Karlie & Glamour


Hello girls!


Vous allez bien? J'espère que votre week-end, qu'il soit long ou pas, se passe bien :) Armée de mon verre de thé glacé à la pêche Le Thé des Alizés de Palais des Thés, je vais vous donner mes impressions sur le Glamour du mois :) 


Et on démarre avec la mode! :) 
J'ai premièrement apprécié l'Edito d'Erin Doherty , qui met parfaitement en lumière le fait que la planète mode peut parfois aduler des choses que les personnes normales, comme vous et moi, peuvent détester. Elle nous explique ici que dés qu'il fait beau, hop, elle enfile des...Birkenstock. Au grand dam de sa concierge qui ne comprend pas comment on peut porter ça pour aller au travail et de sa meilleure amie, qui considère, comme moi, que les Birkenstock, c'est tout aussi moche que les Crocs. Donc oui, clairement, les professionnels de la mode ont parfois des goûts un peu déconnectés de la réalité et des véritables envies des vraies filles. Mais, apparemment, cette chose immonde serait tellement confortable qu'elle en ferait oublier sa laideur ou du mois son sens du style tout relatif. Mouais. Ca me fait penser à mon article d'hier, concernant mon nouvel amour pour les baskets en ville ;) 
L'été approche! Donc forcément, les dossiers maillots commencent à affluer et c'est Glamour qui ouvre le bal, avec ses recommandations pour la plage cette année. Il semblerait que le noir reste une valeur sûre, à porter sur peau hâlée ou bien sur peau blanche, sur toutes les morphologies. Après la plage, n'hésitez pas à l'associer à des pièces lamées, à une manchette et des sandales bijoux ;) Si vous aimez les maillots plus ethniques, avec des pampilles coquillages, des éléments de broderie, des mocassins, des ponchos tout ça, lâchez-vous ; la tendance des vêtements techniques et sportifs est également passée par la case maillot, avec, bien entendu, du néoprène, des brassières ajourées, des jeux de découpe...à associer, contre toute attente, à des éléments en jean, comme une jolie petite veste ;) Si vous êtes plus fleur bleue, les imprimés fleuris seront pour vous (avec des pièces kaki pour contre balancer, tout comme les teintes très pastels ;)





On poursuit avec les stars!
On peut tout d'abord lire un petit encadré consacré à Nicolaj Coster-Waldau! L'acteur danois (grosse star dans son pays depuis un moment) revient avec la nouvelle saison de Game of Thrones mais montre également qu'il peut jouer autre chose qu'un chevalier incestueux, avec L'Epreuve. Il incarne le mari de Juliette Binoche, reporter de guerre, un père de famille touchant, bien loin du côté très tordu de Jamie Lannister, dans un registre plus profond et "intimiste". Bravo à lui! Cela vous donne envie d'aller voir ce film? :) 
Lumière sur la rubrique On dit merci à ! Effectivement, on ne peut que féliciter Miley Cyrus qui se bat pour les sans-abris en demandant aux autorités américaines d'agir en leur faveur mais également Iris Apfel, 93 ans au compteur mais toujours pétillante, pétulante et "dans le coup" bien qu'elle ne maîtrise pas bien les outils informatiques :) Applaudissons également Monica Lewinsky qui a réussi à retrouver sa dignité malgré l'affaire Clinton, grâce notamment à des conférences au sujet du harcèlement sur Internet mais également le photographe David Williams, qui montre, avec de beaux clichés, que, oui les garçons peuvent aimer les chats et leur faire des câlins, comme les filles ;)





L'égérie de ce numéro est Karlie Kloss! Et, en plus d'un joli shooting photo, on a droit à un petit portrait de la top :) On nous rappelle qu'elle est née dans le Missouri e que ses parents lui ont donné une éducation faite de bonnes manières, de politesse et de simplicité, qu'elle a gardée aujourd'hui (elle amène des gâteaux maison lors des castings et écrit des lettres de remerciements!). Elle a également acquis sa signature mode en coupant ses cheveux en carré (coupe devenue iconique, à l'instar de celle de Rachel de Friends) et avec sa "démarche de danseuse". Mais comme Karlie est entrepreneuse dans l'âme, elle a aussi créé sa marque de cookies végétaliens "inspirés des recettes de sa grand-mère et a l'intention de soutenir les jeunes filles voulant devenir développeuses et programmatrices informatiques. J'aime bien ce genre d'état d'esprit :) Comme quoi, on peut être jolie, mais bien élevée et avec des projets ambitieux ;) 



