Influent Grazia


Coucou les filles !

Je suis enfin de retour! Enfin, alors que j’écris ces lignes, on est samedi soir et je suis paisiblement installée dans le salon cosy de la maison de famille ardéchoise que nous avons pu squatter le week-end dernier en l’absence de locataires J Un joli espace, bordé de murs de pierre et de meubles non assortis, ramenés d’ici et là : mais c’est justement ce petit patchwork qui donne du charme à ce salon, mais aussi son côté un peu « papi » qui sied bien à cette ancienne bâtisse rénovée. Je l’aime ce salon !
Et je vais donc vous donner mes impressions sur le Grazia de la semaine, que j’ai lu sur mon transat ! Mais un transat que nous avions posé dans un lieu inconnu (oui, parce qu’avec le Jules, on fait tellement les papis qu’on embarque nos transats avec nous pour les poser au bord de l’eau quand on va se baigner – bien plus confortable) : on cherchait un joli point d’eau où se baigner mais notre lieu habituel avait été pris d’assaut par les touristes ! Du coup, armés d’un bon sens de l’orientation (et de Google Maps), nous sommes partis en quête d’un endroit plus tranquille : et on a réussi ! Même si le lieu était en fait sur une propriété privée puisque le maître des lieux nous a simplement demandé de bien fermer la barrière en partant ! Oui, il reste des gens adorables J
Bref, tout ça pour vous dire que les conditions de lecture de ce Grazia étaient quasi parfaites, tout comme ce numéro, qui met clairement les femmes à les femmes à l’honneur et pas que dans son dossier spécial 300 femmes qui font tourner notre monde J

Mais avant ça, parlons un peu d'actu!
On peut tout d'abord lire une interview croisée de Mona Eltahawy et Abnousse Shalmani, deux féministes moyen-orientale, l'une athée et l'autre musulmane: elles rappellent que oui, aller à l'encontre des préceptes misogynes de certains dirigeants arabes prônant une vision radicale de l'Islam est dangereux mais que de micro mouvements se mettent en place, comme en Arabie Saoudite où certaines femmes décident de prendre le volant malgré l'interdiction. Elles estiment également que certaines situations sont des situations d'urgence et qu'il faut d'abord agir avant de théoriser et se demander si cela tient du féminisme ou pas. Elles sont également profondément tournées vers les autres, vers la différence et font du féminisme un combat universel qui transcende les langues, les cultures et les religions! Et d'accord pour dire que le voile n'est ni plus ni moins qu'un symbole du patriarcat et se désolent de voir que certaines femmes l'adoptent par "choix". En tout cas, Mona et Abnousse ont foi en l'avenir et comme elles, j'ai envie d'y croire :) 

Grazia donne ensuite la parole à Olivier Maffre, chauffeur Uber Pop. Enfin, ex chauffeur, puisque l'Etat a eu le grand "courage" de l'interdire #bref. Cet étudiant officiait à Lyon depuis le mois de juin afin de gagner un peu d'argent pour mettre du beurre dans les épinards comme on dit et explique ne pas voir la différence entre Uber Pop et Bla Bla Car, par exemple. Et s'il n'est pas sourd aux arguments de chauffeurs de taxis (qui ont quand même failli lui casser la figure, à 15 contre un, bravo les gars), il argumente en disant qu'Uber Pop ne répond pas à la même demande qu'eux et se tourne plutôt vers les jeunes, qui n'ont pas les moyens de se payer un taxi, justement. En tout cas, moi, maintenant, si j'étais maman, je ne serai pas rassurée de savoir mon enfant ramené(e) par un chauffeur de taxi puisqu'apparemment, la violence est leur credo :s Et il va bien falloir qu'ils évoluent, non?
Zoom ensuite sur Meaza Ashenafi, une avocate éthiopienne qui, elle aussi, se bat contre les violences faites aux femmes et aux petites filles dans son pays: et grâce à son combat acharné, notamment contre les pressions et la corruption, elle a réussi à faire passer l'enlèvement et le mariage forcé de jeunes filles en tant que crime. Et oui, l'enlèvement prénuptial, le viol et le mariage forcé n'étaient pas passibles de poursuites avant 2004 en Ethiopie...Elle continue aujourd'hui à se battre, notamment au sein de l'ONU pour permettre aux femmes de son pays de faire des études, d'acheter un bien immobilier, d'avoir accès au micro-crédit pour créer leur entreprise. Et semble donc amplement mériter son International Woman of Courage Award et l'admiration d'Angelina Jolie, qui a fait de la vie de Maeza un film appelé Difret, qui sort aujourd'hui :) 








