Grazia, 400ème !


Ca y est, Grazia en est maintenant à son 400ème numéro ! Un numéro mettant très joliment en lumière Virginie Despentes : comme je vous le disais sur Instagram, j'adore cette couverture, très solaire :) On y retrouve aussi 100 idées pour rendre le monde meilleur, et ça, c'est chouette :) 




1. Grazia pointe tout d'abord du doigt une certaine injustice : celle vécue par les femmes combattantes ukrainiennes, qui ont fait front dans une zone appelée le Donbass pour repousser les incursions russes. En effet, il est très dur pour elles de faire reconnaître leur participation patriotique au combat par leur gouvernement et donc d'obtenir des aides de sa part ; d'autant que certaines sont revenues blessées et/ou traumatisées et ont besoin de soins. S'ajoute à cela le sexisme de leurs compatriotes qui estiment qu'elles n'auraient pas dû quitter leurs enfants pour combattre...2. Autre injustice, autre horreur, même, la persécution et les tortures subies par les personnes (et surtout les hommes) homosexuelles en Tchétchénie. Pour les aider, l'auteur de théâtre et comédien Guillaume Mélanie a créé l'association Urgence Tchétchénie et grâce à elle et au soutien de sa marraine Camille Cottin ainsi que d'autres associations nationales LGBT, le tchétchène Azamat par exemple a pu être accueilli en France, dans une famille qui parle sa langue : il a 25 ans et apprend le français :) Heureusement que ce genre d'initiative existe, vraiment. 


1. Phénomène du moment, auquel je vous avoue ne pas y comprendre grand-chose : le hand-spinner. On en voit partout ! Certains défendent son caractère anti-stress et il semblerait qu'il aient raison car, à la base, il a été inventé par une certaine Catherine Hettinger qui avait constaté les vertus apaisantes de la toupie sur les personnes autistes et a donc créé le hand-spinner ; il est également reconnu pour augmenter la concentration et favoriser la détente. Pas si bête finalement ! Mais combien de temps cette mode va-t-elle durer ? 2. Pour mieux comprendre le harcèlement de rue, la rédaction a mené un reportage avec l'une de ses journalistes, qui a arpenté les différents quartiers de Paris, tard dans la nuit. Et le constat est sans appel : aucun quartier n'est épargné. Certes, il se fait de manière plus discrète et insidieuse dans les beaux quartiers du 16ème arrondissement, par exemple, mais la rue n'y est pas forcément un endroit safe pour les femmes. Le but de cet article : arrêter de stigmatiser les quartiers populaires dans lesquelles les femmes se font héler, stopper cette forme de racisme envers ses quartiers et rappeler qu'il s'agit d'un problème de fond, de société, touchant toutes les strates de celle-ci. Il faut aussi comprendre que les villes ne sont pas, sur le plan de l'urbanisme, faites pour les femmes, les mettant, parfois inconsciemment dans des situations dangereuses. 





L'été, c'est bien joli, mais cela peut-être compliqué du côté de nos jambes : non seulement il faut qu'elles soient parfaitement épilées et un peu hâlées (enfin, ça, c'est selon les diktats, n'est-ce pas ? Les miennes sont plutôt #teamCasper) mais en plus, la chaleur les fait gonfler. En raison ? Une mauvaise circulation sanguine et la rétention d'eau. Pour éviter ça, il faudrait apparemment zapper les produits laitiers, penser à adopter la posture yogique de la chandelle, se masser bien sûr ou encore profiter du soleil pour aller se baigner et nager : la natation est très bonne pour les jambes :) 




1. Passer une journée totalement siglée Armani, c'est possible ? Oui ! Grazia nous emmène à Milan dans le complexe de la marque comprenant le Musée Armani, son hôtel et son espace de relaxation, l'Armani Caffé où déjeuner, un concept-store, une librairie, un bar et un second restaurant, japonais, cette fois-ci. Sans oublier Privé, la boîte de nuit très sélect ! Le tout brandé Georgio Armani, dans les moindres détails, d'ailleurs ; le complexe forme même un A depuis le ciel. Cela vous plairait d'y passer quelques heures ? 2. Grazia met ensuite en lumière le parcours et les engagements de Liya Kebede : la top éthiopienne est le visage de la nouvelle collection mode d'Amazon, tout en étant à la tête de sa propre marque, Lemlem, dont les modèles sont conçus à Addis Adeba, là où elle est née. Liya pense aussi à toutes les femmes africaines et notamment aux mamans car sa Lemlem Fondation leur permet d'être davantage indépendantes, notamment financièrement :) 




1. Fait rare, Virginie Despentes est donc en couverture de Grazia ! Elle nous parle bien sûr de son dernier ouvrage, le troisième tome de Vernon Subutex : elle évoque la passivité de son personnage principal face aux différents aléas de la vie, mais aussi sa capacité à ne jamais se résigner et elle nous explique pourquoi cette suite ne se passe pas dans un monde futuriste ni sous le prisme d'un réseau social comme elle pensait le faire initialement. Virginie Despentes dépeint aussi un personnage qui va désormais davantage vers les autres, s'ouvre aux autres. Elle exprime également sa stupéfaction et son incompréhension face aux personnes qui se montrent ouvertement contre les personnes davantage défavorisées qu'elles mais aussi complètement intolérantes à la différence : elle nous enjoint donc à faire attention aux différentes discours de "propagande". 2. Et si de jolies idées pouvaient rendre le monde meilleur ? C'est l'idée de ce dossier de Grazia, qui compile les belles réflexions de certaines stars ou experts dans leur domaine pour nous permettre de vivre dans un monde positif :) On y retrouve plein d'idées pour permettre l'émancipation des femmes, tendre la main aux personnes réfugiées, sauver la planète ou simplement s'autoriser à sourire à soi-même et aux autres, s'émerveiller, se connecter à la nature, à chasser les idées négatives de nos esprits...:) Sans oublier cette idée de l'artisan-décorateur Mathias Kiss, qui rappelle que oui, il faut parfois désobéir, se fâcher, transgresser pour rendre le monde meilleur. 


1. Il est enfin question d'une femme qui mérite à être connue : Stéphanie Lamy. Totalement autodidacte, cette dernière traque les réseaux sociaux à l'affût des "fake news" pour ensuite les remonter, les détricoter et savoir d'où elles viennent, qui les lance. Elle a notamment identifier les auteurs des Macron Leaks (deux américains très très conservateurs qui avaient déjà fait des leurs lors de la campagnes US). Elle a également fondé l'association Global Relief Libya, qui donne la possibilité à des médecins humanitaires de récupérer des médicaments et soigner ceux qui en ont besoin ; elle a également co-créé Danaïdes, qui permet aux humanitaires de bénéficier de "réseaux sécurisés en zone de conflit". Bravo ! 











Ciao les filles, à très vite ! :) 





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!