On continue avec le lifestyle!
Premièrement, Glamour nous pose cette question: A quoi vont ressembler nos jobs? En effet, sous l'effet de la crise et des aspirations des nouvelles générations, plus flexibles, le travail se transforme et s'éloigne du modèle "horaires fixes-patron-bureau". Certains métiers sont par exemple voués à disparaître avec l'arrivée de robots plus vrais que nature, qui pourront remplacer les vendeurs, les juristes et les comptables, entre autres: Nestlé en a commandé pour ses boutiques de capsules, par exemple. Ils feront donc exploser le chômage mais feront gagner de l'argent aux entreprises et je pense que de nouveaux métiers devraient émerger avec cette révolution technologique. Les recruteurs s'intéressent également beaucoup aux joueurs de jeux vidéo car ils sont en général dotés de qualités de stratège, d'adaptation et de travail en équipe. L'espace de travail sera également amené à changer, avec des bureaux que l'on pourra mettre en position debout ou encore des open space inspirés des coffee shops à la Starbucks (je dis oui!). De même, les entreprises peuvent permettre à leurs employés de fixer eux mêmes leur nombre de jours de congés et quand ils les prendraient, à condition que les résultats soient là: le problème, c'est que pour le moment, on constate un phénomène étrange puisque les salariés concernés prennent moins de vacances que les autres et ramènent des dossiers avec eux...Que pensez-vous de ces évolutions? Vous font-elles peur? 
Le magazine s'intéresse aussi au mal de ce siècle: la fatigue chronique. On a tous et toutes le sentiment d'être toujours épuisés et de n'avoir jamais le temps de ne rien faire, alors qu'on travaille moins et qu'on a plus de temps pour les loisirs. Allez comprendre! C'est en premier lieu la faute du multi-tasking: on essaie de tout faire et de tout faire en même temps: on veut être hyper efficace, mais au final, on s'épuise et on ne prend le temps de rien faire. On ne prend pas soin de soi en agissant ainsi et si on avait été au Moyen Age, on aurait été condamné pour "acédie", c'est-à-dire de ne pas prendre de temps pour soi (et pour les morts)! De même, être oisif était l'apanage des riches au 19ème siècle: mais nous, nés au 20ème siècle pour la plupart, estimons que "le temps, c'est de l'argent" et que l'on doit être productif et pas uniquement au travail. Pourtant, trop en faire, accumuler les tâches nous rendrait aussi débile que de fumer des joints, aux dires des spécialistes. D'autant que cela s'accompagne d'un manque de sommeil, nous rendant moins concentrés et donc...moins efficaces. C'est le serpent qui se mord la queue! Et si on ajoute notre dépendance aux outils numériques, qui nous rendent accro et nous empêchent de nous poser deux secondes, c'est la cerise sur le cupcake. L'article pointe également autre chose: notre travail nous fatigue, mais surtout moralement: il s'agit souvent d'un travail individuel, devant un ordinateur et, en plus de ça, on a rarement le sentiment d'être hyper utile, comme si notre "mission" n'avait pas tant de sens au fond: du coup, même si on travaille moins en termes de temps, ce sentiment de solitude (moins de relations entre collègues, avec la hiérarchie) et de "creux" nous fatigue. Mais apparemment, ce dernier point devrait s'améliorer: les sociologues on en effet remarqué qu'à chaque transformation du monde du travail (la révolution industrielle par exemple), les travailleurs avaient ce sentiment et souffraient de fatigue. Morale de l'histoire? Faisons moins mais faisons bien, prenons le temps de faire une chose après l'autre et reposons-nous: le sommeil, c'est important et c'est ce qui nous permet de tout déchirer en suite ;) 