Et les stars? 
On revient tout d'abord sur l'affaire Maude Versini, qui a fait couler pas mal d'encre: cette journaliste mariée à un homme politique mexicain, Arturo Montiel, puis divorcée, n'a plus pu voir ses enfants pendant 3 ans, après que leur papa ait décidé de ne pas les renvoyer vers leur mère suite à une visite parentale. Ils étaient retenus au Mexique, tandis qu'elle était coincée en France :s Elle a fini par obtenir un accord, lui permettant de voir ses 2 fils et sa fille 7 semaines par an dans un premier temps: mais pour ce compromis, Maude a du se battre. Avec le système mexicain, assez corrompu avec lequel son ex-mari joue impunément (il avait modifié la loi pour pouvoir l'épouser), mais également avec l'inertie du gouvernement français qui n'a rien fait pour accélérer les choses, les relations franco-mexicaines étant tendues avec l'affaire Cassez à l'époque. En tout cas, elle compte bien aujourd'hui profiter de ses moments retrouvés avec ses enfants, qui ont bien grandi mais se remettent à l'appeler maman :) En espérant que cette situation aille en s'améliorant, avec une garde pourquoi pas définitive.
Suite au dernier tweet pour le moins énigmatique de DSK ainsi que sa liste de recommandations à la Grèce pour sortir de son bourbier économique, Grazia se demande il fait un come back "menaçant" et, en filigranne, s'il peut revenir sur le devant de la scène politique. Certains pensent que oui, maintenant que ses affaires judiciaires sont terminées (avec une relaxe dans l'affaire du Carlton) ; mais de l'autre côté, le viol présumé de Nafissatou Diallo reste dans les mémoires et, pour le moment, il a l'intention de laisser le gouvernement tranquille, car Macron et Valls font partie de ses chouchous! Quoiqu'il en soit, il me semble avoir entendu des résultats de sondages disant qu'une majorité de Français souhaitaient le voir se présenter aux primaires socialistes...



Il est ensuite question d'une soirée organisée par la marque Max Mara au Chateau Marmont à Hollywood: c'était l'occasion de récompenser Kate Mara pour son prix Face of The Future de l'année mais aussi et surtout de la parité dans le monde du cinéma, afin qu'il y ait plus de femmes réalisatrices, actrices et dans des premiers rôles. Vous saviez que de nos jours, un acteur peut toujours refuser sa partenaire, par exemple? Il va sans dire que la question du salaire est également de la partie. Ainsi, le certaines célébrités comme Nicole Kidman, Sandra Bullock, Kristen Stewart, Judith Light...se sont réunies pour lever des fonds et essayer de résoudre ce vaste problème.  
Place maintenant à Salma Hayek: elle revient pour nous sur ses débuts d'actrice, par toujours évidents quand le racisme se mêle au sexisme :s Salma Hayek est très engagée pour la cause des femmes dans le cinéma et a créé Women in Motion: elle explique que les femmes ont aujourd'hui un pouvoir économique, qu'elles doivent exploiter et les jeunes doivent être éduqués pour leur faire de la place. Salma Hayek s'offusque également de voir que de très bons films comme Wild dont le premier rôle est tenu par une femme (Resse Witherspoon) ne reçoivent pas le succès qu'ils méritent. Elle se dit également chanceuse de vieillir comme elle le fait, car aujourd'hui, c'est elle qui décide de tout ; elle est également fière d'avoir produit Ugly Betty, entre pleins d'autres choses, car le show reposait sur une femme par forcément jolie, mais également d'avoir participé au projet Frida en hommage à Frida Khalo. Elle nous raconte également une histoire assez touchante, au sujet d'une petite fille kosovare qu'elle a failli adopter, durant la guerre : mais elle n'a pas pu, en raison de ses origines différentes de cette petite :s Sinon, pour info, elle est à l'affiche en ce moment, avec le film Tale of Tales :) 



