Flow, une bien jolie découverte



Bonjour bonjour!


Et si on terminait cette semaine avec une nouveauté? Et oui je n'avais jamais, jusqu'à présent, lu et débriefé le magazine Flow: et pourtant, vous avez été très nombreuses à m'en parler suite à mes billets sur Happinez et sur As You Like. Et je vous comprends, car il y a des similitudes avec ces deux magazines :) 
Flow est un joli magazine, porté sur le positivisme bien à la mode, un certain art de vivre plus humain, plus simple, plus sain. Et comme pour prouver son appartenance à cette veine, le papier semble recyclé est plutôt épais, avec une mise en page plutôt simple mais efficace, faisant la part belle au visuel. Un bien bel objet! Pour ce numéro d'été, le thème de Flow est "Oser & Se Détendre" : et certains articles m'ont beaucoup plu, voyez plutôt :) 

Pour commencer, Flow nous apprend à sortir de sa zone de confort, parfaitement dans le thème du numéro :) Tout le monde a des peurs et donc une zone de confort, plus ou moins étendue: elle est très confortable, certes, mais ne pas s'en extraire ne nous permet pas de découvrir de nouvelles choses, nous enferme et peut nous empêcher de nous adapter au monde extérieur ou à sortir de certaines addictions. Sortir de sa zone de confort est aussi un moyen de ne plus penser à certains soucis, d'évader son esprit. Cette zone de confort est bien sûr salutaire, mais notre séjour doit y rester temporaire :) Bien sûr, Rome ne s'est pas fait en un jour et l'idée est de commencer par de tout petits changements: choisir un autre itinéraire pour aller au travail, lire un nouveau magazine, s'inscrire à un sport auquel on n'aurait jamais pensé ou bien commander un plat original au restaurant. On peut également faire la liste de nos rêves qui nous font peur, et voir les petits pas que l'on a faire pour attendre ces objectifs. Il faut simplement changer de point de vue et arrêter de penser que si on déroge à nos habitudes, on prend le risque d'être déçu ou rejeté: il faut penser au positif et se dire qu'on sera sûrement une chouette découverte! Et plus on a peur, plus on se sentira vulnérable en dehors de cette zone de confort, plus on montre de courage :) Et comme disait Nelson Mandela, "j'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur mais la capacité à la vaincre" :) 

La rédaction nous explique ensuite pourquoi et comment appliquer la pleine conscience dans le couple. L'idée est de permettre à la relation de perdurer sur la durée, grâce à une vision plus éclairée et apaisée des choses: on apprend à prendre du recul, à s'ouvrir à l'autre et à lui faire confiance, pour ensuite être parés pour faire face aux éventuelles difficultés qui pourraient survenir. Tout le monde est plus détendu, plus souriant et tout se passe bien! Et comment on met ça en pratique: et bien, par exemple, lors d'une dispute, on ne répond pas au tac au tac car ce sont souvent des choses négatives qui vont sortir de notre bouche :s On va donc prendre quelques secondes pour réfléchir à ce qui vient d'être dit et adapter sa réponse: si on est d'accord, on le dit, si on ne l'est pas, on le dit aussi, mais de manière posée et la plus objective possible. Pas évident, j'en conviens! Mais le spécialiste Rob Brandsma souligne un point intéressant: "une conversation entre deux personnes ressemble souvent à deux monologues qui se chevauchent: et c'est tellement vrai! Alors, ne laissons pas cela arriver au sein de notre couple, mais également de notre famille ou avec nos amis :) A la clé? Des relations plus riches et plus profondes car on connaîtra réellement la personne en face de nous, ayant su l'écouter et l''observer ;)
Flow nous permet également de rencontrer Arne et Carlos, les tricoteurs scandinaves: les deux compères se sont rencontrés à Esmod, Arne enseignait et Carlos était l'un de ses élèves. Arne avait envie de lancer un projet autour du tricot, car il tricotait depuis sa plus tendre enfance. Il nous rappelle d'ailleurs qu'autrefois en Norvège, le tricot était une activité masculine, exercée par les bergers :) Arne et Carlos ont connu un grand succès avec leurs boules de Noël tricotées, en étant repérés par la marque Comme des Garçons: mais voir leurs créations en vitrine vendues une fortune et serties de cristaux Swarovski leur a semblé ridicule: tant et si bien qu'ils ont décidé d'écrire un livre expliquant à tout le monde comment réaliser eux-mêmes ces petites choses :) Ils ont eu le nez creux car il est devenu un best seller!  Les deux amis se sont bien trouvés et, maintenant, ils ont envie d'écrire d'autres livres sur les loisirs créatifs, tout en continuant de retaper les 4 maisons présentes sur le terrain d'une ancienne gare qu'ils ont achetée. J'avais très envie de vous parler d'eux, car cette jolie histoire d'amitié est également l'occasion de parler du tricot, une activité manuelle cosy et stress-free qui a la côte en ce moment mais aussi de faire une incursion dans leur univers scandinave, au sein d'un joli chalet en bois, entouré de neige mais si chaleureux à l'intérieur avec ses livres et ses bougies. Une atmosphère qui me plait bien :) 