On terminera cette rubrique avec un sujet sur la cause anti-viol dans les universités américaines. Je dois vous avouer que j'avais très peur, étant donné qu'au début de l'article, la journaliste se demandait si on en faisait pas trop avec tout ça et si, finalement, on n'allait pas trop loin dans la recherche des violeurs. Oui, ça fait peur, mais en fait, le débat n'est pas là (il n'y a d'ailleurs pas de débat). Pour commencer, il faut rappeler qu'il existe une large culture du viol sur les campus américains: les étudiants riches et brillants, membres de puissantes fraternités ont souvent tendance à dépasser les bornes lors de soirées bien arrosées ou dans les couloirs; et ce, allant de la simple "boutade" sexiste à l'agression barbare. Une étudiante sur 4 a été victime de tentative ou d'agression. Du coup, les universités ont pris des mesures, comme cette loi sur le consentement appelée Yes Means Yes stipulant que les personnes s'apprêtant à faire un "gros câlin" doivent toutes les deux dire explicitement qu'elles sont OK: si à un moment donné, n'importe lequel, l'une des "parties" retire son consentement, la relation doit stopper net: sauf que le souci, c'est qu'en général, les violeurs n'attendent pas qu'on dise oui pour violer et ce n'est pas un non qui va les arrêter. Et comment le prouver? Et puis comment définir le consentement? Un agresseur pourrait bien dire: "elle a mis une mini jupe/elle m'a regardé avec un oeil aguicheur/elle m'a dit telle chose, j'ai pris ça pour un oui...". Une mesure assez bancale donc, alors que le vrai problème c'est que seules les universités sont habilitées à gérer ce genre d'incident dans leurs murs et ne font appel à la police que si elles jugent que ça en vaut la peine. Un violeur peut donc s'en sortir avec une simple mesure disciplinaire! Certes, le gouvernement fait pression pour qu'elles règlent ces affaires sous peine de retirer leurs subventions, mais les sanctions mises en oeuvre sont bien trop légères pour dissuader les agresseurs et surtout, ce huis-clos ne garantit pas un "procès équitable" pour les deux parties, d'ailleurs. Ce n'est effectivement pas la meilleure solution! 


Pour ce qui est de la beauté, Glamour se penche sur le cas de la génomique: il s'agit du décryptage de notre ADN pour connaître nos moindres spécificités personnelles, comme le risque de maladies génétiques (comme certains cancers) et autres maladies "pré-programmées: Angelina Jolie a choisi la masectomie suite à un test de son ADN révélant qu'elle avait une forte chance de développer un cancer du sein. Mais la génomique ouvre également le champ des possibles pour la beauté, avec un ciblage des problèmes très précis et des solutions parfaitement adaptées, donc: c'est l'ère du sur-mesure! Bon, pour le moment, la France est un peu à la traîne et ne permet pas, comme à l'étranger d'avoir recours à ces tests et de préparer ses produits de beauté ad-hoc. Mais on peut tout de même avoir recours à des tests un peu moins poussés faits à partir de notre salive "à partir duquel 35 variations génétiques clés affectant l'état de la peau sont analysées" ou bien mettre la main sur le Sérum Advanced Généfique, qui applique les bases de la génomique.




On terminera avec le dossier été de la rédaction! Qui nous conseille de faire une petite escale à Minorque, plus sauvage et authentique que Majorque, avec ses criques et ses ruines préhistoriques, par exemple. Pour donner un air estival à votre intérieur, misez sur des éléments de déco en paille, en jute ou en raphia, suspendez vos plantes vertes (avec des jolis pots facetés, roses ou en métal ;)) et choisissez des tapis et des coussins d'inspirations berbères. Côté food, les tartines sont toujours une super option pour les jours où vous n'avez pas envie de vous casser la tête et la version bresaola et cheddar est assez alléchante! On devrait encore voir des pichets de détox water (de l'eau avec des fruits entiers infusés) sur les tables comme l'en dernier (il faut dire que c'est joli!), à moins qu'ils ne soient remplacés par les acaï-bowl, "un smoothie glacé avec des baies d'acaï" avec du granola et des fruits frais ;) 




Jolies photos!





Voilà les filles! Sur ce, je vous fais des énormes bisous et je vous dis à très vite! :)





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!