Heatwave with Paulette


Après avoir manqué de temps pour partager avec vous mes impressions au sujet de l'avant-dernier numéro de Paulette, je me suis fait un point d'honneur à lire celui-ci dés que sa sortie en kiosque ! Et on peut dire que Paulette signe ici un vrai numéro d'été, qui "transpire" la moiteur, la chaleur, la sensualité et même...la nudité. Il met en avant le corps féminin, le décrypte, le sublime et nous apprend à en prendre soin, à le regarder avec bienveillance :) Un numéro estival qui, non, ne nous apprend pas à "perdre 3 kilos en 3 jours", mais qui sent bon l'été tout au long de ses pages, que ce soit dans ses rubriques beauté, voyage ou plus lifestyle. Oui, l'été est bel et bien Brûlant (le thème de ce numéro) avec Paulette ! 




Pour commencer, Paulette nous emmène en Arizona ! Ensoleillée quasiment tous les jours de l'année, cette région du sud-ouest des USA offre de splendides paysages montagneux et désertiques, dont le Grand Canyon, mais aussi le parc de Saguaro, paradis des cactus ! La ville de Tucson quant à elle, rappelle les films de western et La Petite Maison dans la Prairie, car c'est ici que la série a été tournée. Une chouette destination également pour s'initier aux joies de la vie au ranch mais aussi à la culture amérindienne, notamment dans la ville de Phoenix. 



1. Je vous ai prévenu-e-s dans l'introduction : l'été 2017 est chaud avec Paulette (oui, ça rime :D) : dans un premier temps, la coquinette s'intéresse aux relations intimes provoquées par Internet, Meetic et Tinder en tête. On nous explique que cette surabondance de partenaires disponibles et potentiels nous rend très exigeantes et ne fait, en fait, que nous frustrer, alimentant l'idée que l'on peut forcément toujours trouver mieux.  L'article aborde également les objets connectés et autres robots qui pourraient nous aider à atteindre le 7ème ciel ou en tout cas, mesurer nos performances (si si). D'autres utilisent plutôt la technologie pour enseigner les mystères de l'anatomie et de la sexualité féminine : une portée éducative plutôt intéressante, qui viendra pallier les manques du système éducatif et contrer l'éducation sexuelle des jeunes via les "films pour adultes", forcément non conforme à la réalité et dégradante pour la femme. 2. Derrière ce titre d'article volontairement provocateur (et assez gênant quand tu le lis dans le train #truestory), une triste réalité :  Paulette nous explique que si les attributs mâles sont largement représentés en peinture, en sculpture, en street art et même dans les gribouillis des adolescents, les attributs féminins sont quant à eux délaissés voire pire, censurés. L'intimité féminine est toujours voilée, dissimulée, drapée, floutée...et quand elle "s'expose", elle fait forcément scandale. Comme le prouve le tableau L'Origine du Monde de Gustave Courbet, révélé en 1866 ! Plus largement, il est aussi question des standards de beauté de cette partie de notre corps (oui oui...même là, pas moyen d'être tranquille) et de ce que tout cela induit en termes de notre rapport à elle : rapports, contraception, éducation sexuelle...




1. Qui dit été, dit éclat ! Paulette nous donne donc les rudiments d'un teint glowy, lumineux à souhait :) Nos alliés ? Les bases illuminatrices et autres highlighters (à choisir liquide) bien sûr :) 2. De la même manière, lorsque les températures grimpent, nous avons naturellement tendance à transpirer davantage. Mais, est-ce un mal ? Pour Paulette, pas du tout ! Elle nous rappelle qu'il s'agit d'un processus naturel, très bon pour la santé, qui nous aide à garder un corps (et un esprit) sain. Il ne faut donc pas l'entraver avec des anti-transpirants :) Paulette va même plus loin, en nous incitant à nous prémunir contre les diktats de la société, qui veulent que l'on ait aucune odeur "naturelle", "animale", qui est pourtant "notre" odeur, particulière, unique, rien qu'à nous. Alors, oui, on continue à prendre des douches (ben oui, quand même) mais on fait attention à ce que l'on met sous nos aisselles ;) 


La lithothérapie, ça vous parle ? Il s'agit de la science de la guérison par les pierres : grâce à leurs ondes électro-magnétiques, certaines ont le pouvoir d'apaiser, de ressourcer, d'inspirer, d'effacer les peurs...Certains produits de beauté contiennent également des extraits de rubis ou de saphir, par exemple, à l'instar des crèmes de la marque Gemology,  car ces pierres ont des vertus bénéfiques sur la peau. Encore balbutiante en France, cette petite révolution cosmétique cartonne aux USA, notamment à Los Angeles (as usual). 



Quelle joie de retrouver Beth Ditto dans ce numéro ! :) La chanteuse évoque la séparation du groupe Gossip, qui s'est déroulée de manière simple, évidente (suite à l'abandon de Nathan, l'un des musiciens) et sans heurts (les membres se sont quittés en très bons termes) et la préparation de son album solo, Fake Sugar. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, Beth aime plutôt chanter des balades, avec une "voix douce" ; son album mêle également des influences rock, blues et country-soul, comme un retour vers ses origines sud-américaines, même si elle le répète, elle ne retournera jamais en Arkansas. Elle revient également sur son image de femme forte, féministe, lesbienne et fière de l'être, mais aussi sur certaines couvertures de magazines pour lesquelles elle a posé nue : en dehors du fait qu'elle n'est "jamais la dernière pour se mettre à poil", Beth Ditto est fière d'avoir pu proposer un autre modèle de corps féminin par ce biais :) 




Et on termine avec une jolie découverte : celle de la marque de bijoux Margi Darika. Sa créatrice, Mélanie Desplat nous reçoit dans son atelier, attenant à sa maison située à Bordeaux et nous raconte comment et pourquoi elle a abandonné son CDI dans la mode pour se former au travail des métaux précieux auprès de joaillers parisiens et bordelais ; mais aussi comment tout ce qui l'entoure peut devenir une source d'inspiration, ce qui explique pourquoi aucun modèle ne se ressemble. Mais ce qui fait la "beauté" de Margi Darika, c'est que chaque pièce fait écho à un membre de la famille de Mélanie, à un moment passé avec eux, une petite anecdote : elle est d'ailleurs particulièrement amoureuse des chevalières, qui symbolisent cette idée de transmission :) Une petite marque qui grandit lentement, mais sûrement, avec beaucoup de prudence et qui est "disponible dans plusieurs boutiques françaises" :) 









Alors, qu'avez-vous pensé de ce numéro de Paulette ? Je suis curieuse d'avoir vos avis :) 





CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!