Hedy, Chanel, Colette & Grazia



Ca y est, on le sent : nous sommes au coeur de l'été :) La ville se vide, les appels au bureau sont de plus en plus espacés, les amis postent des photos de leurs vacances : j'aime ce ralentissement, j'ai enfin l'impression qu'on a le "droit" de prendre le temps, puisque tout le monde réduit le rythme. 

Et d'ailleurs, j'ai pu très tranquillement lire le Grazia de la semaine dans mon canapé dimanche, ma Fluffy bien bien endormie à mes côtés (elle, elle a bien passée à l'heure d'été, elle fait la sieste...ben tout le temps, en fait ^^) :) 



1. On ne commence pas cet article sous les meilleurs auspices puisque Grazia apporte des éléments de réponse à une question que l'on s'est posé au moins une fois ces dernières années, au vu du terrorisme ou des coups de sang de la Russie, de la Syrie ou encore de la Corée du Nord : sommes-nous aux portes de la 3ème Guerre Mondiale ? Deux experts répondent et selon leur analyse, au vu des "caractères" de Poutine, Trump ou Kim Jong-Il, il est vrai que leurs réactions sont aussi imprévisibles qu'elles peuvent être radicales ; s'ils ne cherchent pas la guerre proprement dit, ils n'hésiteront pas à se défendre s'ils s'estiment attaqués, d'après eux. Euh, dans la mesure où l'on parle toute de même de chefs d'Etat particulièrement radicaux (l'un voire deux d'entre eux sont quand même des dictateurs), cela n'a rien de rassurant...2. Cette semaine, Claire Touzard rappelle dans sa chronique à quel point le sexisme peut-être insidieux, quand il se cache dans des tournures de phrases comme "la jeune fille" pour désigner une collègue : une manière de l'infantiliser, de rappeler que son sexe la place forcément dans une posture d'enfant, incapable donc de diriger et de prendre des décisions. C'est une manière de la décrédibiliser et d'amplifier le sentiment d'être un imposteur que nous ressentons souvent au bureau. 


1. La rédaction fait ensuite une incursion dans les locaux de Décathlon pour comprendre pourquoi il s'agit de la meilleure entreprise française où aller travailler, selon l'Institut Great Place to Work : en plus des locaux assez chouettes (notamment à Hendaye) et de la cantine trateur signée Poteak, ce qui fait la force de l'entreprise est son côté humain. Les managers sont particulièrement à l'écoute, sont bienveillants envers l'échec et ne parlent pas constamment des objectifs à réaliser ; même si, bien sûr, cette politique de management a pour but de booster les performances de Décathlon ! Car oui, "bizarrement" être plus ouvert et plus souple permet de aux salariés d'être moins stressés et plus productifs. J'aime aussi cette idée que pour concevoir un produit, les équipes sont subdivisées en plus petites équipes, fonctionnant comme une startup le temps du projet et à l'intérieur de l'entreprise : les collaborateurs sont ainsi totalement autonome et les prises de décisions plus rapides :) 2. Grazia fait ensuite le point sur le cas Hulot : son rôle à la tête du Ministère de l'Environnement est-il positif pour la cause ? Le lien de sa fondation avec de grandes entreprises comme EDF et Veolia font douter de sa partialité tout comme sa décision de soutenir le recul de la protection contre les perturbateurs endocriniens devant le Parlement Européen, au grand dam du Danemark et de la Suède, pays les plus pointe en matière d'environnement en Europe :s Certains pensent qu'il n'est pas tout à fait maître de ses décisions. 


J'ai enfin beaucoup aimé cet article de Nora, qui souligne à quel point la pluie en été peut faire du bien. Elle permet de se recentrer, de se replier un peu sur soi comme dans un cocon, on s'adonne à une certaine mélancolie joyeuse... et effectivement, moi aussi elle m'apaise quand elle tombe la nuit alors que je suis dans mon lit :)




1. Dans ce joli dossier, on a la chance d'entrer dans les ateliers de Chanel où sont élaborées les collection Haute Couture :) L'occasion d'en apprendre plus sur le travail d'orfèvre et le quotidien des "petites mains", mais aussi sur la volonté de Karl Lagerfeld de conserver une équipe à taille "humaine" et de placer les jeunes à des postes à responsabilités : Madame Olivia, Première d'Atelier n'a que 34 ans. Le couturier suit la création, donne son avis sur les tissus, le "montage" des pièces et sur l'accessoirisation. Grazia souligne particulièrement la calme qui règne dans les ateliers, en cette veille de défilé :) 2. Il y a quelques jours, cette nouvelle en a surpris plus d'un : colette fermera définitivement ses portes en décembre, pour son vingtième anniversaire. L'une des co-fondatrices, colette, prend sa retraite. Sa fille, Sarah Andelman revient sur ces deux décennies incroyables pour ce concept-store qui a su faire sa place à une époque où ils n'étaient pas si à la mode : et ce, grâce à sa sélection pointue, ses partis-pris artistiques et à sa maîtrise des réseaux sociaux, notamment d'Instagram. Une jolie histoire se termine, mais elle aura, c'est certain, marqué l'époque de son empreinte :) 



Pendant ce temps, une très jolie exposition se tient à Londres, au Kensington Palace plus précisément : Her Fashion Story, celle de la Princesse Diana. 25 de ses tenues emblématiques y seront exposées et chacune d'entre elles est un bon de l'Histoire de l'Angleterre :) Car oui, Lady Di a rapidement compris que les vêtements portaient un message et elle en a souvent fait passer de cette manière, comme, par exemple, elle décide d'arrêter de porter des chapeaux ("shocking!") pour pouvoir prendre les enfants malades auxquels elle rend visite dans ses bras :) On se souvient aussi de sa vente d'une partie de sa garde-robe qui lui a permis de reverser 3.4 millions de livres "pour la lutte contre le cancer et le sida". 



1. Lumière ensuite sur une personnalité féminine que je ne connaissais pas du tout et qui, pourtant est assez incroyable : Hedy Lamarr, sublime actrice dans les années 40 surtout glorifiée pour sa grande beauté, s'est rapidement intéressée aux sciences et aurait compris le fonctionnement des ondes modernes, lui permettant d'inventer...le GPS et le Wifi, deux inventions majeures dans nos vies d'aujourd'hui, dont on se sert en permanence. Bon, il semblerait qu'elle ne soit pas la seule à avoir eu cette réflexion à son époque, mais tout de même ! Elle aura au moins participé à la mise au point de ces technologies, ce qui n'est pas rien : son brevet a été repris dans les années 60 pour devenir au fil des décénnies, la technologie que l'on connait aujourd'hui et elle a gagné deux prestigieux prix scientifiques en 1997, 3 ans avant de mourir. Une histoire et un parcours incroyable que Pénélope Bagieu croque dans l'un de ses ouvrages Culottées ;) 2. Et on termine avec une autre femme, tout aussi méritante : Marie-Amélie Le Fur, qui, bien qu'amputée d'une jambe, a pulvérisé tous les records dans son sport, l'athlétisme. Et ce, à force de ténacité, de courage et d'optimisme. Franchement, ça force le respect et je pense que je penserai à elle à chacun de mes runs désormais :) Pour info, elle commente en ce moment les championnats du monde handisport sur France Ô ! (je trouve tellement dommage que les handi-athlètes n'aient pas droit à une couverture médiatique nationale pour cette compétition internationale...)






Bisettes les filles, profitez de vos bons moments, que vous soyez en vacances ou encore au bureau :) 




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!