendre des notes durant son enfermement dissimulées dans des recettes de cuisine. En tout cas, ces questions de civisme, de solidarité, d'indignation, de résistance semblent tout à fait d'actualité, alors que le principe de citoyenneté est sans arrêt remis en question. Et on ne peut que se réjouir que des femmes entrent au Panthéon, elles qui y restent très minoritaires, car le symbole est fort :) Même si la dépouille de Germaine Tillon ne quittera en fait pas son village natal (une volonté de sa famille) et que son corps sera représenté par une simple poignée de terre: son courage et son héroïsme seront tout de même célébrés et c'est ça qui compte.



ELLE nous présente une femme de la même veine, dont le combat est on ne peut plus louable: Khadija Al-Salami se bat contre le mariage forcé des petites filles au Yémen, elle qui a elle-même été vendue à l'âge de 8 ans et qui a été rendue par son bourreau à ses parents, se plaignant qu'elle ne soit pas plus résistante à ses coups et ses agressions. Elle est aujourd'hui réalisatrice, mettant en lumière de vraies jeunes femmes de son pays qui ont pris leur destin en main et se sont battues contre l'ordre établi: Amina, I am Nojoom, Une étrangère dans sa ville..sont quelques unes de ses oeuvres. La jeune Nada Al-Ahdal, connue pour avoir refusé de se marier, s'être échappée chez son oncle et surtout pour avoir exprimé sa révolte dans une vidéo postée sur Facebook (provoquant un buzz mondial), fait partie de ses héroïnes: elles ont écrit un livre ensemble, appelé La Rosée du Matin. Khadija soutient également l'éducation de ces jeunes filles, avec son association My Future: il faut dire qu'elle a conscience de l'importance de faire des études, puisqu'après son divorce qui a mené à sa répudiation par sa famille, elle s'est accrochée à l'école, a obtenu son bac et a pu intégrer une université à Washington pour étudier le cinéma et la communication. Elle a également soutenu la jeune Amina, "adolescente condamnée à mort pour le meurtre de son mari", et a réussi à la sortir de cette situation au travers d'un documentaire, dans lequel elle s'est plongée dans le quotidien de la prison à l'insu des autorités et des gardiens. Khadija se révolte également contre les burqas noires portées par les femmes de Sanaa depuis 10 ans alors qu'auparavant, les femmes arboraient de jolies robes de couleur et aimerait rendre aux femmes leur confiance en elles, pour qu'elle n'aillent pas la chercher dans l'intégrisme. Un parcours qui ne peut que susciter l'admiration, bravo à Khadija Al-Salami! 
Puis, ELLE nous apprend à améliorer notre répartie: et oui, ça nous ai arrivé à toutes, cette situation gênante durant laquelle on ne sait pas quoi répondre face à une remarque vexante, tandis que la réplique de l'année nous vient parfois des heures après. #désespérant pour savoir répondre du tac au tac, il faut tout d'abord savoir être dans la désinvolture et se détendre: ça sortira mieux tout seul! Idem, n'hésitez pas à improviser et à vous entraîner avec des amis ou avec votre famille, dans le jeu et la bonne humeur mais également à détourner l'attention sur la personne qui vous "agresse" ;)



Pour terminer, j'ai été ravie de retrouver une page geekette, consacrée au Samsung Galaxy S6 Edge. La nouveauté coréenne est inspectée dans les moindres détails et on apprend que ce téléphone aura de jolies courbes et un écran étiré jusqu'aux bords, pour un effet visuel très intéressant. Il est également possible de passer le téléphone en noir et blanc pour sauvegarder un peu de batterie et arrêter les applis et en seulement 10 minutes de charge, il gagne 4 heures de batterie! Il est également très fort côté photo avec "16 megapixels à l'avant et 5 megapixels à l'avant", [...] un autofocus et une prise de vue ultra rapides". Il me tente bien! J'espère qu'il ne sera pas trop cher d'ici le mois de décembre, quand je changerai mon forfait et mon téléphone ;) Et j'espère que ELLE réitérera l'expérience avec cette rubrique Techno.

On passe ensuite aux stars!
Premièrement, la belle à la voix envoûtante Melody Gardot  se confie un peu, à l'occasion de son nouvel opus, Currency of Man. Toujours aussi "diva", elle est très élégante avec sa capeline, ses hauts escarpins et son tailleur pantalon et revendique son amour pour les bains aux pétales de rose et au champagne, mais sans une once de mépris ou de dédain. C'est ça la classe ;) Concernant son album, elle explique qu'elle ne voulait plus tellement parler d'elle ou de ses histoires d'amour mais plutôt de "la douceur du monde" ; elle propose des sons jazzy, groovy qui donnent envie de se déhancher doucement , tout en parlant des personnes qu'elle a pu croiser et dont le parcours, l'existence l'ont particulièrement touchée. Et comme toute diva qui se respecte, c'est également une grande amoureuse, qui a aimé as mal d'hommes et croit en la passion charnelle : elle me fait penser à Marianne James (que j'adore aussi), ne me demandez pas pourquoi ^^  En tout cas, c'est aussi une grande artiste et sa voix me donne souvent des frissons :) 




