La Canée, la surprenante


Je vous emmène de nouveau avec moi en Crète aujourd'hui ! Après Rethymno, nous avons repris la voiture pour aller jusqu'à La Canée, Hania ou Chania, comme vous le sentez ! La Canea ou La Canée étant le nom vénitien de la ville et Hania (ou Chania, donc) son nom turc. 
Vous l'aurez compris, la deuxième ville de Crète et ancienne capitale de l'île (entre 1898 et 1971) porte elle aussi les stigmates de cette histoire mouvementée, au gré de ces deux périodes de colonisation. 

Comme je vous l'expliquais ici, nous avons trouvé un Airbnb à 5 kms du centre de la Canée, sur la Marina : nous étions donc à deux pas de la mer et, comme cet Airbnb est aussi un hôtel-bar, nous pouvions bénéficier gratuitement des transats et de la piscine. Plutôt très chouette ! Cela dit, cette marina, bien que très grande et largement fournie en boutiques, supérettes et restaurants, n'a rien de très intéressant touristiquement parlant et la plage n'est pas splendide non plus. Non, ce qu'il faut faire, c'est bien la vieille ville de La Canée ! Heureusement pour nous, l'arrêt de bus était juste en face de notre hôtel et seulement 20 minutes de trajet, nous étions au coeur de la ville. Cela dit, si c'était à refaire, nous prendrions un Airbnb dans la ville même : elle est bien plus charmante et il est plus agréable de sortir de "chez soi" en directement sur le lieu des visites. Sans oublier que le dernier bus partant de La Canée pour la Agia Marina est à 11h30 : difficile de flâner tranquillement dans les rues en ayant l'oeil rivé sur la montre ! 




Bref, cela nous a pas empêché de voir de jolies choses :) Notamment le très joli vieux quartier vénitien de Topanas, depuis le bastion Schiavo donnant une jolie vue en hauteur sur toute la ville : j'ai adoré ce dédale de petites rues pittoresques et très colorées, parfois très étroites, mais vraiment charmantes et agréables. Dépaysement garanti ! Ce quartier est blindé de restaurants et, seul hic, les maîtres des lieux ont pour habitude de vous alpaguer dans les rues pour vous inciter à prendre une table chez eux, très souvent en français, d'ailleurs. Mais disons que ça fait partie du charme des lieux ;) En tout cas, selon moi, le quartier de Topanas, au nord est de la ville, est incontournable à La Canée. 















Cette petite promenade nous a amené sur le port vénitien, très beau également : on retrouve également des facades colorées, mais aussi, plus surprenant, la Mosquée des Janissaires, posée au milieu du port vénitien. Elle accueille aujourd'hui des expositions. Ce port vénitien est vraiment mignon, très animé et il y a même des petites calèches qui promènent les touristes :) On peut également y voir les anciens arsenaux vénitiens, construits au 16ème siècle. Le premier soir, nous avons décidé de remonter dans les rues de Topanas pour aller dîner au To Mikio : ce petit restaurant, dans l'une des rues étroites est hyper pittoresque et j'y ai mangé un délicieux yoghourt with honey : enfin plutôt de la crème avec un excellent miel, hyper parfumé ;) L'accueil était également très agréable, très souriant, chaleureux sans être mielleux, c'était parfait.















Voici ce que nous avons fait le premier soir ! Le lendemain, au retour de la plage de Balos dont je vous parlerai très vite, nous avons donc repris le bus pour continuer notre tour de La Canée. Cette fois-ci, cap à l'ouest, dans les quartiers de Kastelli et de Splantzkia, davantage marqués par l'histoire turque de La Canée. Notre promenade nous a donc permis d'admirer la cathédrale orthodoxe Panagia Trimartritis, dédié à la Vierge des Trois Martyrs, sainte patronne de La Canée, mais aussi l'étonnante église Saint Nicolas, disposant d'un clocher et d'un minaret côte à côte ; construite en 1320 par les vénitiens, elle a été convertie en mosquée par les Turcs en 1645 et  rebaptisée Houghiar Tzamissi. Nous avons également pu admirer les vestiges de la muraille byzantine, sur laquelle des maisons sont d'ailleurs construites ! Moins charmant et chargé d'histoire, nous avons pu voir d'autres monuments plus mineurs en ruine mais aussi des bâtiments éventrés par des obus de la Seconde Guere Mondiale, jamais reconstruits depuis. Une partie de la ville un peu moins "guillerette" que Topanas et que le vieux port vénitien donc, mais tout aussi instructive et dépaysante. 


















Côté food, nous avons dîné dans LE restaurant turc de la ville, Well of the Turk : enfin, dîné est un bien grand mot car nous avons plutôt englouti notre chiche kebab (qui a donc une forme très différente de ce que l'on connaît ici) en 10 minutes après avoir attendu près de 45 minutes pour avoir notre commande. Le dernier bus allait bientôt partir ! Un restaurant plutôt très bon, disposant d'une jolie terrasse mais il y a avait bien trop de monde pour l'équipe familiale aux manettes de l'établissement. 


Voici donc ce que nous a réservé notre visite de La Canée ! Une jolie ville, obsolument incontournable si vous vous rendez en Crète, par sa beauté et ses vestiges historiques. Pour information, La Canée dispose d'un aéroport international. Il y a aussi un marché couvert, que nous n'avons pas pu faire. 

Liens utiles : notre Airbnb (et mon avis à son sujet).

Sachez que La Canée a été notre point de chute durant plusieurs jours, mais aussi notre point de départ pour deux excursions dans la région : la plage de Balos et les Gorges de Samaria. Je vous en reparle vite ! 


Sur ce, des bisous! 




CONVERSATION

2 commentaires:

  1. Oh mais qu'est-ce que j'aime ce genre de petites ruelles et de terrasses (presque) cachées <3

    RépondreSupprimer
  2. On y a passé une journée et j'ai vraiment trouvé cet endroit magnifique =)

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!