Quitter la ville


Ce petit week-end en Ardèche a été une révélation : j’ai envie de quitter notre appartement à Lyon pour une petite maison, avec un extérieur, à la campagne.

J’ai aimé, durant ces deux derniers jours, pouvoir profiter d’un certain espace à l’intérieur de la maison où nous étions, mais aussi de pouvoir sortir et d’être directement au contact de la nature, sans personne autour. J’ai aimé pouvoir regarder la forêt et la montagne au loin, sans que mon regard ne bute sur un mur ou une cour intérieure, entre 4 autres murs. Je me suis sentie respirer et ça m’a beaucoup apaisée. J’avais moins le sentiment d’être constamment « à bout de souffle » et limitée dans mes mouvements comme je le suis actuellement. J’ai aussi pu profiter du paysage en laissant mon esprit vagabonder tout en mangeant une bonne tartine de miel, sans penser à rien, pas même au boulot qui d’ordinaire me bouffe le cerveau.

Je sens que j’ai notre petit appartement en horreur depuis plusieurs semaines : trop étroit, trop petit, j’ai le sentiment que c’est le bazar en permanence, alors que je passe mon temps à trier et à ranger. Et il n’y a rien de plus fatigant et stressant pour moi que de voir un espace encombré. Alors que là, dans cette maison ardéchoise, je m’y sens bien parce que je n’ai pas l’impression que les objets s’y accumulent sans aucune harmonie ou cohérence. Tout y est simple.

Je me demande bien sûr comment je ferai, dans ma petite maison loin de tout pour aller au sport, jouer à Pokemon Go (et, de manière plus globale, faire partie de ces petits mouvements de mode, si propres aux grandes villes) ou bien sortir avec mes amis : je me suis raisonnée en me disant que je peux courir absolument n’importe où, que les vidéos Youtube m’aideront à continuer le fitness et qu’au pire, je pourrai peut-être m’aménager un petit espace dédié dans notre nouveau chez-nous ; et puis peut-être qu’en vivant une vie plus apaisée, je ressentirai moins le besoin de me défouler pour évacuer mon stress, qui sait ? Pokemon Go ? Cette nouvelle petite « lubie » me passera, et je ne vais pas sacrifier ma qualité de vie pour un jeu sur smartphone. Quant aux sorties entre amis, nous avons déjà l’habitude de nous recevoir les uns les autres dans nos maisons et appartements respectifs, nous ne sortons plus beaucoup à l’extérieur ; et pour les restaurants, nous ne serons pas non plus coupés de toute civilisation et trouverons bien des occasions d’y aller de temps en temps.

En réalité, j’ai envie d’un cocon un peu coupé du monde avec un lien direct sur la verdure. Surtout que je suis une fille plutôt casanière, à qui la solitude ne pose pas trop de souci : passer un week-end seule ne me fait absolument pas déprimer ! Je compte également sur ma vie professionnelle, pour m'apporter un peu de "trépidance" : en continuant de travailler en plein centre de Lyon, je serai toujours en contact avec la vraie ville et mes déplacements réguliers sur Paris notamment m’apporteront eux aussi leur dose d’urbanité et d’événements. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai envie d’équilibrer ma vie et de pouvoir vraiment souffler et me déconnecter de tous ces petits questionnements et soucis liés au travail en sortant du bureau le soir : je pense que c’est salutaire pour ma santé nerveuse et que je n’en serai que plus productive et créative à l’agence.

Pourquoi maintenant, me direz-vous ? Il est vrai qu’il y a encore 6 mois, je vous aurais dit « moi, quitter Lyon pour la campagne ? Non mais ça va pas bien ! ». Je n’ai pas réellement de réponse à cette question : peut-être est-ce parce qu’en ayant adopté un mode de vie un tout petit peu plus sain, fait de sport, de méditation, de nourriture plus saine voire végétarienne, j’ai appris à plus m’écouter, me poser et que je me suis rendue compte que je ne suis pas une pure citadine finalement. Ou plus, en tout cas. Et ça tombe bien, le Jules non plus ! Nous ne sortons pas beaucoup, n’allons pas tester les dernières adresses à la mode, voir les derniers films au ciné, n’assistons pas à des concerts ou à des spectacles ou visiter des expositions : et ça ne nous manque pas tant que ça. Le confort de notre maison nous suffit, surtout si (j’insiste) nous pouvons avoir un œil sur la nature et les animaux alentours. Les événements tragiques récents dans notre pays n'y sont également peut être pas totalement étrangers...

Cela dit, hors de question de nous enterrer tels des ermites : comme je le disais plus haut, je ne compte pas quitter mon travail que j’aime beaucoup et il faudra donc que je me rende sur Lyon tous les jours. La tâche sera d’autant plus compliquée que je n’ai pas mon permis de conduire : en attendant de le (re-re) passer (je l’ai raté deux fois), il faudra donc que j’y aille en train. L’idée est donc que nous habitions pas trop loin au Sud de Lyon et près d’une gare où je pourrai me rendre à pied ou en trottinette.

Et pour le blog ? Ce sera plus compliqué de me rendre à certains événements, c’est certain. Mais en même temps, je ne vais plus beaucoup dans ce genre de soirée ces derniers temps et cela ne m’empêchera pas de faire mes propres expériences et découvertes et de les partager avec vous ensuite par ici :)

Le Jules et moi allons donc regarder tout cela de plus près, voir ce que à quoi nous pouvons prétendre avec nos revenus. Ce changement de vie ne se fera donc pas dans l’immédiat mais j’aimerais qu’il se concrétise dans les prochains mois. 2016 a été l’année du CDI pour moi, j’aimerais que 2017 soit celle de notre maison à la campagne. Qui vivra verra !


J’espère en tout cas que ce billet d’humeur ne vous aura pas trop ennuyées ! Et vous, où en êtes-vous par rapport à ça ? Heureuses en ville ? Ravies en campagne ? En transition, comme moi ? A moins que vous ne soyez dans la situation inverse à la mienne, c’est-à-dire que vous vivez en campagne et que vous mourrez d’envie d’aller habiter en ville ? :)






CONVERSATION

2 commentaires:

  1. je suis dans une petite ville, dans un coin de campagne, mais à 3 min d'une zone commerciale ! C'est juste parfait !
    Je ne pourrais pas vivre dans une grande ville, et je crois que j'aurais du mal à revivre en appartement. Je m'y sentirais trop enfermée

    RépondreSupprimer
  2. Coucou ! L'ardèche est une région (enfin, un coin) magnifique que je connais bien :) Je comprends aisèment ton coup de coeur et ton envie de liberté ... J'ai vécu à Lyon, je sais ce que c'est, je suis maintenant en bord de saône pas très loin du 9ème mais assez pour être entourée d'un peu plus de verdure et surtout, je suis au calme sans être non plus perdue au milieu de nulle part. Sincèrement, je crois que tu ne perdras rien au change, si ton compagnon est aussi tenté par cette aventure ce serait dommage de passer à côté. En fait vous allez voir le côté slow de tout, moins de consommation, moins de pollution, moins de stress, moins de bruit ... Sincèrement, foncez !!!!

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!