Vient ensuite le dossier de la première "Invitée Spéciale" de ELLE (quelque chose qui deviendra récurrent, apparemment), Inès de la Fressange! Le dossier s'ouvre avec une vraie-fausse interview puisque Hélène de Filères, écrivaine et réalisatrice et ici invitée chez l'ancienne mannequin, est en pâmoison devant Inès. Elle adore sa maison, classe et chaleureuse et surtout, nous explique son admiration pour sa grâce, son élégance et sa silhouette parfaite alors qu'elle a 50 ans. Elle lui pose d'ailleurs pas mal de questions sur son corps, qu'Inès va finir par lui retourner et la "journaliste" va alors se livrer sur ses propres complexes. Personnellement, j'ai trouvé cet article un peu dérangeant, limite "fan fanatique" qui fait peur, même si la conclusion, très belle, explique qu'Inès est une femme libre, qui s'affranchit des conventions et des diktats physiques. Et je précise que l'article est rédigé comme un roman, avec des dialogues. Une double page est ensuite consacrée à la nouvelle boutique d'Inès de la Fressange, qui ouvre aujourd'hui dans le 7ème arrondissement de Paris: elle a voulu y rassembler tous ses coups de coeur en matière de mode et de déco dans une même boutique, un peu "bazar", "souk" où tous les objets, hétéroclites, cohabitent, dans la joie et la bonne humeur. Elle y vend également des vêtements sous sa propre marque: elle les imagine et sa styliste Fleur Demery leur donne vie! En sachant que ces créations seront des pièces uniques et numérotées mas qu'il y aura également des séries limitées à 50 exemplaires pour certains modèles ; les "arrivages" seront réguliers mais ne se feront pas par saison. Ensuite, ses filles Nine et Violette nous disent pourquoi leur maman est top: elles nous confient adorer piocher dans son dressing, admirer son talent pour réaliser de super déguisements, adorer quand elle chante des chansons en italien à tue-tête mais aussi quand elle met la musque à fond et les fait danser quand elles n'ont pas le moral :) Et scoop! Elle "cache du Crunch sous son lit et des Kinder dans son nécessaire à manucure: qui l'eût cru? J'ai aimé cette page, qui nous permet de découvrir un autre visage d'Inès de la Fressange. Le dossier se terminer avec une sélection des meilleurs souvenirs de cette dernière dans ELLE et ce, sur les trois dernières decénnies et notamment sa première couverture pur le magazine en 1980, en noir et blanc :) Un chouette dossier dans l'ensemble, même si je pense que le choix de la personnalité "Invitée Spéciale" est vraiment crucial pour que ça fonctionne.




ELLE a ensuite interviewé une princesse mais aussi et surtout une actrice, en la personne de Clothilde Courault: Elle se montre assez craintive et sur la défensive lors de l'interview, elle qui a du mal avec les journalistes et surtout avec ce qu'ils écrivent sur elle car elle "ne se reconnaî[t] jamais à travers la presse". Elle est en tout cas à l'affiche du prochain film de Philippe Garrel, "L'Ombre des Femmes" et explique qu'elle l'a rencontré grâce à son fils, Louis Garrel, et qu'elle adore l'intégralité de son oeuvre, qu'elle a dévorée et que le personnage de Manon dans ce film lui ressemble un peu. Elle est également ravie que ce long-métrage traite de la sexualité des femmes, finalement pas si différente de celles des hommes. Elle nous confie également qu'elle n'a pas pensé aux répercussions de son mariage avec le Prince Emmanuel Philibert de Savoie il y a maintenant 12 ans et qu'elle a effectivement reçu moins de propositions ; cela ne l'a toutefois pas empêchée de faire du théâtre mais également de découvrir qu'elle aimait chanter se produire, incognito dans des cafés avec un accordéoniste ; et elle prend souvent le métro parisien! Une princesse, actrice, qui n'a donc pas oublié ses origines modestes :) 
Pour terminer, l'ingénieure française Cécile Schmollgruber  nous raconte sa journée type. Il faut savoir qu'elle fait partie de Stéréolabs, l'équipe ayant mis au point "un logiciel qui permet de scanner et modéliser en 3D, en temps réel, tout ce que l'on voit" et qui sera utilisé par James Careon pour Avatar 2! Elle vit aujorud'hui à Los Angeles et a un emploi du temps de directrice de startup, avec des centaines de mails à lire tous les matins et tous les soirs (la faute au décalage horaire) ainsi que des confcalls avec le monde entier, mais dans un décor de rêve et à la cool :)Elle prend également le temps d'aller au cinéma, dans de bonnes adresses bio et elle s'amuse de voir des grandes stars faire leurs courses au même supermarché qu'elle. Elle mène en tout cas très bien sa barque et sa marque, puisque Disney, Warner Bros s'intéressent à leur logiciels et que ce dernier sera embarqué sur tous les smartphones, ordinateurs et tablettes de Dolby en 2016  ;) 



Sélection shopping!





Jolies photos!






Et voilà! Et vous, vous avez aimé qu'ELLE mette en avant Inès de la Fressange? Des bisous!









CONVERSATION

3 commentaires:

  1. Si vous souhaitez comprendre la raison de ce numéro avec Inès de la Fressange, sachez que le magazine appartient à Lagardère active. Cherchez qui est président du directoire de cette entreprise et les liens qu'ils entretient avec la belle Inès et vous aurez votre réponse. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Ce numéro avec Inès de la Fressange m'a un peu choqué. J'aimais beaucoup Inès de la Fressange. J'ai trouvé qu'elle était odieuse dans ses réponses lors de son interview et j'ai été très dérangée de découvrir qu'elle était la conjointe du "patron" de Elle. J'ai eu l'impression d'avoir été manipulée et qu'Elle méprisait son lectorat.

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!