Un Grazia tout Mordoré



Vous ne trouvez pas que cette couverture de Grazia sent l'automne à plein nez ? Avec ce fond jaune orangé et cette mannequin arborant un look fleuri un brin seventies, parfaitement raccord avec les tendances de la saison A/W ? Dites-moi que je ne suis pas la seule à avoir cette impression ^^ 
En tout cas, bien loin d'être déprimant, ce numéro de Grazia regorge d'article plutôt cools :)






1. Je ne sais pas si vous avez déjà vu ce nom sur les réseaux sociaux (notamment sous forme de hashtag) mais Don Dapper est sans nul doute synonyme d'élégance et de style. Mais qui est cet homme ? Il s'agit d'un tailleur américain qui mixe codes du luxe et street-wear comme personne depuis des décennies, inspirant les pontes de la mode (comme Gucci, qui lui a rendu hommage lors de son dernier défilé croisière et aimerait collaborer avec lui) ou les stars (Jay Z, Mike Tyson). Il possédait sa propre boutique à Harlem, copiant et détournant les modèles signés des plus grandes maisons, de 1982 et 1992, mais ses contrefaçons lui ont valu de devoir cesser cette activité: qu'importe, Don Dapper a marqué la mode de son empreinte, de manière chic et durable :) 2. Et sinon, qu'est-ce qu'on va porter ce mois-ci ? Glamour préconise le bleu (dans toutes ses nuances), l'argent, le béret, les étoiles et même la grosse doudoune rose bonbon signée Pinko.



Autre tendance de la saison, qui me plait beaucoup : porter un pull en grosse maille :) L'automne est ben et bien arrivé ! En revanche, je ne suis pas sûre, pour ma part, de l'associer à un jupon fleuri. Trop "pointu" pour moi ! 




1. On le sait : les entreprises nées de la "nouvelle économie" ont tendance à être très dure avec leurs "collaborateurs". Deliveroo en rajoute une couche, en décidant de rémunérer les coursiers à la course et non à l'heure :s Leur salaire va donc s'en trouver amoindri, rendant leur condition économique encore plus précaire. Manifester ? Oui, mais non : Deliveroo semble licencier tout ceux qui ne sont pas d'accord avec cette politique. L'article se termine par cette mise en garde : il se pourrait bien que cette manière de procéder s'étende à d'autres corps de métier à l'avenir :s 2. Zoom sur l'une des collab remarquées de la rentrée : Hay x Ikea ! Enfin, cette collection caspsule est surtout une manière supplémentaire pour le suédois d'amorcer son nouveau virage : à l'heure où son désormais "uber cool" sac bleu se trouve détourné par Balanciaga et que ses pièces vintage sont vendues à prix d'or sur E-bay, Ikea veut s'intégrer dans la sphère pointue du design. Par le biais de collaborations comme avec Hay, par exemple, mais aussi en marquant de grands coups lors du Salon du Meuble à Milan (avec son Ikea Festival) ou plus récemment lors de la Paris Design Week, et en citant les designers qui l'inspirent pour créer ses collections. La marque entend même aller plus loin, en étudiant les habitudes de vie des générations futures afin de pouvoir créer des meubles qui leur seront adaptés et même en travaillant avec la NASA ! Et ce, sans perdre son identité, en restant accessible au plus grand nombre. 



1. Le Maroc est un pays sclérosé par ses contradictions et l'auteure Leila Slimani, marocaine elle-même, nous apporte son éclairage : elle rappelle que la loi soit assez conservatrice (les infidélités sont punies par la loi, comme l'avortement), que les Marocains sont également les premiers à juger les femmes, leur comportement et à estimer qu'elle est "impure" en public (ils seraient même très forts sur le harcèlement de rue, à tout âge) ; que l'éducation sexuelle est également inexistante. On tait le sexe dans la société marocaine, on le juge très négativement alors que bien sûr, il existe et que nombre de Marocains ont une vie sexuelle et enfreignent même les règles (en ayant des relations hors-mariage, par exemple). Mais ce déni et cette ignorance conduit également certains à considérer les femmes comme des objets, et à les agresser dans le bus, par exemple : le viol subi par une jeune femme tout récemment a néanmoins eu pour effet de mobiliser les femmes, qui ont manifesté dans la rue et obligé le gouvernement à s'exprimer sur le sujet. 2. Autre sujet délicat : la décision du gouvernement de supprimer les contrats aidés entraîne de facto la suppression de nombreux Assistants de Vie Scolaire, qui sont là pour aider les enfants (souffrant d'autisme notamment) qui ont en besoin pour suivre les leçons en classe, de manière personnalisée. Nombre de parents se trouvent donc désemparés en cette rentrée, car leur enfant se retrouve donc tout seul :s Le gouvernement serait néanmoins en train de travailler sur "une rénovation de l'accompagnement des enfants handicapés".




Comme Glamour, Grazia a préparé un dossier Cheveux : et on commence par nous vanter les mérites de la mèche sur le front ! Alliée du style, elle habille le visage sans difficulté, se coiffe sans y passer du temps, même sur cheveux bouclés : facile à vivre donc ;) Un peu comme Glamour, encore une fois, la rédaction nous explique ce que nos habitudes capillaires disent de nous (ne pas les couper, changer tout le temps de coiffure, les colorer...) ; enfin, on peut glaner des conseils pour offrir à nos cheveux une "détox capillaire" : on les débarrasse des silicones, des parabens, on gomme notre cuir chevelu pour décoller tout ce qui peut l'étouffer et pour bien repartir sur des bases saines, on mange des aliments riches en vitamines B, en fer, en zinc et en omégas 3 ;) 




1. Engrenages fait partie, depuis 6 saisons,  des séries françaises références. Sa scénariste Anne Landois nous en dit quelques mots : elle partage avec nous sa fascination pour le gore et les faits divers et nous explique que pour elle, "la matière criminelle est inépuisable" pour créer des histoires. Il est également question de son statut de femme dans l'industrie télévisuelle, surtout à la tête d'une série policière : mais selon elle, les scénaristes sont moins victimes de sexisme que les réalisatrices. En tout cas, Anne Landois signe sa dernière saison pour Engrenages : la série remportera-t-elle le même succès ensuite ? 2. Grazia salue ensuite la performance de Robert Pattinson dans son nouveau film, Good Time, des frères Safdie. Un film indépendant dans lequel Robert incarne Connie, un type un peu paumé, qui va tout faire pour sortir son frère de prison, emprisonné à l'issue du braquage de banque qu'ils ont commis ensemble. Il est bien loin le temps de Twilight ! Robert Pattinson a par ailleurs reçu une récompense pour l'ensemble de sa carrière au dernier Festival de Deauville. 





Enfin, Roselyne Bachelot donne ses conseils aux personnalités politiques, qui, comme elle, ont décidé de se reconvertir à la télévision. Elle recommande à ses petits camarades de bien séparer convictions politiques et carrière médiatique, surtout quand on est rémunérée (hop, petit tacle à Raquel Garrido, membre de la France Insoumise et nouvelle chroniqueuse chez Salut Les Terriens), de beaucoup travailler et de garder leur personnalité à l'écran. Ca a l'air d'avoir fonctionné pour elle en tout cas, car on la retrouve sur LCI tous les jours, ainsi que dans les colonnes de Nice Matin :) 






Et vous les filles, vous l'avez aimé ce numéro de Grazia ou pas du tout ? Quels sujets vous ont plu, moins plu, marqué ? #vousavez4heures :) 




CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, je me ferai un plaisir de le lire et de vous répondre!