Constance & Madame Figaro



Toujours élégante, toujours cultivée, toujours intéressante, Madame Figaro m'a encore une foi séduite ce mois-ci. Et voici les beaux articles qui m'ont plu :) 

Commençons avec les faits de société!
Madame Figaro ne pouvait pas passer à côté du dossier concernant les attentats . On a tout d'abord une jolie chronique de Marc Lambron, qui rappelle que nos grands-mères par exemple ont vécu des tragédies nationales semblables à celle que nous vivons, notamment à cause de la Seconde Guerre Mondiale : elles restaient toutefois dignes, courageuses et pleines d'espoir. Il s'émeut de voir que les jeunes femmes d'aujourd'hui suivent ce modèle, de voir qu'elles sont devenues frondeuses et sages à la fois, prêtes à défendre leurs libertés. On retrouve également des petits mots de gens célèbres et de figures du dessin, de la littérature nous enjoignant à nous relever, à résister et à aimer notre prochain, mais aussi à garder l'esprit ouvert sur le monde, notamment grâce à l'éducation. On peut également lire une interview de l'intellectuel Raphaël Glucksmann qui lui aussi, veut que l'on "sauve notre lien social" et qu'on n'hésite pas dire que Daech ne mène pas une guerre de religion mais une guerre idéologique et barbare, soutenu par des "sponsors" qu'il ne faut plus aider. Selon lui, il faut donc que l'on reste soudés mais cela veut dire que l'on doit savoir ce qui nous unit et donc qui l'on est en tant que français : et il estime que tout le monde peut l'être car notre identité repose essentiellement sur la tolérance et le fait d'accepter l'autre comme il est. Mais il aimerait aussi que l'on apprenne à aller vers l'autre pour pouvoir l'accepter et selon lui, le service militaire était un moyen idéal de faire se côtoyer toutes les classes sociales, en plus de renforcer le sentiment patriotique : il regrette donc qu'il n'y a plus d'équivalent aujourd'hui. Vous êtes d'accord? 



Pendant ce temps, pile-poil pour la Cop 21, plusieurs artistes ont réalisé une oeuvre illustrant "leur vision du changement climatique". Elise Griffon a par exemple dessiné une île sur laquelle on retrouve une bulle contenant les grands de ce monde et n'hésitant pas à "mettre la clim à fond" à l'intérieur, faisant fumer une usine à côté ; autour d'eux, de l'eau à parte de vue, représentant la mer ayant englouti tous les autres pays, posant ainsi la question du devenir des réfugiés climatiques. Chloé Cruchaudet, quant à elle, illustre une légende racontant que lors d'un feu de forêt, un petit colibri faisait son possible pour éteindre l'incendie en allant chercher des gouttes d'eau dans son bec pour ensuite les verser sur les flammes, faisant ainsi "sa part" du boulot" pour régler le problème, même si son geste pouvait paraître inutile aux yeux des autres animaux. Guillaume Long a quant à lui dessiné Venise sous les eaux, précisant que c'est ce qui va finir par arriver...Des oeuvres très parlantes, qui font réfléchir! 
Enfin, j'ai aimé lire l'interview de Clara Gaymard et Daniel Cohen, respectivement "Directrice de Général Electric France" et "Directeur du Pôle Economie de Normale Sup", titrée "Le Pari de la Confiance". Ils discutent donc tous les deux au sujet de la confiance des Français envers l'entreprise de manière générale et pourquoi cette confiance est si mise à mal. Tous les deux pointent d'abord du doigt le système de contrôle des salariés mis en place par les entreprises et qui présuppose forcément que sans surveillance, il n'y aura pas de travail. Les relations hiérarchiques très verticales n'ont également plus lieu d'être dans notre ère post-industrielle et les dirigeants doivent intégrer un mode de fonctionnement plus horizontal. L'Etat a également sa part de responsabilité, ayant un peu infantilisé la population et ne la laissant pas prendre des risques, la couvant peut-être un peu trop : les dirigeants ont donc peur d'embaucher, de sortir des sentiers battus et des cadres bien précis. Clara Gaymard évoque également cette nouvelle économie virtuelle et/ou de partage que notre jeune génération construit via les smartphones, les réseaux sociaux et son potentiel de création, qu'elle soit artistique ou économique, que nous devrions être capables de mesurer. Pour résumer, les deux experts sont d'accord pour dire que chacun doit se prendre en main, qu'il faut avoir confiance en ses collaborateurs pour les laisser exprimer leur créativité et prendre des risques ; mais aussi que l'on est en processus d'apprentissage permanent, quel que soit notre âge alors, autant en tirer parti :) J'aime! 



