Azul Madame Figaro



Que c'est agréable de se mettre à la rédaction de ce billet tranquillement installée dans mon salon, le soleil et le ciel bleu m'offrant une très jolie vue sur l'extérieur...et surtout de le faire alors que normalement, le jeudi est un jour travaillé :) Bien que je ne fasse pas le pont, cette "halte" dans ma semaine a été la bienvenue, me permettant donc de m'occuper du blog, d'organiser un petit concours sur Instagram, de renouveler mes abonnements à Grazia, Biba et Pâtisseries & Compagnie, de payer mes impôts (enfin non, ça c'est moins cool) et de me détendre un peu. 

Et du coup aujourd'hui, je vous parle du dernier Madame Figaro Pocket ! :) 



1. Madame Figaro nous dévoile tout d'abord les petits secrets du Gala du MET, qui a eu lieu lundi dernier. Organisé de main de maître par Anna Wintour depuis 1995, la prêtresse de la mode convie 700 personnes qui comptent : ces derniers doivent respecter le dress code selon le thème imposé et ont un horaire d'arrivée très précis pour fouler le tapis rouge (avec un retard toléré de 2 minutes). Seul grain de sable dans cette mécanique parfaitement huilée ? Gwyneth Paltrow, qui, bien qu'invitée, refuse de s'y rendre depuis 2 ans ! 2. Plus loin, Elsa Godart et Loïc Prigent nous parlent de la relation qu'entretiennent les modeux mais aussi le commun des mortels avec les réseaux sociaux. Il est question des selfies et des portraits de stars à la une des magazines, de notre insécurité identitaire révélée par nos portraits en ligne et de notre propension à vivre nos rapports aux autres à travers des écrans. L'utilisation de Snapchat et d'Instagram sont bien sûr évoquées, par le prisme du "tout le monde devient un média" ; on mesure aussi le talent d'un mannequin à son nombre d'abonnés! Les deux experts rappellent aussi que les spectateurs n'applaudissent plus à la fin des défilés et se "contentent" de se lever en silence pour montrer leur admiration, smartphone en main. Une entrevue très intéressante, ponctuée de mots philosophiques comme Aristote, eidôlon et logos ;) 




1. Portrait ensuite de Rosie Huntington-Whiteley! Et derrière son image de mannequin parfait, qui mène une vie hollywoodienne aux côtés de Jason Statham et joue parfois dans des blockbusters, on apprend qu'elle est surtout une jeune fille dans la campagne anglaise, qui aime la quiétude du Devon, sa région natale et y retourner le plus souvent possible. Elle nous confie qu'elle a du coup, beaucoup ramé pour se faire connaître dans le milieu et que son installation à Londres lui a permis de rencontrer du monde et de travailler. Et de fil en aiguille...elle est devenue la star que l'on connait ! 2. A l'affiche de Maggie a un plan, Greta Gerwig nous apprend qu'elle aussi fidèle que paresseuse, qu'elle adore danser pour destresser (notamment sur du Bowie) et qu'elle offre souvent des livres de poésie. Et comme moi, elle a pour habitude de faire les trucs les plus pénibles en premier, pour ensuite pouvoir s'amuser sans culpabiliser ;) 


Madame Figaro nous permet ensuite de rencontrer Eva Chen, "à la tête des partenariats mode d'Instagram", dans les locaux de la très célèbre startup. Tout près du grand mur d'inspirations de l'entreprise et au sein de l'immense openspace, Eva Chen explique sa mission, qui consiste à aider les influenceurs mode (petits ou grands créateurs, marques,...) à trouver leur voix sur Instagram, leur façon personnelle de communiquer via ce réseau.Elle notamment conseillé Alber Elbaz, Julie de Libran, Courrèges, Christopher Kane...) Elle se dit également ravie de voir que le réseau social a transformé l'industrie de la mode et notamment le déroulement et le partage des défilés. Eva Chen est en tout cas très corporate, puisqu'elle poste elle-même énormément sur Instagram et partage notamment ses "shoefies", que vous pourrez retrouver avec le hashtag #EvaChenPose ;) Ses conseils pour réussir sur Instagram ? Etre spontané et cohérent avec ce que vous êtes et dans vos posts :) 




1. Dans son dossier concernant la "traçabilité mode", la rédaction nous explique que, comme ce fut le cas pour la cuisine et la gastronomie, on aime de plus en plus savoir où est produit ce que l'on porte, par qui et comment, si possible avec des matières premières nobles et locales. On note d'ailleurs l'essor des noms de griffes commençant par "Maison", "Atelier" ou encore "Manufacture", qui est une façon de mettre le travail artisanal et les savoir-faire à l'honneur. J'aime ! 2. Puis, avec "Le grand bluff en dix leçons" nous apprend à être à la page avec des gestes très simples : comme porter ses baskets avec une jupe crayon, par exemple, fureter du côté des friperies, essayer des collaborations pointues comme celle d'H&M avec le Musée des Arts Décoratifs, et trouver un bon couturier qui reprendra nos vêtements mal taillés pour qu'ils nous aillent comme un gant. Porter des pièces d'homme, des foulards en guise de ceinture ou poignet (tiens tien, Grazia nous disait la même chose la semaine dernière) et des gros bijoux signature sont également de très bonnes idées ;) 




Peut-être que ce beau temps du week-end vous donne des envies de déjeuner sur l'herbe ? Ca tombe bien, la rédaction nous donne des jolies idées de recettes de pique-nique sans gluten, signées Frédérique Jules, créatrice du restaurant No Glu à Paris :) Et râpé de betteraves, gateau coco et sandwich au poulet sont au menu ;) 






A très vite les filles, et prenez bien soin de vous !




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!