Ensuite, Flow nous confirme que l'on peut être "Heureux sans rien de neuf": l'association australienne Buy Nothing New nous incite par exemple à ne rien acheter durant le mois d'octobre et donc à réfléchir sur notre véritable envie d'acheter telle ou telle chose, afin d'identifier si s'agit d'une simple pulsion ou non. On peut aussi se demander si on ne peut pas louer l'objet en question, ou bien le demander/échanger à un voisin, à un ami. De plus en plus de personnes se disent qu'elles n'ont pas besoin de posséder un objet pour être heureuses mais qu'elles ont juste besoin de l'utiliser à un instant T pour atteindre un but précis: c'est la raison pour laquelle l'économie de partage se développe à ce point! On note aussi que les jeunes de notre génération n'achètent plus forcément de voiture mais passent toujours autant leur permis: la capacité à conduire est toujours recherchée, mais on ne l'assortit plus forcément à l'achat d'une voiture personnelle. La faute à la crise un peu certes, mais aussi à la technologie, qui donne les moyens de communiquer avec sa communauté, qu'elle soit large ou restreinte. On préfère également réparer, troquer, acheter d'occasion...ou bien on peut aussi se dire "OK j'achète un objet mais j'en jette/donne un autre à la place": idéal pour ne pas trop s'encombrer. J'ai aimé la petite anecdote du spécialiste Jan Bor, qui rapporte les propos de sa grand-mère, après que sa maison ait été bombardée lors de la Seconde Guerre Mondiale : "Je suis contente d'être débarrassée de tout ce bazar!" : posséder moins de choses peut donc s'avérer libérateur :) Consommons peu, consommons bien, consommons mieux! 
Dans son article "Vieillir, c'est rassurant",  Flow partage avec nous les résultats d'une étude menée par Susanne Scheibe, spécialiste du comportement, qui nous confirme que plus on prend de l'âge, plus on devient serein. Selon elle, il faut aller au-delà des préjugés su la vieillesse: oui, on est moins alerte physiquement, mais on ne devient pas fatalement dépressif pour autant. Pour prouver ce point de vue, elle a montré un film d'horreur répugnant à des jeunes, puis leur a demandé de répondre à des petites questions qui n'ont rien à voir avec ce film ; puis, ce sont des personnes plus âgées qui se sont prêtées à l'exercice : ces dernières ont obtenu bien plus de bonnes réponses aux questions que les plus jeunes! Cela montre que "les personnes âgées dépensent moins d'énergie pour réguler leurs émotions. C'est tout simplement parce que les "anciens" sont plus détachés, moins vite frustrés : cela serait dû un taux d'activité cérébrale plus faible et donc des réactions physiques moins intenses, mais aussi grâce aux expériences de la vie, qui nous forgent. En revanche, bien sûr, nos aînés sont tout aussi secoués face à des drames et catastrophes de grande ampleur! Mais il faut bien avouer que savoir que d'ici quelques années, voire décennies, la grande névrosée que je suis prendra les choses avec du recul et sans se ronger les sangs est, effectivement, rassurant et va donc dans le bon sens :) 




