Paulette est Culottée


Pour ce nouveau numéro Je Suis Une Fille Culottée, Paulette est audacieuse et surtout en mode "girl" power. Il s'agit en fait d'un numéro engagé, féministe, qui met en lumière des initiatives et des personnalités qui se battent pour faire avancer la cause des femmes. Mais attention ! Paulette est une fille bien élevée et est loin d'être une hystéro : le ton est donc léger même si la rédaction a bien l'intention de prouver que les filles, qu'elles soient rousses, blondes ou brunes, ne comptent pas pour des prunes. 


1. Pièce un brin "badass", le bandana revient en force ! Ce que je ne savais pas, c'est qu'il a été découvert au 17ème siècle à Séville et que ce n'est qu'après qu'il a été adopté par les cow-boys américains. Les hippies ont été les premiers à se l'approprier en termes de style dans les années 70 puis les rockeurs dans les années 80, avant que les rappeurs, comme Tupac le choisissent, toujours rouge. Et aujourd'hui, certaines féministes en ont fait leur accessoire fétiche ! 2. Paulette nous présente la marque High Heels Suicide ! Son crédo ? Proposer de jolies pièces, avec des messages fun et "girl power", un brin provocants comme Kiss The Boys and Make them Die mais toujours bon enfant. Cool, positif, féminin mais irrévérencieux! Olaya Fernandez, la créatrice de la marque, a choisi ce nom en résonance avec le groupe féministe Suicide Girls, né sur le web à l'aube du nouveau millénaire.


1. Pendant ce temps, on apprend que Charlotte Le Bon s'est mise au dessin, l'un de ses premiers amours, et qu'elle présente ses oeuvres à la Galerie Cinéma, dans une exposition baptisée One Bedroom Hotel on the Moon. Et même si la jeune femme ne réalise pas vraiment que ses dessins vont être présentés à tous et qu'elle n'arrive pas à leur donner un prix, elle préfère ne pas trop s'y attacher, pour ne pas être "dégoûtée" lorsqu'ils seront vendus. Ses oeuvres parlent d'amour, de solidarité et surtout de solitude mais bien loin d'elle l'idée d'imposer à chacun ce qu'il doit y voir. Et elle ne veut surtout pas faire de l'art prétentieux, qui se prendre trop au sérieux ! 2. Les deux soeurs Houd Benyamina et Oulaya Amamra répondent à quelques questions : pour rappel, la première est la réalisatrice du film Divines, récompensé à Cannes alors que la seconde est sa jeune soeur, personnage principal du même film. Dans Divines, Houda a voulu renverser les codes et montrer que la femme peut avoir soif de reconnaissance et de plaisir, comme l'homme ; elle a voulu faire un film "humaniste" avant de faire un film féministe. Et ce même si la réplique "T'as du clito" est désormais une référence ! Car oui, les mots ont toute leur importance et employer le mot clito à la place du mot "cou****" n'est pas anodin : le courage, le cran non plus ne sont pas l'apanage des hommes uniquement. 3. Une page est ensuite consacrée à l'illustratrice Tuesday Bassen : la jeune femme l'assume parfaitement, elle "réalise des illustrations inspirée et pensées pour les femmes" qu'elle décline sur des vêtements et accessoires afin d'insuffler de la force aux filles qui les portent, quelque soit leur gabarit d'ailleurs. Elle représente souvent des gangs de filles, un peu castagneuses car elle veut démontrer que les filles peuvent être très fortes, à l'instar des femmes de sa famille, qui lui ont toujours montré cet exemple. Pour elle, il y a plusieurs formes de féminisme, à chacun et chacune sa manière de le défendre, de le revendiquer et de faire avancer la cause.



1. Dans cette double page consacrée aux initiatives féministes, on note : Vagina Guerilla, qui revendique notre droit à dessiner des sexes féminins et pas seulement des sexes masculins, que ce soit dans la rue, les vêtements et les accessoires, mais aussi Paye ta Schnek, le célèbre site qui recense les attaques sexistes dont les femmes sont victimes tous les jours. Mention spéciale au site Gyn & Co, qui liste les gynécologues les plus respectueux envers les femmes, ceux qui ne jugent ni vos pratiques sexuelles, ni vos choix concernant la maternité et respectent votre corps, tout simplement. Bravo ! 2. Quelle forme prend le féminisme de nos jours ? La troisième vague du féminisme, celle que nous sommes en train de vivre, utilise notamment le corps féminin pour se faire entendre, les seins étant notamment dévoilés pour bien faire comprendre qu'il n'y a aucune honte à en porter ; les règles sont aussi de la partie, car là encore, cette manifestation de féminité est on ne peut plus naturelle et n'a rien de sale. Les féministes 3.0 ont également pour ambition de démontrer que les femmes sont aussi intelligentes que les hommes et qu'il n'y a pas de raison que ces derniers se croient dotés d'une autorité intelligente supérieure. Les femmes ne sont également ni des enfants, ni des victimes. Dernier point mais non des moindres : la féministe de 2016 ne voit pas l'homme comme un ennemi. Surtout que la plupart d'entre eux sont féministes ! 



1. Ensuite, Lisa et Valentine nous donnent leurs bonnes adresses à Londres, qui sortent un peu des sentiers battus. Elles nous recommandent d'acheter de jolies pièces neuves ou vintage dans de chouettes boutiques à Soho, de prendre le frais dans le parc de London Fields, de faire votre marché food sur Maltby Street ou encore de sortir dans les quartiers de Shoreditch ou  de Dalston après avoir profité d'un vrai tea-time à Sketch London. Et il y a encore une foultitude d'autres bonnes adresses ! 2. S'il y a bien une question qui taraude souvent les féministes, c'est celle de la pilule pour les hommes. Dans les faits, elle existe mais elle n'est malheureusement toujours pas commercialisée. Pourquoi ? Mystère ? Surtout que plus d'un homme sur deux serait prêt à la prendre, par désir de contrôler leur paternité, et ce d'autant plus s'ils ont l'intention d'enchainer les conquêtes. Cela dit, un premier produit devrait arriver sur le marché d'ici 2 ans, un gel qui aurait les même effets que la vasectomie mais de manière réversible. Alors oui, cela veut dire que les femmes pourraient perdre un peu de leur contrôle sur leur corps : mais n'est-ce pas finalement une affaire de confiance dans le couple ? 
 


On termine avec une mise en lumière de la marque de beauté Menos Mas et de sa créatrice Annya Santana. Elle propose des soins cosmétiques naturels et nous donne aussi les clés pour mieux manger : à chaque fois, elle mise sur une liste très réduite d'ingrédients, mais des ingrédients naturels et efficaces. Profondément intègre et bienveillante, Annya met également un point d'hnneur à tester elle-même ses produits ! Enfin, sur son site, elle tient à mettre en avant des femmes actives qui arrivent, malgré leur emploi du temps surchargé,  à mener une vie saine, à bouger, à bien dormir...de véritables héroïnes du quotidien ! 





Voilà les filles ! Qu'avez vous pensé de ce numéro féministe ? :) 





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!