Maïtena & Grazia



L'immense sourire de Maitena Biraben illustre la couverture de ce Grazia : et je ne sais pas vous, mais moi, ça m'a donné la pêche ! Et quand on ouvre le magazine, on trouve plein d'autres trucs chouettes ;)






Petit débrief de la Fashion Week ! 1. On commence par Milan, où les créateurs ne se sont pas privés de proposer des créations teintées de références philosophiques (oui oui, c'est possible) et artistiques, un peu destructurées, remettant parfois en question le vêtement en lui-même. Les silhouettes Fendi, Pucci, Gucci, Max Mara font partie des coups de coeur de la rédaction. Mention spéciale pour la magnifique écriture de Joseph Ghosn, qui signe cet article). 2. Pendant ce temps à Londres, on reste libre et les époques se clashent entre elles, mais sans heurts. La première collection de  Johnny Coca est saluée par la journaliste Maud Gabrielson.






1. Le nouveau styliste de Nina Ricci, Guillaume Henri parle un peu de lui et (surtout) de son travail pour la griffe. Il évoque sa passion du détail et nous confie que pour lui, la femme Nina Ricci est à la fois douce et ravissante, toujours sensuelle mais "jamais mièvre" ; Romy Scheneider est la femme qui la représente le mieux. D'ailleurs, les mannequins sont pour lui des femmes avant tout. Il aime compiler beaucoup d'informations et d'inspirations pour imaginer ses collections mais il fait son possible pour que ce dur travail ne se ressentent pas lorsque ses créations sont présentées au monde. En tout cas, les images de sa dernière collection printemps été font furieusement envie : je suis amoureuse des sandales à brides et de ses blouses en organza avec dos ouvert ! 2. Grazia a également rencontré Kemal Harris, la styliste qui réalise les tenues du personnage Carrie Underwood dans la série House of Cards. Elle nous explique qu'elle n'a pas le droit d'utiliser les couleurs primaires pour le show mais cela ne l'empêche pas d'utiliser toute une palette de couleurs reflétant l'état d'esprit de Carrie au fur et à mesure que l'histoire avance. Caroline Kennedy et la princesse Diana sont ses deux inspirations car elles étaient mystérieuses, intimidantes et "sexy même avec des boutons jusqu'au col". Pour créer ses tenues, elle collabore avec de grandes marques (surtout américaines) et en retouche beaucoup mais elle en imagine et conçoit elle-même une grande partie :) 




1. Petite news insolite qui m'a fait rire : Soeur Darcy et Soeur Kzte de Merced en Californie se sont lancées dans un business de remèdes à base de cannabis et ça cartonne sur Etsy !  Serait-ce parce qu'elles sont fabriquées "dans un environnement spirituel", avec amour" et qu'une "prière est glissée à l'intérieur" ? #Dieuseullesait 2. Star de ce numéro, Grazia s'est donc penchée sur le cas de Maïtena Biraben : la journaliste est largement décriée depuis qu'elle a pris les manettes du Grand Journal et surtout depuis que les audiences de l'émission sont en chute libre. Elle qui aurait pu se contenter de rester dans le milieu politique dans lequel elle a brillé en interviewant François Hollande il y a quelques mois : mais elle a décidé de sortir de sa zone de confort non sans risques certes, mais non sans travail. Tous ses collaborateurs sont d'accord pour dire que Maïtena Biraben est une énorme bosseuse. Alors, n'était-elle pas assez connue et populaire pour présenter une émission comme le Grand Journal ou bien ce programme est-il tout simplement arrivé en bout de course ? On ne sait pas mais en tout cas, Grazia décrit Maïtena comme une femme sans filtres, qui a souvent peu confiance en elle mais bosse et surtout ose tout pour contrecarrer ce sentiment : elle a par exemple invité le Président de la République à dîner chez elle (et il a accepté) ! 


1. Barbie n'a plus tellement la cote ses dernières années : qu'à cela ne tienne, elle est la star d'une exposition au Musée des Arts Décoratifs à partir de jeudi. On y montrera son évolution, notamment physique, on y parle de Christie, la poupée noire née dans les années 60 mais officiellement "Barbie noire" seulement 30 ans plus tard et bien sûr, on y exposera toutes ses collaborations avec de grands noms de la mode. L'occasion également pour Mattel de montrer que la Barbie d'aujourd'hui est déclinée sous 4 tailles et peut avoir toutes les couleurs d'yeux, de cheveux et de peau et qu'elle embrasse de nouvelles carrières, comme celle de game designer (en sachant qu'elle était déjà astronaute et chirurgien dans les années 60). Vous saviez que jugée trop vulgaire, elle est interdite en Arabie Saoudite ? 2. L'inénarrable Iris Apfel nous ouvre les portes de son appartement new-yorkais : il est à son image, sans aucune règle, impertinent, mais stylé ! Toutes les époques s'y retrouvent, toutes les couleurs aussi et je retiens son idée de faire des bouts de canapé en accumulant des livres ;) Elle décrit son appartement comme un "endroit qui lui est cher,  rempli d'objets accumulés au fil du temps". Seule la cuisine est une pièce très fonctionnelle, avec bien moins de choses et teintée (presque) sobrement de mint du sol au plafond, réhaussé de noir. En tout cas, on la voit partout en ce moment : dans la pub de DS3 mais aussi au Bon Marché, via une exposition, jusqu'au 16 avril :) 



 

1. Le photographe Flavien Prioreau partage avec nous des clichés plein d'humanité de la jungle de Dunkerque, dans un bien pire état encore que celle de Calais : la boue peut atteindre 30 centimètres et la plupart des "habitations" ne sont pas en dur mais en tentes. Et pourtant 3000 réfugiés y sont, pour la plupart kurde "éduquée, avec des médecins, des avocats, des étudiants": cela ne les pas empêchés d'accueillir Flavien à bras ouverts. Que faire pour améliorer leur situation ? Au moment où j'écris ces lignes, le JT de M6 m'apprend que cette jungle, officiellement appelée le camp de Grande Synthe vient de venir le premier camp humanitaire de France : entre ce reportage est aujourd'hui, 200 maisonnettes en bois chauffées et des infrastructures comme des petits centres médicaux ont été construits par Médecins Sans Frontières (plus d'infos ici). 2. On termine avec un article traitant des différences culturelles en termes de relations amoureuses entre la France et les Etats-Unis, qui fait partie du large dossier de la rédaction traitant de la femme célibataire d'aujourd'hui. Les américains sont par exemple plus "pragmatiques" en termes de sexualité, où quasiment tout est balisé et codifié pour éviter les "dérives" tandis que les français sont plus lascifs et prêts à "sauter le pas" plus facilement, tout romantiques et "galants" qu'ils sont. 



Je vous souhaite une très jolie journée ! 


P.S: chères lectrices lyonnaises, pour la Journée de la Femme, Interlofra distribue des roses sur la Place Bellecour et à l'Hôtel de Ville. Mais Interflora va plus loin en reversant 42 euros de chaque bouquet Confidence acheté aujourd'hui au Fonds pour la Santé des Femmes. Mais attention, comme le dit Interflora : non, on n’offre pas des fleurs 1 fois par an pour se donner bonne conscience, aujourd’hui on réfléchit à la portée de ces 24 h, au chemin parcouru mais également à tout ce qu’il reste à faire".




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!