La carte postale est morte, vive la carte postale! Un peu tombée en désuétude, on pourrait croire que ce petit bout de carton sur lequel on avait l'habitude d'écrire quelques mots sur notre lieu de villégiature n'est plus. Que nenni! Si elle est effectivement plus rare, de nombreuses personnes prennent encore plaisir à saisir leur plume et envoyer leurs pensées ensoleillées à leurs proches, de prendre le temps de chercher leurs mots et de les coucher sur le papier. Un moment suspendu, un peu comme lors de la méditation :) C'est vrai qu'écrire au stylo, ça n'a rien à voir avec le fait de taper sur un clavier, et j'espère que l'écriture manuscrite ne se perdra pas. En retour, beaucoup aiment recevoir cette petite note manuscrite, car c'est une jolie attention, qui touche toujours :) Et je ne sais pas si vous le saviez, mais la première carte postale française a été envoyée en 1873! La toute première carte l'Histoire, date elle de 1869 et est née en Autriche Hongrie ;) Pour illustrer cet article plutôt chouette, Flow nous offre de jolies cartes postales illustrées en carton, un brin vintage, certaines comprenant de jolies illustrations, d'autres avec des pin-up ou encore des petites citations inspirantes ;) J'aime! 
Vous l'avez peut être déjà croisé sur Instagram: le petit hérisson Ernest Hedingway (@ernest_hedgingway) est la star du réseau social! Originaire d'Afrique, il vit aujourd'hui à Chicago avec sa maîtresse Nikki, qui n'en revient pas que son petit Ernest connaisse un tel succès: il a tout de même plus de 41 000 followers sur Instagram! La jeune femme est fan de littérature, des grands classiques comme des "romans pour adolescents typiquement américains" et travaille elle-même sur son propre ouvrage: ce qui explique qu'elle donné ce nom à son hérisson, avec lequel elle a donc un bon point commun, puisqu'il adore les livres et les endroits douillets :) Ils sont également aussi introvertis l'un que l'autre, n'aimant pas être entourés de trop de personnes en même temps. Aux Etats Unis, il n'est pas rare que les hérissons d'Afrique (différents des européens) soient domestiqués et c'est donc tout naturellement qu'elle l'a choisi dans un refuge. Leur aventure Instagram a véritablement commencé lorsque l'équipe d'Instagram a mis en avant l'une de ses photos sur leur page d'accueil, faisant exploser le nombre de followers du petit Ernest. Non seulement ce dernier est très mignon, mais il faut dire aussi que Nikki sait mettre en scène ses clichés et raconter de petites histoires : adorable! Une jolie histoire d'amitié entre ces deux-là, qu'ils partagent avec nous :) 