Et les stars? 
Dans son interview "Angelina Jolie vue par Mélanie Laurent", l'actrice française parle donc de la star hollywoodienne, qui a écrit et réalisé le film Vue sur Mer, en plus d'en partager l'affiche avec Mélanie. Angelina Jolie et Brad Pitt incarnent un couple en péril qui rencontre deux jeunes amoureux, Mélanie et son mari de cinéma Melvil Poupaud, le tout dans un décor de France des années 70. Mélanie Laurent souligne la beauté "irréelle" d'Angelina mais aussi sa grande intelligence, son côté "force de la nature", ainsi que son côté simple et accessible. Elle a adoré l'histoire racontée par Vue sur Mer, qu'elle a trouvée "noire, oppressante mais aussi pleine de suspense, de sensualité, d'amour et d'espérance". Elle admire également la confiance de la réalisatrice, qui a laissé Mélanie choisir son amoureux à l'écran, afin que l'harmonie soit parfaite entre eux et qui les a invités à tourner leurs scènes amoureuses seuls dans une chambre, avec seulement quelques indications sur le jeu et le champ. L'actrice française rappelle également que l'engagement caritatif d'Angelina Jolie est sincère et qu'elle aurait par exemple aimé pouvoir faire plus de choses pour les migrants qu'ils ont rencontrés à Malte...Vous l'aurez compris, Mélanie Laurent adule Angelina Jolie et n'en revient pas d'avoir tourné avec et pour elle, ainsi qu'avec son mari Brad :) 
Focus ensuite sur Constance Jablonski, la mannequin Made in France à qui tout réussit : à 24 ans, elle est en effet égérie Estée Lauder, tout en défilant pour Victoria's Secret :) Pourtant cette jeune chti s'est inscrite au concours de mannequins Elite un peu pour rigoler à l'âge de 15 ans, sans penser une seule seconde qu'elle le gagnerait ! Elle voulait faire des études de dermatologue et surtout, elle était une passionnée de tennis, jouant dans de nombreux tournois. C'est donc après avoir passé son bac, qu'elle a réellement commencé sa carrière de top-model : BCBG Max Azria, Gucci, Marni, Elie Saab, Hermès...ne sont qu'une poignée des maisons pour lesquelles elle a défilé. Son joli minois racé et sa silhouette de sportive correspondent à ce que les grands de la mode recherchent et à cette vague healthy qui déferle dans le milieu. Constance révèle avec humour qu'elle est "née complètement bigleuse" mais aussi que sa vie n'a rien de grandiloquent, qu'elle arrive à maintenir un certain équilibre dans sa vie privée. J'aime aussi le fait qu'elle dise qu'"être mannequin requiert beaucoup d'énergie, de résistance et d'humilité" :) 



On termine avec un tout petit mot de beauté, concernant les parfums addictifs, et surtout ce qui les rend si irrésistibles. La vanille est par exemple l'une des senteurs les plus addictives, "charnelle" et pleine de réconfort (La Petite Robe Noire, Olympéa, Habit Rouge), tandis que l'éthymaltol séduit car il rappelle la praline et le caramel (on retrouve cette molécule dans La Vie est Belle, par exemple, mais aussi dans Opium, en forme moins "sucrée" et girly grâce à son association avec le café). Les notes plus sauvages et animales sont également plébiscitées, car nous sommes des mammifères, après tout : on parle ici des senteurs épicées, miellées, cuirées, ambrées mais aussi et bien sûr musquées, qui évoquent "une nudité chaude et propre". Vous confirmez? :) 




Jolies photos!





Je vous souhaite un bon dimanche les filles, et je vous dis à très vite!





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!