Grazia modesque


Il est arrivé ! C'est à la rentrée que l'on retrouve les numéros Spécial Mode des grands féminins :) Grazia ne déroge pas à la règle et nous propose un magazine très épais (la faute aux publicités encore plus nombreuses que d'habitude mais aussi aux séries photos plus étoffées que dans les autres numéros) qui met clairement Paris en lumière. La mode est en effet souvent abordée par le prisme de notre jolie capitale, afin de démontrer que Paris sera toujours Paris et que Paris est clairement LA capitale de la mode :) 

Un numéro plutôt que, comme vous avez pu le voir dans l'une de mes stories Instagram, j'ai lu en faisant du vélo à la salle de sport ^^ 



1. On commence tout d'abord avec une bonne nouvelle : l'agriculture urbaine se développe autour de nous :) Une entreprise américaine appelée Plenty permet de faire pousser des herbes, des salades et autres légumes de manière verticale sur les façades des bâtiments : une jolie manière d'apporter de la verdure et de manger local par la même occasion. 2. Nous vivons dans un monde truffé de "fake news", de faits non vérifiés que l'on prend pour argent comptant sur les réseaux sociaux. Toutefois, ce temps là devrait prendre fin car en France, un projet de loi a pour objectif de punir pénalement ceux qui relaient ces fausses informations tandis qu'aux Etats Unis, les jeunes commencent à apprendre à l'école comment les déceler.



1. Qui a dit que les garçons ne pouvaient pas porter de maquillage et encore moins en porter ? Certains "beauty boys" comme on les appelle prouvent, via leur chaîne Youtube, leur blog ou leur compte Instagram, qu'ils savent manier les pinceaux et se servir de produits de beauté, pour mieux distiller leur expertise ensuite. Et ça marche : les filles estiment que si un produit sublime un garçon, il ne pourra que marcher sur elles ; sans oublier que le marché de la cosmétique grandit lentement mais sûrement. Certains de ces influenceurs cartonnent et les marques ne s'y sont pas trompées : Manny Guttierez alias Manny Mua vient par exemple de devenir Ambassadeur Maybelline. 2. La pilule est très controversée ces derniers temps : et ce n'est pas le livre J'arrête la pilule,  de Sabrina Dubusquat, qui va nous rassurer : selon elle, ce petit comprimé serait responsable de la baisse drastique de la libido des femmes, de la pollution de la Terre, provoquerait cancers, sclérose en plaques et autres joyeusetés. Face à ces affirmations, deux spécialistes répondent et nous expliquent que tout n'est pas si simple : la pilule n'est pas toujours la seule responsable de certains phénomènes et ils réfutent parfois la fiabilité des études sur laquelle l'auteure s'appuie. Morale de l'histoire ? Il n'y a pas, là encore, de bonne réponse : une contraception peut convenir à l'une sans convenir à une autre et vice-versa :) 


1. Catherine Deneuve était l'une des muses d'Yves Saint Laurent : il habillait l'actrice sur chacun de ses films (dont Belle de Jour) et pour chacune de ses sorties sur tapis rouge. Concernant les tournages, le créateur analysait la personnalité du personnage joué par Catherine Deneuve pour lui offrir le costume lui permettant de véritablement endosser le rôle de la femme qu'elle devait incarner. Grazia souligne par ailleurs la modernité des costumes imaginé par YSL pour Belle de Jour, qui ne semblent pas dépassées à l'écran, même de nos jours. Le génie :) 2. Portrait ensuite de la journaliste Ksenija Pavlovic : correspondante à la Maison Blanche, elle brille par sa fâcheuse habitude à contourner les règles, surtout celles édictées par Donald Trump qui interdit aux journalistes de transmettre en live les conférences de presse. Elle, elle balance tout sur Periscope ! Un culot et un sens du professionnalisme qui permettent à son journal, The Pavlovic Today, d'exploser depuis sa création il y a un an ;) 