Et d'ailleurs, la rédaction consacre ensuite un dossier à ce réseau social, qui, je trouve lui sied bien, de par son côté créatif, visuel et plutôt épuré :) La journaliste auteure nous confie qu'Instagram l'inspire, lui donne des idées, et lui permet de voir la vie de manière plus artistique ; mais ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est que les photos véhiculent des émotions, des bouts d'intimité des personnes qui ont pris la photo. Instagram rend la banalité jolie et est un "vecteur de bonheur" :) C'est chouette! Le seul souci, c'est que beaucoup de photos sont ensuite réutilisées, parfois à but commercial, sans que les auteurs n'en soient informés : en témoigne la photo de @miss_etc, qui avait écrit Hello Spring avec des fleurs et qui s'est retrouvée sur Pinterest et tout et tout et que j'ai moi-même reprise sans savoir...Et il est très difficile pour ces artistes de contacter Instagram, Google pour que leur photo ne soit plus utilisée impunément. Mais cela mis à part, Instagram reste vraiment cool et Flow nous donne quelques conseils pour l'utiliser de manière optimale: je ne le savais pas mais pour copier une photo d'une personne que l'on suit pour ensuite la partager, on peut appuyer sur le bouton rond en haut de l'écran! On peut également améliorer ses photos en multipliant les filtres, mais également en utilisant des applications tierces comme Afterlight ou Diptic ;) Et côté hashtags, on n'oublie pas de taper #iseefaces lorsque l'on poste une photo sur laquelle l'illusion d'y voir un visage apparait ;)
Flow nous explique aussi comment s'y prendre pour méditer: le plus dur étant de commencer, il faut simplement essayer, au début, de ne rien faire pendant 5 minutes, de s'asseoir confortablement et imaginer que sa tête "est un ballon qui s'élève lentement". L'idée est ensuite de bien respirer, de penser à des choses positives, qui vont finir par chasser les pensées plus noires qui peuvent venir. C'est tout! Il faut également être patient et ne pas s'énerver si on n'arrive pas immédiatement à être pleinement concentré. En tout cas, le jeu en vaudrait la chandelle, puisque 20 minutes de méditation par jour permettent d'être plus calme et en bonne santé sur la durée (cela réduit "les douleurs, les infections et fait baisser la tension artérielle). Alors, on s'y met? :)
On le sait: souvent, une maison bien rangée, c'est un gage de sérénité. Enfin pour moi en tout cas, c'est totalement vrai! ^^ Flow nous donne donc de bonnes astuces de rangement, pour aussi se faciliter la vie au quotidien ;) On nous invite tout d'abord à se demander pourquoi on veut ranger ses affaires, si on est prêtes à faire un gros tri, quelle pièce nous pose problème et surtout comme faire pour qu'ensuite cette dernière reste rangée. Bonnes idées également de fixer des spots à LED dans son armoire pour bien éclairer ses vêtements et voir ce que l'on a, ou encore d'utiliser les anneaux de rideaux de douche pour accrocher ses sacs à main dans sa penderie! Ne pas hésiter également à laisser son esprit vagabonder tout en faisant son rangement, pour se détendre un peu :)






Shopping!




Jolies photos! 






Alors, au final, est-ce que je rachèterai Flow? Alors dans l'absolu, oui, car c'est un magazine que j'ai pris plaisir à lire, qui correspond bien à mon état d'esprit (surtout en ce moment), et qui est aussi joli qu'intéressant. J'aime aussi son esprit créatif, puisque l'on y trouve de jolies cartes postales ainsi qu'un joli poster illustré et des tutos, mais également des petites interview de créatifs graphistes. J'apprécie également l'ouverture d'esprit de la rédaction qui n'hésite pas à nous parler de mode (un bel article est consacré à Jeanne Lanvin) ou à la food (avec les recettes sans gluten de la désormais célèbre Angèle). Maintenant, Flow est un magazine assez cher (6.95 euros) et même si sa qualité les vaut sûrement et qu'il s'agit d'un trimestriel si je ne me trompe pas, je pense que je ne l'achèterai pas à chaque fois, mais que l'alternerai entre Flow, Happinez et Psychologie Positive.


Et vous, vous aimez particulièrement Flow ou non?:) 





CONVERSATION

2 commentaires:

  1. J'adore ce magazine ! Je viens d'acheter le 3ème, mais je viens juste de commencer la lecture du premier ! En retard, je suis en retard !
    C'est du beau papier !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vraiment adorée lire le premier et j'en suis au 2ème (je suis un peu longue !), mais le dernier m'attend bien au chaud dans ma PAL =)
    Tu m'as donné envie de finir les autres pour passer à celui-ci !

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!