Et on arrive au dossier central, consacré donc aux 300 femmes qui font le monde! Hillary Clinton, Beyoncé et Taylor Swift sont bien sûr de la partie dans la catégorie Célébrités Internationales, tout comme Cara Delevigne ; mention spéciale également à l'actrice transgenre Laverne Cox (Orange is the New Black) et aux stars engagées comme Emma Watson, Oprah Winfrey, Angelina Jolie ou Patricia Arquette. Omotola Jalade Ekeinde serait elle la nouvelle reine de Nollywood, du "cinéma niégrian en plein essor". Côté mode, Jenna Lyons et Phoebe Philo tirent leur épingle du jeu, tout comme Vivienne Westwood, Victoria Beckham et Stella McCartney, ou encore Isabel Marant. Delphine Arnault (à la direction adjointe de LVMH) elle, se fait remarquer pour son talent de dénicheuse de...talents justement, qui l'a poussée à choisir Nicolas Ghesquière pour Louis Vuitton. On retrouve également Tara Stiles, la reine du yoga, les nez ayant signé les plus grands parfums, les blogueuses stars comme Enjoy Phoenix, Lisa Gachet, Garance Doré, Emily Weiss, les stars du PAF comme Maïtena Biraben et Catherine et Lilianne, les powerful women comme Christine Lagarde ou Michelle Obama, Amal Almuddin... Il y en a vraiment pour tout le monde, puisque la déco, la littérature, les dessinatrices et l'univers du web ont également leurs figures de proue féminines. Mention spéciale à Misty Copeland (Grazia en parlait là), qui a fait de son parcours un exemple et vient de devenir la première danseuse étoile noire :) Sarah Constantin raconte elle son parcours de Femen, elle qui faisait partie du "happening" du 1er mai lors du discours de Marine Le Pen. Un dossier très complet mais également tout à fait dans l'air du temps, un instantané de ce que les femmes font pour le monde en 2015. Bravo!
Et on terminera avec notre Première Dame officieuse, Julie Gayet: elle fait partie de ce fameux grand dossier parmi les productrices et actrices qui comptent mais une page entière lui est dédiée et elle est si rare que j'ai eu envie de la mettre en avant :) Elle nous confie qu'elle s'est lancée dans l'aventure de la production avec une amie Nadia Turincev,  sans laquelle elle n'aurait rien entrepris: c'est ainsi qu'est née leur boite de prod, Rouge International, en 2007. Elle nous glisse que ce n'est pa toujours évident de jongler avec son statut d'actrice mais que même quand elle ne faisait que jouer, elle avait déjà cette vision d'ensemble d'un film :) Dans son travail, elle ne refuse rien d'emblée mais aime "rediriger" un poète dans la bonne direction ; parmi "ses" films, on retrouvera l'adaptation de Chemin des morts de François Sureau, ainsi que Taularde, avec Sophie Marceau. Quant à elle, elle sera au casting de la série 10% sur France 2 dans le film Je Compte sur Vous, un thriller de Pascal Elbé. Elle rebondit également avec humour et dignité à la question concernant Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler et ne sait pas dans quel film François Hollande la préfère. Elle ne nie donc rien mais ne dévoile rien non plus ;) Vous aimeriez qu'elle soit officiellement notre Première Dame?Ou bien vous n'en avez rien à faire?




Shopping !






Jolies photos !






Sur ce les filles, je vous fais des énormes bisous et je vous dis à demain ! 






CONVERSATION

1 commentaires:

  1. Un Grazie particulièrement dense et intéressant enfin je trouve. Du coup j'ai bien du mal à réagir sur qlq chose en particulier. C'est bien que vous ayez pris du temps pour en Ardèche.

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!