1. Grazia rend bien sûr hommage à Mireille Darc dans ce numéro : on nous rappelle à quel point elle était belle, solaire, audacieuse et brillante dans les rôles comiques qu'ils lui ont été confiés. Mais aussi que la vie n'a pas été tendre avec elle : née avec un souffle au coeur, le mari de sa maman sait qu'elle n'est pas sa fille légitime et rejettera sa colère sur la pauvre Mireille...Elle subira ensuite une grosse opération du coeur, une terrible désillusion amoureuse avec Alain Delon avant qu'un accident de voiture ne l'oblige à repasser au bloc (pour sa colonne vertébrale) puis que la mort n'emporte son compagnon Pierre Barret. Des difficultés qui ne l'ont pas empêchée de briller et de s'intéresser aux autres femmes via une série de documentaires qu'elle a réalisés dans les dernières années de sa vie :) 2. Yohji Yamamoto nous parle de sa vision de la mode : et pour lui les choses sont claires ! Les femmes ne sont pas des objets sexuels et il faut leur créer des vêtements qui leur permettent d'être à la fois sexy et powerful. Il pense que cela passe par des créations assez masculines, qui dévoilent leur sensualité sans virer "fifille". Les femmes sont fortes et elles doivent le montrer !  Yohji Yamamoto exprime sa reconnaissance envers son ex-campagne, Rei Kawakubo, qui lui a donné la force d'imposer son art à Paris, dans les années 80. Il nous explique également à quel point il peut être marginal, lui dont la maman est une veuve de guerre, lui qui déteste le mariage et n'a que faire de l'argent, lui qui ne touche ni à Instagram, ni aux autres réseaux sociaux. Un bel entretien, avec un véritable artiste : je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il dit concernant les femmes et les vêtements féminins mais cette interview n'en reste pas moins instructive :) 



1. Dans ce numéro Spécial Mode très axé sur la capitale, Grazia s'intéresse à ces jeunes créateurs qui ont décidé, contre toute attente, de produire à Paris. Cela leur permet en effet de pouvoir contrôler leur fabrication à tout moment et de limiter les coûts engendrés par les déplacements à l'étranger ; certains vont même plus loin, en n'ayant qu'un seul et unique local pour produire et vendre leurs créations (comme la marque de bijoux Monsieur Paris). Cette démarche a également pour vertu de rassurer les consommateurs, qui savent désormais d'où viennent les pièces qu'ils achètent et que ces dernières ont été produites dans des conditions de travail décentes, a contrario des grandes marques de mode mainstream. De plus, Paris est un gage de qualité et d'excellence pour les acheteurs étrangers :) Cette tendance va-t-elle perdurer ? 2. Autre très bon signe pour Paris : certaines grandes maisons, comme Proenza Schouler, ont pris la décision de défiler durant la Paris Fashion Week et non à celle de New York. La raison ? La France offre une visibilité plus grande aux marques qui défilent entre ses murs et est également une ville qui serait bien plus créative et synonyme d'excellence, selon eux :)  #cocorico


Et on termine bien sûr avec le guide des tendances mode de la saison de la rédaction ! Côté matières, la dentelle noire, le velours, la fausse fourrure, la peau lainée et le vinyle tirent leur épingle du jeu ; côté couleurs, on misera sur du jaune curry, du rouge bordeaux, du rouge tout court et du rose. Parmi les imprimés, on devrait voir beaucoup de motifs kawai, panthère, seventies, fleuri ou encore de carreaux rétro (assez vintage tout ceci, non ?). Les volants n'ont également pas dit leur dernier mot ! Un joyeux mélange de partis pris mode assez assumés et osés : pas sûre que j'adopte toutes ces tendances mais j'ai hâte de voir comment les magazines, les mannequins, et les blogueuses vont se les approprier :) 








Et vous les filles, vous l'avez aimé ce numéro Spécial Mode de Grazia ? :) 




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!